Damned

Dessinateurs :



Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

KYMERA

Sortie :
ISBN : 2952316902

Résumé de l'album Damned

Mick Thorne sort enfin de prison avec une mission, délivrer un message à la soeur d'un pote de cellule bêtement assassiné quelques temps auparavant.
Seulement voilà, si il veut remplir sa promesse il va devoir mettre les pieds dans un nid de serpent et tenter d'échapper aux coups de feu de ceux qui veulent lui faire avouer ou se trouve un mystérieux butin.
Mick Thorne sort de prison mais tombe en enfer...

Par Fredgri, le NC

Notre avis sur l'album Damned

"Damned" est sorti en 97 aux states sous la forme d'une mini-série plus ou moins passée inaperçue. Pourtant cette histoire signait le retour (avec "Sin City", "Stray Bullets" entre autre) aux vrais polars, un genre passé en second plan depuis l'avènement des super-héros dans les comics !
Steven Grant signe donc là un récit très noir tout à fait dans la lignée de ceux de Chandler par exemple, c'est terrible, dur et sans concession avec un "héros" très ambigu qui se balance entre honneur et froide violence. On retrouve alors ces rues crasseuses, ces gangsters sans pitié et ces flics pourris qui se glissaient entre les pages des vieux pulps, qui font frémir, qui ne laissent aucun doute sur leur plan, leur vision de la vie, autour d'eux c'est le chaos, aucun espoir de s'en sortir autrement qu'en se pliant aux règles de ce milieu. Mick Thorne est donc le parfait anti-héros froid et résigné, il va devoir se battre et tant pis pour ceux qui se trouveront sur son chemin !
Grant et Zeck avaient déjà travaillé ensemble sur le personnage du Punisher, le propulsant au devant de la scène dans les années 80. Grant explique d'ailleurs à la fin de l'album que lui et Zeck ont toujours voulu faire un vrai polar et que "Damned" fut nourrit de ces années de recherche, d'attente, il ne manquait qu'un éditeur prèt à tenter le coup avec eux, Marvel ne semblant pas être intéressé !
Le dessin de Zeck est, surtout grace à l'encrage de Denis Rodier, plein de force, de matière, limite sale, parfait pour l'ambiance de cette histoire, loin des Captain America ou autres Secret War qu'il dessina chez Marvel, il arrive à complètement s'immerger graphiquement dans cet univers glauque (on avait déjà pu s'en rendre compte avec ses deux Batman !) Personnellement j'aime beaucoup le travail de Denis Rodier sur ces planches, il apporte une touche très vive, très intuitive qui donne de la force au moindre trait, c'est magnifique.
Kymera est donc une toute nouvelle boite d'édition et ce premier album est un coup de maître qui montre déjà un excellent goût, en espérant que les prochaines sorties seront du même accabit.
Je ne pourrais que vous conseiller, encore une fois, cette petite perle noire !

Par , le