Au jour le jour

Dessinateurs :



Scénaristes :



Coloristes :



Éditions :

URBAN COMICS

Collection :

Vertigo Classiques

Genre :

Drame

Fiction

Intimiste

Vie Quotidienne

Sortie :
ISBN : 9782365770132

Résumé de l'album Au jour le jour

 
Bràs de Oliva Domingos s’occupe de la rubrique nécrologique d’un journal de la ville de São Paulo, au Brésil. Il y rend hommage aux personnes décédées qu’il cite en rédigeant en leur souvenir des petits textes personnalisés ; textes très appréciés pour leur qualité par les proches des défunts qui les découvrent. A côté de cela, Bràs est aussi écrivain, mais le livre qu’il a publié, même s’il n’a pas reçu un mauvais accueil, n’en fait pas l’écrivain de référence qu’est son père...

Le souvenir des disparus est beau, dans les lignes qu’écrit Bràs. Mais qu’en sera-t-il lorsque c’est sa mort à lui qu’il faudra pleurer ? Faut-il y penser dès maintenant, d’ailleurs ? Certes, la vie est belle, mais le risque de mourir ne se tient-il pas tapi en embuscade quelque part dès le premier jour que Dieu nous offre ? Il y a tant de manières de tirer sa révérence...
 

Par Sylvestre, le 09/05/2012

Notre avis sur l'album Au jour le jour

 
Un âge pour titre du premier chapitre : 32 ans. Voilà qui ne fait qu’un maigre indice sur ce que nous réserve cette lecture, d’autant plus que c’est à la mort du héros qu’on assiste dès la fin de ce fameux premier chapitre ! Que vont donc pouvoir raconter les épisodes suivants ?! Ne vous inquiétez pas : la réponse arrive rapidement, et lorsque s’impose la conclusion du deuxième volet, on comprend le petit manège que font tourner pour nous les deux auteurs Fàbio Moon et Gabriel Bà ! L’intuition s’avère bonne, et la preuve s’imprime à chaque chapitre : on est bel et bien en train de vivre, au fil de notre lecture, les nombreuses vies qu’ont voulu offrir à leur héros ses pères. Avec les joies et les peines qui en découlent : la tristesse d’assister à son décès à chaque fois, mais également la résurrection que l’art de la fiction admet ! Le tout se révélant être un hymne à la vie, à l’amour et à l’amitié doublé du conseil qui doucement nous susurre que la vie est belle et vaut vraiment le coup d’être vécue. Un album dopant, en quelques sortes. Un album rassemblant l’intégralité des 10 parties qui, initialement, de l’autre côté de l’Atlantique, avaient été publiées les unes après les autres pour former un tout. Une belle découverte à faire chez Urban Comics, dans leur collection Vertigo Classiques.
 

Par , le

Chaque chapitre de ce remarquable album présente Bras à un age différent de sa vie. Qu'il ai 32, 11 ou 76 ans ça se termine invariablement de la même façon, il meurt à la dernière page.
Néanmoins, les frères Ba et Moon se demandent ainsi ce que pourraient signifier les grands moments de notre vie s'ils devaient en même temps être nos derniers instants de vie ! Bon la question ne va pas forcément plus loin, car très vite les auteurs se servent de ce prétexte pour rajouter une sorte d'ambiance fatidique à chaque étape de la vie de Bras qui ne se dit jamais vraiment que la journée qu'il est en train de vivre pourrait être la dernière ! Dès le moment ou l'on comprend qu'il s'agit bien plus d'un procédé narratif que d'une réelle interrogation sur la vie le concept se vide quelque peu de son sens. C'est dommage...

Toutefois, l'écriture, les atmosphères prennent très vite le dessus et on est progressivement séduit par la finesse de ces récits et c'est surtout ça qu'il est important de souligner. Car qu'importe, finalement, que le procédé soit légèrement bancal, ce qui compte c'est que c'est magnifiquement raconté et qu'on est touché par la vie morcelée de cet homme, son quotidien, la relation avec son père, sa mère, ses amours, son style d'écriture etc.
Quand on commence Daytripper on tombe tout de suite sous le charme du rythme très lent, limite nonchalant, du scénario, un rythme qui rappelle celui de Brian Wood, qui s'attache bien plus à la démarche de Bras qui marche dans la rue qu'aux grandes idées qui pourraient venir relever ce scénario très subtile.

Ainsi, on suit cet homme durant sa vie, qui se pose des questions sur lui, sur son métier, sur ses amitiés, sur ce qu'il veut construire avec sa femme, avec son fils, sa famille. Les textes sont très beaux et les dessins de Moon plein de vie.
D'autant que ces moments recèlent de mille et une petites pépites du quotidien, des instants figés ou un homme continue de déclarer sa flamme à la femme qu'il aime, comme au premier jour ou il croisa son regard.

Un très bel hommage à ces vies qui se construisent, sans être fondamentalement exceptionnelles, qui demeurent malgré tout uniques.
Peut-être sommes nous tous un peu ce Bras qui se redéfinit à chaque chapitre !

Très recommandé !

Par , le