DESTINS #5 Le fantôme

voir la série DESTINS
Dessinateur :


Scénaristes :



Coloriste :


Éditions :

GLENAT

Genre :

Aventure

Drame

Sortie :
ISBN : 9782723467513

Résumé de l'album Le fantôme


Pour avoir mis volontairement le feu à son collège et blessé indirectement Victor Wells, un de ses camarades, Dylan Cluster s'est retrouvé au poste de police où son père Richard et sa mère Ellen l'ont rejoint. Face au constat affligeant d'une vie familiale dissolue, Richard prend la résolution de défendre lui-même son fils devant les tribunaux et parvient à obtenir pour ce dernier une peine allégée. C'est sur le chemin de retour à la maison qu'Ellen est frappée d'une vision fantomatique de celle qu'elle ne connaît que trop bien et qui a été emprisonnée à tort, Jane Tyler. D'ailleurs, c'est en arrivant à leur domicile qu'elle apprend que celle-ci été exécutée. Alors que le tapage médiatique sur l'incendie grève totalement les chances d'une carrière politique pour Richard, Ellen voit sa raison troublée par l'obsédante image de Jane. Elle se décide à consulter son ancien ami thérapeute chaman Lu-Pan qui semble lui ouvrir la voie d'une possible guérison. Mais c'est sans compter sur la dernière épreuve qu'elle va devoir affronter !


 

Par Phibes, le 23/08/2010

Notre avis sur l'album Le fantôme


Avec ce cinquième opus, le prolifique scénariste Eric Corbeyran qu'on ne présente plus vient suppléer, le temps d'un album, Frank Giroud l'initiateur des mésaventures pluridirectionnelles d'Ellen Cluster. A cet égard, il vient donner une deuxième suite à l'épisode intitulé Le Fils (T2) en parallèle de celle sous-titrée Paranoïa.


Force est de constater que le présent récit qui commence à partir de l'incendie du collège de Dylan nous emmène dans un tourbillon de péripéties qui confère à celui-ci un intérêt extraordinaire. Au travers d'un découpage savamment orchestré et au gré de transitions finement placées, la dérive de la famille Cluster dont le jeu, des plus soutenus, s'éloigne de la sauvegarde de Jane Tyler, conserve d'un bout à l'autre une vigueur exceptionnelle et se voit auréolée de philosophie géomantique africaine.


On est suspendu au drame des Cluster qui semblent subir individuellement les coups de butoirs d'une destinée capricieuse. Car les rebondissements sont nombreux et soumettent à rude épreuve, et les personnages, et le lecteur, les plongeant dans une ambiance paranoïaque que le 4ème opus de la saga, pourtant à l'orientation différente, pourrait envier.


Au niveau des dessins, on ne pourra qu'être subjugué par le travail tout en beauté d'Espé. La justesse de son coup de crayon très réaliste dont on a pu avoir un gros aperçu dans sa saga Le 3e œil ou dans Le territoire et dernièrement dans l'adaptation Sept jours pour une éternité…, apporte une authenticité formidable à l'intrigue et confirme son talent de dessinateur rigoureux. Jouant habilement sur les différents plans, il rend ses décors et ses personnages attirants et développe par le jeu des regards des ambiances des plus convaincantes.


Le fantôme est une suite inflexible qui entretient à merveille une intrigue dramatique liée à la destinée d'une famille qui semble se briser en mille morceaux. Un récit de choix pour un menu multidirectionnel très appétissant.


 

Par , le

C’est sans doute, pour l’heure, le plus terrible des destins de la famille d’Ellen qui se trame sous nos yeux, celui d’une culpabilité exacerbée tant pour elle que pour son fils. Une oeuvre pour le moins sombre, mais aussi teintée d’ésotérisme. Il est incroyable de voir à quel point cette deuxième suite au tome “Le Fils” peut être différente de l’autre suite, “Paranoïa”.

Les dessins sont particulièrement réussis et le scénario se laisse suivre avec intérêt même si, je l’avoue, je l’ai trouvé moins passionnant et moins accrocheur que le tome 4. La trame est, en effet, moins rythmée, trop noyée peut être dans le chamanisme. A moins que ce visage d’une héroïne complètement perdue ne me satisfasse pas ? Qu’importe, d’autres destins de la série me conviennent parfaitement et font de ce projet une belle collection à succès.

Par , le

Les albums de la série DESTINS

Nos interviews liées

Corbeyran nous parle d'Irina

Sceneario.com : Pourquoi le choix d’Irina ?
Eric Corbeyran : J’adore les filles qui portent des flingues. J’ai quelques héroïnes dans ce goût-là, des filles dangereuses, comme dans le Chant des Stryges où l’héroïne est une tueuse professionnelle, ou dans le Régulateur où les personnages principaux sont deux nanas. Donc le choix s’est naturellement porté sur cette tueuse.
Sceneario.com :
Eric Corbeyran : C’est facile, on a tendance à croire que trop de contraintes nuisent alors que c’est le contraire, c’est plus facile, j’aime les contraintes. J’ai adapté Assassin’s Creed, et il y avait beaucoup de contraintes, alors ici c’était de la « rigolade ».

J’avais toute liberté pour créer le personnage. Dans XIII on la voit tuer, c’est un comportement de tueuse stéréotypé [...]

Lire la suite ›

Eric Corbeyran et Brice Bingono pour Pavillon Noir chez Soleil

Sceneario.com : Comment vous êtes-vous rencontrés ?
Eric CORBEYRAN : C'est Jean Wacquet (de chez Soleil) qui nous a mis en contact. A l'époque Brice n'habitait pas loin de Bordeaux, nous nous sommes donc rencontrés "pour de vrai". Le courant est passé tout de suite...

Sceneario.com : Eric, qu'avez vous apprécié chez Brice pour avoir envie de travailler avec lui ?
Eric CORBEYRAN : D'abord, j'ai vu quelques uns de ses anciens travaux, des pages de bd mais aussi des illus. Ca a été très positif tout de suite. Le déclic s'est produit et la machine s'est mise en marche dans ma tête. Ensuite, j'ai rencontré le bonhomme et il m'a plu d'emblée. Après, je n'ai cessé d'être enthousiasmé par les planches de Pavillon noir. Chaque livraison était un petit événement tant son trait est énergique et attachant [...]

Lire la suite ›

Frank Giroud pour Quintett tome 5

  Sceneario.com: Nous arrivons déjà à la fin de Quintett, quel effet ça fait de cloturer cette excellente série ?

Frank Giroud: Je suis à la fois soulagé d’avoir mené un tel navire à bon port… et nostalgique d’en quitter le pont.
 
Sceneario.com: De Vita vous a proposé Giancarlo Alessandrini lorsqu'il s'est agi de lui trouver un remplaçant. Avez-vous fait confiance au choix de Giulio De Vita ou bien Giancarlo Alessandrini a-t-il dû "passer des tests" ?

Frank Giroud: J’avais pleine confiance dans les goûts de Giulio et j’ai bien aimé les extraits des divers travaux envoyés par Giancarlo. Mais je ne pouvais pas l’accueillir à bord sans m’être assuré qu’il serait vraiment l’homme de CETTE situation [...]

Lire la suite ›