ELFES #30 Le scintillement des ténèbres

voir la série ELFES
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

SOLEIL

Genre :

Fantasy

Sortie :
ISBN : 9782302083646

Résumé de l'album Le scintillement des ténèbres

A la recherche de la fameuse dague de saphir qui lui permettrait de détruire la partie obscure de son être, l’elfe noir Gaw’yn a atteint la banquise, à l’embouchure nord du fleuve de la Lerinn. Accompagné par Kart’yn et Moer’yn, deux apprenties elfes noirs de Slurce, ils se sont mis en quête de renseignements leur permettant de localiser l’antique cité de Skögsta où doit se trouver le mythique artefact. Ils attirent l’attention de deux elfes bleus pêcheurs de Naütels qui leur proposent un marché à savoir tuer un puissant marchand, Yrluthan, qui se trouve aussi être celui qui pourrait leur situer la cité qu’ils recherchent. Le deal étant accepté, Gaw’yn, Kart’yn et Moer’yn décident de se mettre en rapport avec ce mystérieux personnage qui se trouve être un elfe et qui cache une singularité ancestrale particulièrement maléfique. Est-ce que les trois elfes noirs pourront aller au bout de leur quête et mettre hors d’état de nuire le marchand ? Auront-ils la possibilité de récupérer la mythique dague de saphir et de se débarrasser de leur noirceur interne ?

Par Phibes, le 14/03/2021

Notre avis sur l'album Le scintillement des ténèbres

Christophe Arleston poursuit les aventures du sympathique trio constitué dans le tome précédent (n°25) dédié à la caste des elfes noirs. Nous retrouvons donc Gaw’yn, Kart’yn et Moer’yn dans la suite de leur équipée après leur évasion spectaculaire de la citadelle de Slurce. L’objectif ayant été fixé dans les dernières planches de leurs péripéties antérieures, on ne sera pas forcément surpris de retrouver le trio dans leur quête.

Ce nouvel album nous permet de faire changer radicalement de territoire puisque nous atteignons la partie polaire des Terres d’Arran, au nord de la Borduria, zone couverte par la glace et prisée par les pêcheurs de nautiles. C’est en ces lieux réfrigérés que Gaw’yn va devoir, avec ses deux apprenties, sous le couvert de ses recherches, faire face à un personnage maléfique tout en énigme.

Cette suite d’aventure reste d’un bon niveau attractif, nous réservant une bonne narration et de bonnes sensations, eu égard aux premières planches ensanglantées qui donnent déjà le ton. Gaw’yn reste le maître porteur de l’intrigue, dans des prestations toujours aussi actives dans sa volonté de se défaire de sa part ténébreuse, associé à un adversaire qui se veut certes sinistre mais qui a la particularité de faire une genèse rapide du monde des elfes.

La jeune dessinatrice Daniela Dimat, de son côté, assure une bien belle prestation graphique. Cette dernière confirme son implication dans l’univers de cette grande saga elfique via un coup de crayon fluide, riche en détails. La mise en place de l’environnement glacé ne lui porte aucun préjudice et l’animation de ses personnages est pour le moins maîtrisé. On regrettera juste les quatre copiés-collés légèrement retouchés des deux pêcheurs elfes bleus qui font une redite un tantinet préjudiciable. A noter que la couleur d’Aquaro reste d’un très bon niveau, donnant un relief bien profitable aux dessins.

Une suite vampirique des aventures de Gaw’yn qui apporte sa pierre à cette superbe série fantasy.

Par , le

Les albums de la série ELFES

Nos interviews liées

A l'occasion des 20 ans de Lanfeust, un bel entretien avec Christophe Arleston

sceneario.com : Christophe, bonjour, nous fêtons les 20 ans de Lanfeust, cela représente 70 albums parus durant ces 20 ans. 
Christophe Arleston : Avec uniquement le monde de Troy on doit effectivement être dans ces eaux-là. Sceneario.com : Cela représente trois albums par an 
Christophe Arleston : Je ne fais pas vraiment de statistiques sur ma production Il y a eu des années ou les parutions ont été plus nombreuses, des années où il y en a eu moins, en fonction des dessinateurs qui pouvaient travailler en parallèle mais on arrive quand même à 70 bouquins. sceneario.com : Il y a juste un cas particulier, les Gnomes de Troy qui sont des gags en une page alors que toutes les autres séries de l’univers de Troy sont des récits complets. 
Christophe Arleston : En fait, les Gnomes sont nés dans Lanfeust Mag parce que la tradition des gags en une page permet d’animer le journal par rapport à la simple prépublication habituelle, traditionnelle d’albums [...]

Lire la suite ›