DEAD LIFE #3 Le calice

voir la série DEAD LIFE
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

SOLEIL

Genre :

Horreur

Zombies

Sortie :
ISBN : 9782302042131

Résumé de l'album Le calice

Dans le seul lieu sécurisé de la bourgade de Galdercross, toute une communauté fait face à l’épidémie qui sévit à l’extérieur et qui transforme tous les êtres en mort-vivant. Le vieux Jo rapporte à ses compagnons d’infortune que le mal qui les touche remonte du temps des croisades et qu’il est lié à un calice ancien que détenait scrupuleusement son ami Bradi. Ce dernier étant décédé et son fils, Curtis, faisant partie des rescapés, il est proposé à ce dernier de retourner à son domicile pour y retrouver le sinistre ustensile. Après une préparation du mode opératoire, Jo, Curtis et plusieurs compagnons s’élancent à l’extérieur. Compte tenu du danger qui rôde autour d’eux et qui peut surgir à tout moment, pourront-ils arriver à destination ? Et si tel est le cas, pourront-ils trouver à temps ce qu’ils recherchent ?

Par Phibes, le 25/09/2017

Notre avis sur l'album Le calice

Après tout de même plus de quatre années de silence qui ont permis aux deux auteurs de la saga Jean-Charles Gaudin, le scénariste, et Joan Urgell, le dessinateur, de partir sur d’autres horizons, Dead life refait un petit tour sur les étalages pour la troisième… et dernière fois. En effet, le manque d’attrait du lecteur ou la volonté de l’éditeur d’en finir plus tôt ont fait que la quadrilogie prévue au départ s’est muée en une trilogie.

Ce dernier volet donc vient clore les péripéties mortifères de Curtis et de ses malheureux compagnons. Dès les premières planches, l’origine du mal nous est enfin communiquée et désigne sans équivoque l’objet maléfique qui putréfie les gens. Sans toutefois trop s’étendre sur sa provenance (on aurait pu croire que c’était le Saint Graal mais rien ne l’affirme réellement), Jean-Charles Gaudin relance les péripéties des rescapés de la ville de Galdercross, prêt à tout pour préserver leur peau. C’est dans une sorte de mission de la dernière chance que nous retrouvons la bande à Curtis, mission qui doit les faire sortir de leur isolement et les amener à retrouver le fameux calice.

Il ne fait aucun doute que le récit reste dans cette évocation horrifique qu’il entretient depuis la première heure. Si les sensations fortes sont toujours de mise, l’on regrettera un petit manque d’originalité dans les scènes qui les déclenchent. Malgré tout, la quête du calice à travers la zone infestée de zombies révèle bien des rebondissements qui assurent une tension constante et qui prendra un échelon de plus lors de la dernière rencontre que devront faire Curtis et les autres, manipulés à leur insu.

La partie graphique est en totale adéquation avec le thème. En effet, d’un trait dynamique et horrifique qu’il a su faire évoluer profitablement depuis le précédent tome, Joan Urgell nous assure d’un dessin concluant qui vaut pour les sensations qu’il génère. Il va de soi que l’horreur est bien retranscrite et que les scènes de zombies sont sanglantes à souhait.

Une fin d’aventure frissonnante dans laquelle les amateurs d’hémoglobine croqueront à pleines dents.

Par , le

Les albums de la série DEAD LIFE

Nos interviews liées

Jean-Charles Gaudin et Frédéric Peynet

Sceneario.com : Au mois d'août prochain, sort Phoenix, votre dernier "nouveau-né" à tous les deux, thriller moderne aux ambiances fantastiques. Après Le Feul, votre association semble se péréniser ? Comment traduisez-vous le travail de l'autre ?
Jean-Charles GAUDIN : Je connais Frédéric depuis pas mal d’années et je l’avais vu arriver avec une bd complète et de somptueuses illustrations pour l’examen de son école. Il était plus qu’évident que Frédéric Peynet avait un talent fou. J’ai eu de suite envie de travailler avec lui. Depuis, il a progressé pour arriver à ce trait si précis et si séduisant. Je suis toujours aussi stupéfait de ses planches. Tous les détails y sont sans alourdir le propos. Son trait est à la fois efficace et élégant. Pour moi, Frédéric Peynet est un grand du 9ème art !
Frédéric PEYNET : Jean-Charles et moi nous connaissons depuis 1997 [...]

Lire la suite ›

Jean-Charles Gaudin

Sceneario.com: Peux-tu te présenter et nous dire ton parcours en tant que scénariste ?
Jean-Charles Gaudin :
J’ai commencé par écrire et réaliser des courts-métrages. C’est là que j’ai appris l’écriture de scénarios. Le fait de réaliser moi-même m’a fait progresser sur les choses qui fonctionnent à l’écrit et qui marchent moins bien une fois en images. La BD est venue par la suite. C’est Crisse qui, au sortir d’une de mes projections de film, m’a tendu la perche. Je l’ai saisie et voilà…

Sceneario.com : Comment s’est effectuée ta rencontre avec Trichet ?
Jean-Charles Gaudin :
Trichet faisait partie de ces dessinateurs assidus à une réunion que nous organisons tous les mois dans un café de la Roche sur Yon en Vendée. Je commençais tout juste mes travaux sur MARLYSA [...]

Lire la suite ›