DOUBLE GAUCHE #3 Mimsy

voir la série DOUBLE GAUCHE
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

DARGAUD

Genre :

Aventure

Drame

Fantastique

Sortie :
ISBN : 9782205061826

Résumé de l'album Mimsy

Dustin "Goldfinger", dit "Double Gauche" à cause de son infirmité, est toujours à la recherche de celle qui a marqué son existence à savoir Mimsy. Après avoir sollicité "Tête-de-Clou" pour obtenir des renseignements quant à l'endroit où elle pourrait être, il dirige ses pas vers l'ancienne demeure de Marcus Grant, ancien protecteur de la belle brune. Chemin faisant, Dustin évoque à Armand, son majordome, les circonstances de leurs dernières rencontres. De même, au contact de Mimsy, il fait le point de sa situation qui semble peu enviable et découvre ses origines. Entre désirs et réalités, il y a une frontière qu'il est difficile de franchir surtout dans le cas de Dustin et Mimsy.

Par Phibes, le NC

Notre avis sur l'album Mimsy

La volonté de retrouver celle qui a fait son apparition lors d'une soirée mondaine (voir tome 1) s'éteint avec ce troisième et dernier opus. En effet, Dustin, magnat de Sinostropolis présentant la particularité physique de posséder deux mains gauches, va enfin se retrouver face à celle pour laquelle il a passé sa vie à croiser son sillage. Mais saura-t-il pour autant conquérir le coeur de la belle et répondre correctement aux aspirations de celle-ci ? Pas si sûr que ça.


En effet, Eric Corbeyran, que l'on ne présente plus au regard de sa bibliographie imposante, a su concocter une histoire envoûtante dans laquelle les personnages qui y participent exhalent une aura peu ordinaire. A commencer par Dustin, le personnage principal, qui semble, en poursuivant Mimsy, se chercher lui-même. Outre son infirmité qui se révèle à la fois bienfaisante et destructrice, il développe un état d'esprit bien trouble dans la quête d'une certaine vérité. Mimsy est le personnage le plus controversé, échappant à une logique d'existence normale et pour cause !


Alors que les deux premiers tomes partaient sur des dimensions fantastiques peuplées de monstres humains et de pouvoirs surnaturels, le troisième recentre les débats et se veut fignoler le parcours atypique du jeune orphelin. Ses origines peu réjouissantes sont enfin divulguées et caractérisent parfaitement, malgré sa haute stature sociale, le degré miséreux et dérangé de son destin. Aussi, Eric Corbeyran clôture d'une façon magistrale son triptyque et , par surprise interposée et allers-retours dans le passé, nous fait, en toute humilité, un cours sur la vie. La force que dégage son récit a de quoi remuer les tripes du lecteur et permet sans nul doute de le transporter dans une dimension originale voire féerique et pleine d'imprévus.


Cette atmosphère bien pesante est largement exploitée par les remarquables graphiques de Gil Formosa. Employant à bon escient et sans trop d'exagération le noir, il réalise un dessin à double tranchant. La beauté longiligne et la grâce de Mimsy et d'autres personnages féminins embaumant une certaine douceur viennent contraster avec la dureté des traits d'autres protagonistes tout aussi captivants. Beaucoup de punch et également de délicatesse viennent se mêler pour constituer un travail bien maîtrisé à saluer haut les mains. Les gros plans tout comme les vues plus générales empreints de sensualité et d'énergie à revendre représentent un festival de dessins colorisés avec un soin très professionnel.


A gauche, comme à gauche, l'histoire d'Eric Corbeyran et de Gil Formosa enchantera un très large parterre de lecteurs qui n'opposera aucune résistance à répondre à l'appel de la belle sirène brune et de son soupirant infirme. Un superbe ouvrage pour une non moins superbe série à conseiller !

Par , le

Les albums de la série DOUBLE GAUCHE

Nos interviews liées

Corbeyran nous parle d'Irina

Sceneario.com : Pourquoi le choix d’Irina ?
Eric Corbeyran : J’adore les filles qui portent des flingues. J’ai quelques héroïnes dans ce goût-là, des filles dangereuses, comme dans le Chant des Stryges où l’héroïne est une tueuse professionnelle, ou dans le Régulateur où les personnages principaux sont deux nanas. Donc le choix s’est naturellement porté sur cette tueuse.
Sceneario.com :
Eric Corbeyran : C’est facile, on a tendance à croire que trop de contraintes nuisent alors que c’est le contraire, c’est plus facile, j’aime les contraintes. J’ai adapté Assassin’s Creed, et il y avait beaucoup de contraintes, alors ici c’était de la « rigolade ».

J’avais toute liberté pour créer le personnage. Dans XIII on la voit tuer, c’est un comportement de tueuse stéréotypé [...]

Lire la suite ›

Eric Corbeyran et Brice Bingono pour Pavillon Noir chez Soleil

Sceneario.com : Comment vous êtes-vous rencontrés ?
Eric CORBEYRAN : C'est Jean Wacquet (de chez Soleil) qui nous a mis en contact. A l'époque Brice n'habitait pas loin de Bordeaux, nous nous sommes donc rencontrés "pour de vrai". Le courant est passé tout de suite...

Sceneario.com : Eric, qu'avez vous apprécié chez Brice pour avoir envie de travailler avec lui ?
Eric CORBEYRAN : D'abord, j'ai vu quelques uns de ses anciens travaux, des pages de bd mais aussi des illus. Ca a été très positif tout de suite. Le déclic s'est produit et la machine s'est mise en marche dans ma tête. Ensuite, j'ai rencontré le bonhomme et il m'a plu d'emblée. Après, je n'ai cessé d'être enthousiasmé par les planches de Pavillon noir. Chaque livraison était un petit événement tant son trait est énergique et attachant [...]

Lire la suite ›

Gil FORMOSA, dessinateur

Gil Formosa Sceneario.com: Comment es-tu venu à la bande dessinée ?

Gil FORMOSA: Et bien, en décembre 1974, j'ai été engagé au studio artistique des Éditions Dargaud par René Coscinny pour assister Morris. Pendant 4 ans, j'ai dessiné Lucky Luke et Rantanplan pour le Merchandising, pub, dessins animés, affiches de cinéma, etc.… découvrant ainsi les exigences professionnelles, j'avais 18 ans.


Sceneario.com: Il a coulé de l’eau sous les ponts depuis CARGAL ! Pourquoi as-tu arrêté la BD ?

Gil FORMOSA: Pour des raisons qui ne semblent plus si évidentes aujourd’hui !

À l'époque j'étais très jeune, et l'envie de goûter à de nouvelles expériences artistiques m'attira très vite [...]

Lire la suite ›