ECTIS #1 Fantasia Décalée

voir la série ECTIS
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

NUCLEA

Sortie :
ISBN : 2914235607

Résumé de l'album Fantasia Décalée

En 2060, Virgin, détective privé vient d'être embauché par une magnifique créature pour rechercher son mari. Une enquête on ne peu plus banale... sauf que la femme se révèle être une sorte de robot. C'est alors que l'on s'enfonce dans le cyber punk.
Ectis, un des plus gros conglomérats planétaires commence à faire paraitre des failles dans son système. Le maitre d'Ectis, Caïn Guardar, a bien du mal à continuer à contrôler l'intélligence artificielle qu'il a créé.

Par Aub, le NC

Notre avis sur l'album Fantasia Décalée

Tout simplement excellente cette BD.
La nouvelle vague d'auteurs dont font partit Nicolas Pona et Sandro Masin, n'a pas fini de nous surprendre et c'est tant mieux.
Le scénar est très bien mené, on se lié d'amitié très facilement et très rapidement avec Virgin, on est pris dans le suspence et dans les rebondissements à chaque page. Pas moyen de reprendre halaine une seule fois durant la lecture.
Quand aux illustrations elles sont vraiment très bien réussies, même si parfois on peut observer quelques petites disproportions physiques dans les postures des personnages (seulement dans 2 ou 3 cases), mais cela n'est dû qu'au petit manque d'assurance de Sandro qui débute tout juste dans la BD. Sans oublier mon oeil trop critique... et il faut bien aussi que je trouve un défaut à cette BD, non?
Les couleurs sont elles aussi très belles et accentuent encore le ton très dur de cette histoire.
Alors franchement, si je n' ai pas encore réussit à vous décider... allez voir le dossier avec le carnet de croquis, surfez sur le site de Ectis... et puis quoi... achetez cette BD.

Par , le

Les albums de la série ECTIS

Nos interviews liées

Interview du dessinateur Sandro Masin, marin voyageant au bout de son crayon.

Sceneario.com :Bonjour Sandro. Ton actualité récente est la sortie de Jusqu’au bout de la Terre, le premier tome de la collection Histoires de Bretagne. Mais avant de partir vers cette belle région qu’est la Bretagne : revenons sur ton parcours. Qui est donc Sandro Masin ?
Sandro Masin : Après avoir obtenu un BT dessinateur maquettiste, au lycée Auguste Renoir, j'ai commencé comme stagiaire dans une agence de com BD. J'ai fait de l'illustration BD pour de la pub, et divers éditeurs avant de signer mon premier album sorti en 2003 "ECTIS" chez Nucléa 2. Malheureusement l'éditeur a fermé. C'est Jean-Luc Istin qui m'a proposé ensuite de participer au collectif "Les contes du Korrigan" T.7. L'essai fut concluant et l'aventure a ensuite continué chez Soleil avec des albums dans la collection celtic : "Le Sang de la Sirène" (one shot), "Le Gardien du feu" (diptyque) et "Jusqu'au bout de la Terre" (one shot) [...]

Lire la suite ›

Sandro

Sceneario.com: Après une participation à un tome 7 ( "Les contes du Korrigan" ) et un album à suivre ( "Ectis T1" ) mais chez une maison d'édition qui a entre-temps mis la clé sous la porte (Nucléa), qu'est-ce que ça te fait de voir sortir aujourd'hui le one-shot "Le sang de la Sirène" ?
Sandro: C'est une renaissance... Après Ectis 1, avec Nicolas on a commencé le tome 2 mais ça sentait le roussi chez Nucléa. Le contrat stipulait que le tome 2 serait fonction du succès du tome 1... Donc, on attendait le feu vert officiel de Nucléa pour commencer officiellement le 2... Après 9 mois d'attente, une rupture de stock éditeur du tome 1 et quelques lettres recommandées restées sans réponse, conformément au contrat, on a récupéré les droits sur la série. Nucléa a mis la clef sous la porte et on a présenté Ectis  aux autres maisons d'édition qui n'ont pas été intéressées [...]

Lire la suite ›

Nicolas PONA

Sceneario: Salut Nicolas, peux-tu te présenter, décrire ton parcours ?
Nicolas PONA: Rapidement alors. D’abord rêveur feignant, j’ai été viré du cursus normal à 14 ans pour devenir menuisier. Quelques temps, rabotages et diplômes plus tard j’ai terminé mes études d’architecte en écrivant mon premier scénario. Mes études m’avaient appris l’art de concevoir.
En lieu et place de bâtiments j’allais monter des histoires. C’était il y a six ou sept ans.
Ah oui j’ai aussi été maître du monde.
Dans une pâtisserie.

Sceneario: Comment est née l'histoire d'Ectis ?
NP : A ce moment là je venais de terminer mon déménagement dans un taudis trop vieux que je venais d’acheter trop cher.
Ça avait fichu un coup à ma réputation d’homme sans faille.
Aussi pour redorer mon blason j’ai écris une honnête histoire violente, sanglante et bien solide : Ectis.
Ce n’est pas parce-qu’on fait pas de bonnes affaires qu’on est pas capable de faire de bonnes histoires, non ?
Une couche de peinture a aussi donné une bonne gueule à ma maison [...]

Lire la suite ›