DOLLS KILLER #1 Tome 1

voir la série DOLLS KILLER
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

SOLEIL

Collection :

Fiction Serial Killer

Genre :

Adaptation

Drame

Policier

Sortie :
ISBN : 9782302001077

Résumé de l'album Tome 1


Steevie est déjà passé chez le juge pour vol. Il sait qu’en cas de récidive, il en prend facilement pour 20 ans. Mais ce jour-là, alors qu’il a sa mère au bout du fil pour lui souhaiter son anniversaire, il lui assure qu’il a enfin trouvé un job sûr, qu’elle n’a pas à s’inquiéter, et qu’elle aura son cadeau. Mais Steevie ment. Et s’il lui faut trouver un cadeau pour sa mère, c’est encore en le volant qu’il va l’obtenir...

Alors qu’il a pénétré dans un appartement après avoir réussi à entrer dans un immeuble, Steevie sera témoin d’un crime juste après avoir dérobé une babiole dont il se serait contenté. Malheureusement pour lui, dans sa fuite horrifiée, il a perdu ses papiers d’identité que l’assassin a vite fait de récupérer.

Juliette, lieutenant dans la police, est mise sur l’affaire. Comme deux autres fois ces derniers temps, la signature du crime est la même : une poupée est retrouvée sur les lieux. Mais cette fois, la découverte s’est faite suite à un appel anonyme (celui de Steevie). Juliette va donc rechercher le témoin dans un premier temps. Traqué par le tueur, il sera l’appât. Il n’y a plus qu’à attendre que ça morde... en écoutant cette radio sur les ondes de laquelle les insomniaques se confient, tels cet auditeur qui a l’air bien renseigné sur l’affaire...
 

Par Sylvestre, le NC

Notre avis sur l'album Tome 1


Premier titre de la collection Fiction Serial Killer, Dolls killer est logiquement conçu comme les deux autres de la collection soeur Dossier Serial Killer, nous relatant en bande dessinée une énigme non résolue, avec cette différence par rapport aux deux autres albums que cette fois-ci, le scénario n'est pas basé sur un fait réel...

Signé par Nicolas Pona, le scénario de cette bande dessinée est mis en images et en couleurs par Sergio Bleda. Les deux artistes ont uni leurs talents pour nous offrir cette lecture qui est un bien bon moment à passer (pas comme pour certains, mais... je vous laisse lire !)

Après, au-delà de cela, point non plus d’atout extraordinaire à Dolls killer, son intérêt principal résidant finalement dans l'histoire elle-même, dans sa manière de nous être contée et de solliciter notre curiosité. On salue donc le travail bien mené d’un fait divers qui émeut de par le fait qu’il n'est pas solutionné et qui garde donc toute sa force même une fois la dernière page tournée (l'histoire sera cependant développée sur 3 tomes), on salue également le graphisme très honnête qu’on a pris du plaisir à assimiler au cours de la lecture, puis on referme le livre (satisfait, mais) sans avoir non plus découvert un véritable trésor du 9ème art.

Une lecture plaisir. A déconseiller aux plus jeunes, forcément.
 

Par , le

Les albums de la série DOLLS KILLER

Nos interviews liées

Nicolas PONA

Sceneario: Salut Nicolas, peux-tu te présenter, décrire ton parcours ?
Nicolas PONA: Rapidement alors. D’abord rêveur feignant, j’ai été viré du cursus normal à 14 ans pour devenir menuisier. Quelques temps, rabotages et diplômes plus tard j’ai terminé mes études d’architecte en écrivant mon premier scénario. Mes études m’avaient appris l’art de concevoir.
En lieu et place de bâtiments j’allais monter des histoires. C’était il y a six ou sept ans.
Ah oui j’ai aussi été maître du monde.
Dans une pâtisserie.

Sceneario: Comment est née l'histoire d'Ectis ?
NP : A ce moment là je venais de terminer mon déménagement dans un taudis trop vieux que je venais d’acheter trop cher.
Ça avait fichu un coup à ma réputation d’homme sans faille.
Aussi pour redorer mon blason j’ai écris une honnête histoire violente, sanglante et bien solide : Ectis.
Ce n’est pas parce-qu’on fait pas de bonnes affaires qu’on est pas capable de faire de bonnes histoires, non ?
Une couche de peinture a aussi donné une bonne gueule à ma maison [...]

Lire la suite ›