DESTINS #6 Déshonneurs

voir la série DESTINS
Dessinateur :


Scénaristes :



Coloriste :


Éditions :

GLENAT

Genre :

Drame

Sortie :
ISBN : 9782723467582

Résumé de l'album Déshonneurs


Face à la nouvelle de l'exécution prochaine de Jane, Ellen Cluster a choisi, pour le bien de sa famille, de fuir en Afrique avec ses collègues de la Wafa. Mais en arrivant sur place, ils sont pris à parti par une bande de rebelles qui les emprisonne et les condamne à être exécutés. Toutefois, une alternative s'offre à Ellen, celle d'avoir la vie sauve si elle filme l'exécution. Malgré la pression délétère qu'elle subit au contact de certains chefs de guerre, la jeune femme bénéficie d'une aide inespérée en la petite personne d'Akim qui lui propose de s'échapper après la mise à mort de ses camarades. Est-elle prête à ce sacrifice, surtout que dans la balance, vient se rajouter le grave délit que vient de commettre en Angleterre son fils au collège et qui le met dans une fâcheuse posture.


 

Par Phibes, le 11/10/2010

Notre avis sur l'album Déshonneurs


Les péripéties africaines sont l'occasion d'offrir un nouveau choix pour celle qui reste au centre de cet arbre à multiples destinées. En effet, Ellen Cluster a fui en Afrique et prise au piège d'une guerre civile, elle se doit de trancher une nouvelle fois dans un affreux dilemme mettant sa vie en balance.


Ce sixième opus donne l'occasion à Kris (Notre mère la guerre, Le monde de Lucie, Les ensembles contraires…) de gérer, sous l'égide de l'instigateur de la saga Frank Giroud, une partie des péripéties africaines de l'héroïne. Autant dire de suite que son aptitude à traiter de sujets sensibles est une fois de plus avérée. Déshonneurs en est le parfait exemple et nous entraîne dans une intrigue puissante où enfants et adultes sont mêlés à un terrible conflit territorial sur fond de meurtre organisé.


L'épisode est d'une grande noirceur, taquine sérieusement l'émotivité du lecteur, de par la décision radicale d'Ellen et des évènements dramatiques qui en découlent. Le jeu de la séquestrée, complété par celui d'un adolescent surprenant, n'est certainement pas à son honneur (d'où le sous-titre) mais la décision, difficile au demeurant, est prise, radicalement. De fait, par ce geste malheureux et par la tension interne qu'il génère, la jeune femme semble retrouver les ambiances qu'elle a vécues précédemment, arme à la main. A cet égard, pour mieux en saisir la portée, Kris n'hésite pas à intercaler adroitement des séquences complémentaires d'un passé marquant.


Les péripéties africaines prennent par le trait rapide de Gilles Mezzomo (Ethan Ringler Agent fédéral, Luka...) une dimension graphique résolument forte et réaliste. Utilisant un encrage assez épais, le dessinateur nous oppose des personnages durs dans leurs regards et fourbes dans leurs pensées que l'on devine aisément. Malgré une colorisation un peu vive à certains moments (correspondant au passé d'Ellen), l'ambiance qu'il dépeint avec une justesse probante prend des élans dramatiques effrayants.


Un épisode remarquable pour une décision qui ne l'est point. Un excellent moment de lecture où l'amertume a sa place.


 

Par , le

Les albums de la série DESTINS

Nos interviews liées

Kris nous parle du collectif En chemin elle rencontre

Sceneario.com : Bonjour Kris ! Pour mieux faire connaissance, vous serait-il possible de faire une petite rétrospective de votre immersion dans le monde du 9ème art ? Quel en a été le fait déclencheur ?
Kris : Ho, c’est un parcours on ne peut plus classique : un rêve de gamin qui commence à prendre corps le jour où j’ai rencontré plusieurs dessinateurs talentueux qui, comme moi, voulaient à tout prix faire de la bande dessinée. C’était en 1998, alors que j’étais en fac d’histoire à Brest : ça faisait longtemps que j’écrivais des scénarios, dans mon coin. Mais un scénariste BD sans dessinateur, ça ne sert pas à grand-chose… Bref, je travaillais au rayon BD d’une librairie et les étudiants des beaux-arts du coin venaient y traîner régulièrement. Il y avait Obion, Gwendal Lemercier, Mike, Julien Lamanda, etc [...]

Lire la suite ›

Frank Giroud pour Quintett tome 5

  Sceneario.com: Nous arrivons déjà à la fin de Quintett, quel effet ça fait de cloturer cette excellente série ?

Frank Giroud: Je suis à la fois soulagé d’avoir mené un tel navire à bon port… et nostalgique d’en quitter le pont.
 
Sceneario.com: De Vita vous a proposé Giancarlo Alessandrini lorsqu'il s'est agi de lui trouver un remplaçant. Avez-vous fait confiance au choix de Giulio De Vita ou bien Giancarlo Alessandrini a-t-il dû "passer des tests" ?

Frank Giroud: J’avais pleine confiance dans les goûts de Giulio et j’ai bien aimé les extraits des divers travaux envoyés par Giancarlo. Mais je ne pouvais pas l’accueillir à bord sans m’être assuré qu’il serait vraiment l’homme de CETTE situation [...]

Lire la suite ›

Les auteurs de Bluehope chez Glénat

Questions pour Nadine Thomas (Coloriste)
SCENEARIO.COM: Nadine, peux tu te présenter en quelques mots?
Oui.Nadine Thomas, née le 19 avril 1973 à Meulan (oui trente ans cette année, vos calculs sont bons).
J'habite depuis 4 ans à Bordeaux, ville que j'affectionne particulièrement malgré son taux d'humidité !
Je suis coloriste depuis...1997, oui c'est çà, entre autres des séries Candélabres (éd.Delcourt), Les Teigneux (éd.Soleil) et bien sûr Bluehope chez Glénat.

SCENEARIO.COM: Combien de temps pour faire cette première BD?
Pour le 1er tome de Bluehope vous voulez dire ?
A franchement parler je ne peux pas vous dire exactement car à ce moment là, comme aujourd'hui, je travaillais sur d'autres séries en parallèle, donc j'ai pas mal alterné, me consacrant à l'une ou l'autre selon l'arrivage des planches (il ne faut pas oublier que le travail de coloriste dépend beaucoup du "rendement" du dessinateur ou de la dessinatrice) [...]

Lire la suite ›