ELFES #6 La mission des Elfes bleus

voir la série ELFES
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

SOLEIL

Genre :

Heroic Fantasy

Sortie :
ISBN : 9782302038295

Résumé de l'album La mission des Elfes bleus

Un mal mystérieux d'une intensité redoutable sévit en la Cité d'Aspen en Borduria. De nombreux hommes meurent étrangement et leurs cadavres disparaissent. Impuissant face à ce fléau, le régent Heylas a appelé à l'aide Aamnon, le roi des Elfes Bleus du Nord. Ce dernier a immédiatement envoyé une escouade qui, malheureusement, ne donne plus signe de vie. Inquiet par ce silence, Aamnon sollicite Lanawyn afin qu'elle aille se rendre compte de ce qui se trame à Aspen. Une fois son équipe constituée, elle se lance dans sa quête et après une escale à Candala qui lui permet d'avoir confirmation qu'Aspen est la proie d'une calamité sans précédent, elle finit par atteindre la cité et son environnement gelé. Que va-t-elle y trouver ? N'y aurait-il pas l'ombre d'un piège fomenté par un ennemi qui a été réveillé ? Dans tous les cas, il ne fait qu'aucun doute qu'à l'écoute des quelques témoignages et à la perception de certaines odeurs bien reconnaissables, la mort plane sur cette sombre mission. Déjà, à la tombée de la nuit, alors qu'ils arpentent les rues désertes, les premiers signes apparaissent…

Par Phibes, le 05/07/2014

Notre avis sur l'album La mission des Elfes bleus

Compte tenu de l'engouement que cette série, qui était prévue en 5 volumes, a provoqué, Jean-Luc Istin s'est donc donné pour mission de repartir sur un nouveau cycle d'aventures liées à cette grande famille elfique dont il est à l'origine. Avec ce 6ème épisode, il revient se focaliser sur le peuple des elfes bleus déjà évoqué dans le premier tome et par ce biais, décide avantageusement de remettre en selle les personnages que l'on a déjà croisés précédemment à savoir Lanawyn, Turin, Nerrom l'ork…

Jean-Luc Istin vient une fois de plus confirmer ses talents de conteur en nous introduisant dans une histoire fantastiquement dense, doté d'un mystère particulièrement bien construit autour d'évocations et d'actions qui se suffisent à elles-mêmes pour susciter une bonne tension. Certes, la conception de cette énigme tourne autour d'une structure plutôt conventionnelle mais bénéficie d'une mise en place efficace, d'une évolution remarquablement fluide et d'un dénouement à sensations singulièrement puissant.

La quête de Lanawyn donne donc l'occasion de faire intervenir un lot de personnages on ne peut plus charismatiques, de caractères bien différents, ce qui, en soi, permet de dynamiser les échanges institués et surtout découvrir des facettes insoupçonnées. Lanawyn reste en tête d'affiche – c'est elle la conteuse – avec évidemment ses tensions internes et sa future révélation sous l'emprise du crystal. Turin qui est de nouveau de la partie est beaucoup plus en retrait qu'antérieurement et Nerrom agit dans un rôle plus édulcoré. Il n'en demeure pas moins que cette association apporte beaucoup à la tenue de l'intrigue qui, évidemment, prendra tout son sens dans les ruelles de la cité d'Aspen, un sens aux accents de piège mutant et maléfique.

L'on peut concéder que Kyko Duarte n'est pas de nature à se reposer sur ses lauriers. La preuve en est que ce mois de juin le met particulièrement à l'honneur avec la sortie du présent ouvrage et du premier tome de World War Wolves, dans deux registres qui présentent une certaine similitude mutante mais à l'environnement différent. L'univers elfique qu'il dépeint se veut, encore une fois, de toute beauté tant l'exotisme et la richesse de son travail est des plus prenants. D'une grande expressivité, le trait de Kyko Duarte sait exhaler grâce et monstruosité dans parfois des notions de démesure stupéfiantes, et pour cela, l'on peut lui accorder que ces deux registres sont remarquablement assimilés et restitués. Il ne fait aucun doute que l'appui de Saito, au niveau colorisation, est des plus profitables pour donner à l'ensemble pictural un esthétisme toujours aussi enchanteur.

Une très bonne relance de l'histoire des elfes bleus, bien entreprenante, qui permet, de par la qualité ambiante, de penser que d'autres histoires sur ce peuple féerique pourraient suivre. L'avenir nous le dira !

