DESTINS #4 Paranoïa

voir la série DESTINS
Dessinateur :


Scénaristes :



Coloriste :


Éditions :

GLENAT

Genre :

Aventure

Drame

Sortie :
ISBN : 9782723467506

Résumé de l'album Paranoïa


En route pour l'ambassade des Etats-Unis où elle a l'intention de se dénoncer pour un braquage meurtrier auquel elle a participé il y a vingt ans, Ellen Cluster fait un détour par la Metropolitan Police pour y retrouver son fils Dylan. En effet, ce dernier est à l'origine d'un incendie qui a détruit une partie du collège où il étudie. C'est ainsi qu'elle rejoint son mari Richard auquel elle ne tarde pas à lui faire des confidences quant à son passé de révolutionnaire et à son intention de se livrer à la police pour disculper Jane Tyler, la femme qui a été condamnée à sa place. Effaré par les aveux de sa femme, Richard tente de la dissuader dans ses intentions qui pourraient nuire à sa carrière politique. Malgré tout, devant la détermination inébranlable de celle-ci, il finit par approuver sa démarche. Mais cet assentiment n'est peut-être pas aussi innocent qu'on pourrait le croire si bien qu'Ellen va avoir bien du mal à se faire entendre au point de sombrer en pleine paranoïa.


 

Par Phibes, le 22/08/2010

Notre avis sur l'album Paranoïa


L'arbre de la saga initiée par le productif Frank Giroud étend ses rameaux dans le dilemme auquel est confronté le personnage principal Ellen Cluster. Après une première opération éditoriale de pas moins de trois albums sortis en janvier 2010, les éditions Glénat tirent une nouvelle salve qui lance sur le marché deux nouveaux épisodes apportant une double suite au tome 2 intitulé Le fils.


Paranoïa correspond au premier choix que fait Ellen Cluster face à l'affaire qui défraie la chronique concernant la condamnation de Jane Tyler à laquelle la belle rousse est intimement liée. Mais ce choix, celui de libérer sa conscience au détriment de sa famille et en particulier de la carrière de son mari, sera celui qui va transformer sa destinée en un véritable parcours dans lequel elle va devoir mener un combat contre elle-même et aussi contre une manipulation insidieuse.


Dès les premières images, le ton est donné. Valérie Mangin qui apporte ici sa contribution à la saga, démêle sa vision mortelle du début du récit en dévoilant le sinistre complot auquel est associée la pauvre Ellen. L'intrigue progresse graduellement, de façon linéaire et classique, faisant coexister adroitement la volonté de dénonciation de la jeune femme avec l'impossibilité de faire les aveux dus à la réceptivité stérile de ses interlocuteurs sans scrupule.


Daniel Hulet qui a déjà travaillé avec le scénariste dans une autre série (Le décalogue – les Fleury-Nadal T2 et 3) gère son trait caractéristique avec toujours autant de soin et de réalisme. Malgré le changement de dessinateur à chaque épisode, on retrouve sans problème les personnages clés à la saga, y compris dans ce quatrième tome que le père polyvalent de L'état morbide et d'Extra-muros a su animer avec brio.


Un très bon épisode orientant, paranoïaquement parlant, la destinée tumultueuse et multipistes d'Ellen Cluster qui, au regard de l'arborescence de la saga, n'a pas fini de se démener (tant mieux pour nous !).


 

Par , le

L’idée originale de Franck Giroud se concrétise progressivement et nous donne une vision de plus en plus précise des possibilités ouvertes par le concept. Les différents choix de l’héroïne permettent vraiment de partir sur des voies très variées tout en maintenant le lecteur en haleine.

Ce quatrième tome, suite du tome 2 (si si), se lit quasiment comme un thriller. Ellen se voit prise dans les mailles d’une machination destinées à l’empêcher de se dénoncer. C’est très bien fait et le suspense est maintenu jusqu’au bout. On a d’ailleurs hâte de lire la suite, dans le tome... 8 (ou 9 !). Vous comprendrez en regardant le dos de la couverture, qui résume le cheminement des différents albums de la série. Un conseil, plongez sans hésitez dans cette (ces) histoire(s) passionnante(s) !

Par , le

Les albums de la série DESTINS

Nos interviews liées

Moi, Jeanne d'Arc

Sceneario.com : Vous affichez une vision de la Pucelle fort éloignée de la guimauve patriotique habituelle, est-ce par provocation?
Valérie Mangin : Au départ, non. Mais c’est vrai que l’album est vécu comme une provocation par certains lecteurs. Traditionnellement,  Jeanne d’Arc est une sainte. C’est la Pucelle comme vous le dites dans votre question, alors la montrer « à poil », ça ne se fait pas… même en 2012 !
Pourtant, je n’ai pas eu l’impression de lui manquer de respect. Au contraire, je lui ai rendu son humanité. Pour moi,
Jeanne d’Arc est d’abord une vraie femme avec un corps, des émotions et des pulsions sexuelles. Ensuite c’est une femme qui a soif de liberté et d’accomplissement. Elle ne devient pas sorcière puis chef de guerre parce que Dieu ou le Cornu le lui ordonnent mais par choix personnel, pour vivre pleinement sa vie [...]

Lire la suite ›

Frank Giroud pour Quintett tome 5

  Sceneario.com: Nous arrivons déjà à la fin de Quintett, quel effet ça fait de cloturer cette excellente série ?

Frank Giroud: Je suis à la fois soulagé d’avoir mené un tel navire à bon port… et nostalgique d’en quitter le pont.
 
Sceneario.com: De Vita vous a proposé Giancarlo Alessandrini lorsqu'il s'est agi de lui trouver un remplaçant. Avez-vous fait confiance au choix de Giulio De Vita ou bien Giancarlo Alessandrini a-t-il dû "passer des tests" ?

Frank Giroud: J’avais pleine confiance dans les goûts de Giulio et j’ai bien aimé les extraits des divers travaux envoyés par Giancarlo. Mais je ne pouvais pas l’accueillir à bord sans m’être assuré qu’il serait vraiment l’homme de CETTE situation [...]

Lire la suite ›

Valérie Mangin scénariste

Sceneario.com: Qui est Valérie Mangin?
Valérie MANGIN:
« Elle » ? Il faut que je parle de moi à la troisième personne comme César ou Delon ? Allons-y : C’est une femme avec une personnalité multiple. Le jour, Valérie est une sympathique directrice de collections, historienne de formation, qui aide des auteurs de BD à accoucher de leurs histoires. Mais la nuit, elle devient « Mangin » une scénariste farfelue qui invente des tragédies cosmiques et des récits fantastiques gores.

Sceneario.com: Vous sortez donc ce mois ci chez Quadrant Solaire votre nouvelle série KGB, quel effet ça fait? Des peurs? Des envies? Oui, tout cela à la fois.
Valérie MANGIN:
J’oscille entre la grande joie de voir enfin le résultat de deux ans de travail acharné et la peur d’être moi-même déçue par mon album que j’ai à chaque livre [...]

Lire la suite ›