ELFES #9 Le siège de Cadanla

voir la série ELFES
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

SOLEIL

Collection :

Celtic

Genre :

Heroic Fantasy

Sortie :
ISBN : 9782302043442

Résumé de l'album Le siège de Cadanla

Fah-Laën est un semi-elfe qui vit, avec ses pairs, dans le ghetto du quartier nord de la cité humaine de Cadanla. Vivant le parfait amour avec sa belle fiancée Mei-Hooh, il travaille comme équarisseur aux abattoirs de la ville. D’humeur toujours légère, le semi-elfe a la désagréable surprise de recevoir dans le « four » la visite de Sigrunn, frère du Régent, qui vient lui faire part d’une nouvelle inquiétante. En effet, la viande qui vient de son cheptel est affectée par un virus inconnu et à titre de prévention, il doit procéder à l‘abattage de tout son troupeau avant que l’épidémie ne se propage. Fah-Laën n’a plus qu’à s’exécuter et se laisse enfermer dans le « four ». Pendant ce temps, en dehors de Cadanla, des mouvements mystérieux et des disparitions inquiétantes sont recensées. Craignant pour la sécurité de la ville, le Régent décide de prendre quelques précautions et renforce les défenses. Mais le pire est à venir car, si d’un côté l’épidémie qui sévie dans le « four » est loin d’être annihilée, de l’autre, une menace des plus abominables se renforce aux portes de Cadanla. Fah-Laën aurait-il un rôle à jouer dans le siège qui se prépare ? Et à quels dépens ?

Par Phibes, le 03/02/2015

Notre avis sur l'album Le siège de Cadanla

Eric Corbeyran investit pour la deuxième fois la saga elfique initiée par Jean-Luc Istin sous l’égide de l’éditeur Soleil. Toujours inspiré par les êtres métissés que sont les semi-elfes et dont il a eu à narrer certaines péripéties dans le tome 4 (L’élu des semi-elfes), le scénariste revient pour une nouvelle équipée complète qui, à n’en pas douter, sent le soufre à plein nez.

Contrairement aux autres titres, cette aventure n’a pas de lien direct avec la précédente et nous offre l’occasion d’aller voir ailleurs, sur un autre territoire où vivent également ces êtres issus d’une union interdite et rejetés par tous. Cette fois-ci, nous les retrouvons dans un ghetto, occupés à des tâches subalternes, au sein d’une cité-état qui va être soumise à une double menace des plus angoissantes, l’une venant de l’intérieur de la cité, l’autre de l’extérieur.

Une fois de plus, fort de son savoir-faire, Eric Corbeyran nous sert un récit assurément fluide et on ne peut plus incisif. En effet, comme dans l’épisode 4, l’artiste ne manque pas de verser dans une violence extrême et parvient, par ce biais, à emballer l’aventure en jouant habilement sur les deux périls insidieux, dans une oppression et surtout une cruauté impressionnante. Se servant de son personnage massif Fah-Laën et de son témoignage accablant initié dans le prologue, il dresse efficacement la destinée tragique et prévisible de toute une cité et de ses habitants face à deux fléaux impressionnants.

Gwendal Lemercier prend la suite de Jean-Paul Bordier qui avait signé précédemment la partie graphique de l’élu des semi-elfes. Familier des histoires d’heroïc fantasy (Durandal, Les contes de l’Ankou, Oracle…) et possédant un style qui se marie très bien au concept général de la série, ce dessinateur parvient, de son trait énergique, à nous embarquer dans son univers exotique, à la fois grouillant, dépaysant et barbare.

Un épisode imparable, violent à souhait, qui intègre profitablement la deuxième saison de la saga elfique.

Par , le

Les albums de la série ELFES

Nos interviews liées

Corbeyran nous parle d'Irina

Sceneario.com : Pourquoi le choix d’Irina ?
Eric Corbeyran : J’adore les filles qui portent des flingues. J’ai quelques héroïnes dans ce goût-là, des filles dangereuses, comme dans le Chant des Stryges où l’héroïne est une tueuse professionnelle, ou dans le Régulateur où les personnages principaux sont deux nanas. Donc le choix s’est naturellement porté sur cette tueuse.
Sceneario.com :
Eric Corbeyran : C’est facile, on a tendance à croire que trop de contraintes nuisent alors que c’est le contraire, c’est plus facile, j’aime les contraintes. J’ai adapté Assassin’s Creed, et il y avait beaucoup de contraintes, alors ici c’était de la « rigolade ».

J’avais toute liberté pour créer le personnage. Dans XIII on la voit tuer, c’est un comportement de tueuse stéréotypé [...]

Lire la suite ›

Eric Corbeyran et Brice Bingono pour Pavillon Noir chez Soleil

Sceneario.com : Comment vous êtes-vous rencontrés ?
Eric CORBEYRAN : C'est Jean Wacquet (de chez Soleil) qui nous a mis en contact. A l'époque Brice n'habitait pas loin de Bordeaux, nous nous sommes donc rencontrés "pour de vrai". Le courant est passé tout de suite...

Sceneario.com : Eric, qu'avez vous apprécié chez Brice pour avoir envie de travailler avec lui ?
Eric CORBEYRAN : D'abord, j'ai vu quelques uns de ses anciens travaux, des pages de bd mais aussi des illus. Ca a été très positif tout de suite. Le déclic s'est produit et la machine s'est mise en marche dans ma tête. Ensuite, j'ai rencontré le bonhomme et il m'a plu d'emblée. Après, je n'ai cessé d'être enthousiasmé par les planches de Pavillon noir. Chaque livraison était un petit événement tant son trait est énergique et attachant [...]

Lire la suite ›