Dark Country

Dessinateur :


Scénaristes :




Éditions :

Apocalypse

Genre :

Adaptation Cinématographique

Horreur

Muet

Noir et Blanc

Sortie :
ISBN : 9782367310190

Résumé de l'album Dark Country

Un couple « just married » sont dans un motel. Ils partent alors que la nuit est tombée depuis un bon moment. Seuls les phares de leur caisse percent la noirceur nocturne. Le conducteur, plongé dans ses rêveries amoureuses, percute un homme qui traînait au beau milieu de la route. Effrayé par ce qu’il vient de commettre, il s’arrête, descend de sa voiture et va jeter un œil à la victime. Le couple traînent le corps et l’installent sur la banquette arrière de la voiture. Ils reprennent la route, inquiet, ne sachant top quoi faire de cet homme plein de sang et à moitié défiguré… Mais cette question va vite s’évaporer de leurs esprits quand ils remarquent subitement que la gueule cassée s’est relevé, qu’elle est consciente, et qu’elle est vraiment, vraiment horrible.

Par Placido, le 29/10/2013

Notre avis sur l'album Dark Country

Quand tu lis Thomas Ott, le brouillard se lève dans ton salon, la lumière faiblie, tes mains deviennent moites, tu restes immobile, stupéfié, les yeux grands ouverts, écarquillés, tu ne réfléchis plus raisonnablement et les seuls petits mots que ton cerveau entravé est capable de former résonnent dans le salon : pourquoi moi ? Pourquoi est-ce moi qui suis dans un tel pétrin ?

Adaptation, non pas du film éponyme de Thomas Jane (acteur/réalisateur américain et éditeur de comics fantastiques chez Raw Studios) d’après une histoire de Tab Murphy (réalisateur/scénariste américain), mais du graphic novel du film. La nuance est importante car Thomas Ott a adapté librement Dark Country sans avoir vu le film. Il s’agit donc, comme il le précise en postface, d’une interprétation différente. Et quelle jouissive interprétation !

Il faut avancer tout doucement, dans ce Dark Country. L’histoire est courte et il convient de profiter de chaque planche, de chaque case. Grand orfèvre de la carte à gratter, Thomas Ott livre à nouveau un travail remarquable, notamment sur la lumière. Chaque page est un régal d’ombres menaçantes et de lumières glaçantes, l’effet de diffusion de la lumière étant superbement rendu par les traits fins de la gravure. C’en est presque l’élément central, l’âme même de cette BD. Sans elle, l’ambiance prenante qui règne tout au long de ce périple nocturne retomberait comme un soufflé.

Tout autant remarquable que l’aspect graphique, il y a les plans, le cadrage, la mise en scène... Forcément très cinématographique ! Le fait même que la BD soit muette contraint l’auteur à une rigueur de mise en scène, mais là encore, Thomas Ott va bien plus loin que la simple efficacité, entremêlant idéalement les cases « narratives » et les cases « d’ambiances ». Ce n’est pas quelque chose qui saute aux yeux, la première lecture ne nous permet pas forcément de nous rendre bien compte. Mais c’est en reprenant le livre, en relisant quelques pages, qu’on réalise la pleine mesure de sa virtuosité. Une virtuosité de mise en scène sans laquelle, assurément, la tension - point critique pour ce genre d’histoire courte - et le plaisir éprouvés n’auraient pas été aussi hauts.

Un dernier point et il est important : les regards. Oui, chez Thomas Ott, ils sont magnifiques. Très expressifs mais sans en faire trop, sans tomber dans la caricature. On capte très rapidement ce qu’il se passe pour nos petits héros : amour, sérénité, effroi, inquiétude, peur, peur, peur, horreur…

Dans la droite lignée de 73304-23-4153-6-96-8 et Cinema Panopticum, Thomas Ott ne change rien et réitère avec ce qu’il sait faire. En fait, il stagne, dans les sommets…

Par , le