EKHÖ #6 Deep south

voir la série EKHÖ
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

SOLEIL

Genre :

Fantasy

Sortie :
ISBN : 9782302055834

Résumé de l'album Deep south

A New York, Soledad, la nouvelle bomba latina a choisi le plus grand magasin de la cité pour se produire devant ses nombreux fans. Malencontreusement, son concert vire au drame suite à l’intervention musclée du sinistre Révérend Fox et de sa bande d’illuminés. Légèrement blessée, la jeune star va chez son agent, Foumille Gratule, avec l’intention d’annuler sa tournée dans le sud qui doit débuter le lendemain. Cette dernière l’informe que résilier ses contrats lui couterait trop cher et l’incite donc à tenir ses engagements. C’est à ce moment qu’elles apprennent que les maquettes du dernier album de Soledad ont été détruites par des sbires du Révérend radical. Une solution s’impose pour la sémillante Fourmille. Cette tournée qui vient sera enregistrée, en live, et pour mener à bien ce projet, elle décide de faire cause commune avec Soledad en l’accompagnant dans son déplacement jusqu’à la Nouvelle-Orléans. Il va de soi que le Révérend Fox et son organisation de fanatiques vont tout faire pour empêcher la star de se produire. Au fait, pourquoi une telle rancœur ? Soledad n’entretiendrait pas quelque secret à ce sujet ?

Par Phibes, le 17/05/2017

Notre avis sur l'album Deep south

La fin du précédent tome qui faisait tomber le voile sur le secret des Preshauns et également sur la destinée de la sémillante Fourmille semblait clore définitivement les aventures de cette dernière au sein du monde d’Ekhö. Il n’en est rien puisque les éditions Soleil et les créateurs patentés que sont Arleston et Alessandro Barbucci ont décidé de poursuivre cette équipée fantaisiste en alignant donc un sixième album.

Les amateurs de cette saga ne pourront qu’être ravis de retrouver ce monde inversé qui ressemble à celui que nous connaissons à la différence près qu’il ne possède pas d’électricité et que de drôles d’animaux en font partie. Préalablement à la fonction à laquelle Fourmille est destinée (voir le tome 5), la belle héroïne est appelée à vivre d’autres péripéties qui, ici, l’amènent en tant que gérante d’une maison artistique à gérer les affaires d’une pop-star et à lever le voile sur son secret.

Une fois encore, Arleston nous sert une aventure dynamique pleinement divertissante et qui a la particularité de rapprocher les deux protagonistes principaux. L’intrigue mise en place liée à la belle Soledad et à son détracteur le révérend James Fox permet de suivre des altercations animées dont l’origine est à découvrir et donne à la truculente et sensuelle Fourmille l’occasion, une fois encore, de faire usage de ses changements aléatoires de personnalités (sous un langage châtié).

La mise en images d’Alessandro Barbucci est toujours aussi agréable à découvrir. Encore une fois, la féminité des personnages qu’il croque est des plus charmeuses (Soledad, Fourmille…) via des plans, des attitudes, des expressions qui confirme la haute maîtrise de ce dessinateur. Pareillement, la partie animalière du monde d’Ekhö fait toujours mouche et offre une vision décalée dépaysante et bien rigolote. Le tout est à déguster sous une colorisation chaude réalisée par une Nolwenn Lebreton inspirée.

Un très bon opus qui nous permet encore une fois de passer un moment de lecture des plus divertissants. A noter qu’un tirage spécial en noir et blanc de ce tome a été publié en novembre 2016.

Par , le

Les albums de la série EKHÖ

Nos interviews liées

A l'occasion des 20 ans de Lanfeust, un bel entretien avec Christophe Arleston

sceneario.com : Christophe, bonjour, nous fêtons les 20 ans de Lanfeust, cela représente 70 albums parus durant ces 20 ans. 
Christophe Arleston : Avec uniquement le monde de Troy on doit effectivement être dans ces eaux-là. Sceneario.com : Cela représente trois albums par an 
Christophe Arleston : Je ne fais pas vraiment de statistiques sur ma production Il y a eu des années ou les parutions ont été plus nombreuses, des années où il y en a eu moins, en fonction des dessinateurs qui pouvaient travailler en parallèle mais on arrive quand même à 70 bouquins. sceneario.com : Il y a juste un cas particulier, les Gnomes de Troy qui sont des gags en une page alors que toutes les autres séries de l’univers de Troy sont des récits complets. 
Christophe Arleston : En fait, les Gnomes sont nés dans Lanfeust Mag parce que la tradition des gags en une page permet d’animer le journal par rapport à la simple prépublication habituelle, traditionnelle d’albums [...]

Lire la suite ›

Interview d'Alessandro Barbucci et Barbara Canepa

Sceneario.com : Comment vous êtes-vous passionnés pour le dessin ? Que lisiez-vous ?
Barbara : Je dessine depuis toujours...Grâce à ma mère qui , depuis que j'étais toute petite, me lisait de nombreux livres de contes illustrés et me laissait m'exprimer librement, en défigurant tous les murs de la maison avec mes " monstrueuses œuvres d'art " !! Et grâce à mon grand-père collectionneur de BD ( Gordon, Prince Vaillant, Little Nemo ...), j'ai entamé sans m'en rendre compte ma carrière d'auteur de BD ! Toute petite, je lisais les Peanuts, Quino, Mordillo et Mickey Mouse. Vers 10 ans j'ai découvert la BD japonaise avec les shojo, en même temps que les auteurs sud-américains comme H. Altuna , J. Gimenez, Trillo, Breccia, et les légendes italiennes comme M. Manara, E. Serpieri, et S. Toppi. Et j'ai eu le coup de foudre ! Mais c'était aussi en raison des thèmes très adultes que je pouvais lire dès 10-12 ans [...]

Lire la suite ›