Par , le

Les albums de la série ELFES

Nos interviews liées

ELFES tome 1 chez Soleil

Sceneario.com : Sous le couvert de la maison Soleil, sort ce mois-ci le premier opus d'une saga intitulée Elfes qui introduit, pour la première fois chez cet éditeur, la notion de série-concept. Qu'est-ce qui a motivé cette initiative éditoriale qui rejoint celle déjà utilisée chez d'autres éditeurs et en quoi se veut-elle, éventuellement, différente ?
Jean-Luc ISTIN A tort ou à raison, j’ai l’impression que les lecteurs, notamment ceux de ma génération en ont assez d’attendre un an minimum pour lire la suite d’un album lu en 30 minutes. Nous sommes depuis notre enfance baignés par des comics américains et des mangas qui ont un rythme de parution mensuel. J’ai donc l’impression que les séries concept sont une réponse à cette demande et c’est ce qui a motivé ma démarche. Le fait d’être une plus grosse équipe de créateurs nous permet de sortir des albums dans une période réduite [...]

Lire la suite ›

Interview de la team Lancelot au complet !

Sceneario.com : Bonjour ! Le tome 2 de la série Lancelot vient de paraître, un an et demi après le premier. C’est une bonne occasion pour vous poser quelques petites questions ! Bien des choses s’y passent, dans ce tome 2, et on y voit notamment grandir le héros Galaad qui va, durant l’album, changer non seulement de nom mais surtout découvrir sa vraie nature. Vous vous êtes donc réapproprié un personnage légendaire pour le changer sur le fond mais sans finalement que cela ne joue trop sur l’action en tant que telle, en tout cas jusque là. Comment est née cette idée que Lancelot put avant tout être une femme ?
Jean-Luc Istin : Une idée comme ça, qui m'est venue je ne sais plus trop comment. En fait, je voulais écrire l'histoire de Lancelot mais le personnage tel quel m'ennuyait ! Je me suis dit "Et si...", vous savez comme dans les comics : "et si Spiderman n'avait pas été piqué par une araignée [...]

Lire la suite ›

Istin et Jigourel, druides du 9ème art

Sceneario.com : Jean-Luc, Le succès des Druides ne se dément pas puisque le quatrième opus est classé dès sa sortie 15ème au TOP 15 BD Livres Hebdo / Ipsos, comment expliquez vous cela ?

Jean-Luc ISTIN : Peut être par l’adéquation du titre, du scénario et du dessin. Lorsque ces 3 choses sont au rendez vous, vous pouvez être quasiment sur que vous tenez un succès. L’aspect graphique est indéniablement séduisant et qualitatif et jacques assure également la fluidité du récit. Il n’en faut pas moins. 

Ensuite, le scénario que nous écrivons est basé sur un mystère et, qui plonge dans un mystère désire l’élucider.
Vous y ajoutez un peu de chance et vous secouez le tout. 

Sceneario.com : On voit se multiplier dans la littérature les Thriller ésotériques, pensez vous qu’il s’agisse d’un simple phénomène de mode, ou d’un malaise plus profond vis-à-vis de la religion ?

Jean-Luc ISTIN : Il faut se poser 2 questions :

1/ pourquoi autant de romanciers se mettent au thriller ésotérique ?

2/ Pourquoi autant de lecteurs pour ce genre ?

- Concernant l’abondance de roman de ce genre, on ne peut écarter l’effet da vinci code [...]

Lire la suite ›

DIM D & ISTIN

Sceneario.com: Comment vous êtes vous rencontrés?
Istin :
: C'est Guy Michel, le dessinateur d'Aquilon et des Contes du korrigan qui nous a présenté. Il nous connaissait tous les deux. Je travaillais déjà avec lui et il connaissait Dim D. On n'a pas bossé le jour même ensemble. Ça s'est fait petit a petit. On a participé à un fanzine municipal à peu près au bout d’un an après notre rencontre. On a d'abord eu une relation d'amitié avant d'avoir une relation de travail. Sceneario.com: J'ai vu dans tes influences que tu parles beaucoup des peintres ambulants, tu peux nous donner plus d'explications ?
Dim D :
Ce sont des peintres hyper réalistes russes du début du XIXieme siècle, Kramskoi, Repin, . Il y a un site sur Internet qui parle de cette école de peinture [...]

Lire la suite ›