Contes cruels du Japon

Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

DELCOURT

Genre :

Contes

Sortie :
ISBN : 9782756016603

Résumé de l'album Contes cruels du Japon

Huit histoires de fantômes et d'êtres surnaturels, issus du folklore japonais. Huit histoires qui nous présentent des personnages hantés par des fantômes, dérangés dans leur quotidien par ces croyances ancestrales ou simplement maudits. Ils doivent accepter de subir ces épreuves coute que coute, qu'importe le prix !

Par Fredgri, le 19/09/2011

Notre avis sur l'album Contes cruels du Japon

Avant tout la couverture m'a beaucoup plu. On y voit représentés une pléiade de personnage certainement issus du folklore japonais. C'est à la fois séduisant mais inquiétant. J'aime bien ces albums qui nous permettent de découvrir des contes, des histoires issus d'une autre culture, d'autant que ça nous permet aussi de sortir des schémas habituels qu'on connait avec nos contes traditionnels européens ou encore ces contes mythologiques à base d'héroïsme viril. Alors qu'ici, nous nous retrouvons dans une trame qui rappelle bien plus les histoires d'horreur, fantastiques, qui n'essaient pas de nous rassurer avec une morale finale pesante, tout en gardant une grande part de mystère.

Je ne suis, en temps normal, pas forcément fan de l'écriture de Morvan, je trouve qu'il a tendance à tomber un peu trop dans la facilité. Ici, son écriture tend à s'effacer derrière la matière même des histoires, c'est étrange, mais cela donne un très bon équilibre, je trouve. Bon, il a peut-être un peu trop développé certaines histoires au détriment d'autres qui ne sont traitées que sur quelques pages. Cela créé un petit déséquilibre dans la lecture, les trois derniers récits méritant certainement un peu plus de profondeur aussi. Mais qu'importe, l'ensemble se tient très bien et les lectures sont vraiment sympas.

J'ai été agréablement surpris par le graphisme. J'avais feuilleté dans un premier temps les pages de l'album et j'en avais gardé un sentiment assez mitigé, ce côté "manga", même si je le trouvais adapté parfaitement à l'ambiance, ne me parlait pas trop. Mais, en lisant pour de bon, dès les premières pages, on découvre un graphisme très fin, très subtil. Saito Naoki a peut-être tendance à trop exagérer les expression, rajoutant un petit côté "grotesque" parfois, mais il reste toujours dans le ton du récit. Cela passe très bien.

Par , le

Nos interviews liées

SERIAL KILLERS nouvelle collection chez Glénat

Aubert pour Sceneario.com: Jean-David, comment êtes-vous arrivé sur cette nouvelle collection chez Glénat ? Qui a proposé ce thème ? Vous, Stéphane Bourgoin ou votre Editeur ?

Jean-David MORVAN: Je suis un enfant des serial killers, même si ça parait bizarre à dire. A 12 ans, j'ai lu Dragon Rouge, le livre de Thomas Harris qui précède le Silence des Agneaux. Après, et pendant des années, il n'y avait que des histoires de serial killer, tout le temps, partout : Cinéma, romans etc. Y'en avait qui étaient passionnantes, mais au bout d'un moment, c'était lassant. Il y avait toujours des scènes gores, d'autopsies. Je m'en suis un peu lassé. Un jour, Séverine Tréfouël, avec qui je travaille sur divers projet, m'a parlé de ça, en me disant que cet aspect psychologique des serial killers était très intéressant, avec une approche différente des gens par rapport à ma génération, même si nous n'avons pas tant d'années de ça de différence [...]

Lire la suite ›

Un entretien avec Jean-David Morvan

Un entretien avec Jean-David Morvan


Interviewer : Olivier
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Jean-David MORVAN et Philippe BUCHET pour leur série Sillage

Jean-David MORVAN et Philippe BUCHET nous parlent du tome 16 de leur grande série Sillage.
    Interviewer : Vincent
Images et Son : Mat
Montage: Vincent [...]

Lire la suite ›

Jean David Morvan.... et Spirou

Sceneario.com : Le tome 49 de Spirou vient de sortir. Pouvez-vous nous en raconter l'histoire de sa conception ?
Jean-David MORVAN : Hmm, l'idée d'envoyer Spirou à Tokyo date d'avant la création du 47. Je veux dire qu'avec Laurent Duvault de Dupuis, nous avions planifié les thèmes de 4 albums. Tokyo arrivait en troisième position. On s'y est tenu.
Je pense que c'est la ville qui fait rêver les nouvelles générations, elle a supplanté New-York. Et comme Spirou est une BD pour les jeunes...


Sceneario.com : On remarque tout de suite les costumes : rouge pour Spirou et bleu pour Fantasio. Ces couleurs sont souvent indissociables de nos héros. Hasard, ou volonté de conserver ce « code couleur » ? C’est important de ne pas choquer le lecteur, de garder les caractères des personnages ?
Jean-David MORVAN : Eh bien, ce n'est pas nous qui avons inventé ces codes couleurs [...]

Lire la suite ›

Interview de Jean-David Morvan sur l'univers Sillage

Sceneario.com: Mr Morvan, bonjour et merci de bien vouloir répondre à nouveau à nos questions ! Vous n’êtes plus à présenter dans le milieu de la Bd avec vos travaux sur Sir Pyle, Nomad, TDB… Pouvez-vous néanmoins résumer votre parcours jusqu’à aujourd’hui pour les nouveaux venus dans le monde de la Bd ?
Jean-David Morvan: Fan de BD depuis que j'ai 11 ans en lisant un Valérian. En cherchant la suite, je suis entré dans un magasin de BD et j'ai découvert toute la production "adulte" des années 80. J'ai décidé que ce serait mon métier. Passé en coup de vent à l'école st Luc, signé un premier contrat avec Zenda : ventes 1200 ex et solderie. Mais Nomad chez Glénat a lancé la machine un an plus tard.

Sceneario.com: Dans quelques mois, les fans auront l’immense joie de retrouver les péripéties de Nävis, héroïne de la série Sillage, que vous réalisez avec Philippe Buchet [...]

Lire la suite ›

Jean-David MORVAN

Sceneario.com: Pouvez vous vous présenter? (études, parcours professionnel...)
JD Morvan:JD Morvan, scénariste de BD. Bac A3, institut saint-Luc section BD quitté avec pertes et fracas pour incompatibilité de vision avec les profs. C'est ce qui m'a poussé à demander à mes amis s'ils n'avaient pas envie d'illustrer certains de mes scénarios (je ne me sentais pas encore au point au dessin, et c'est donc comme ça que j'ai finalement arrêté de dessiner). Et je suis allé les montrer à des éditeurs, et c'est Zenda qui a dit oui pour Reflets Perdus, mon premier album avec Sylvain Savoia. Du coup je ne suis plus allé aux beaux arts de Bruxelles où j'étais inscrit et ils m'ont viré.

Sceneario.com: La bande dessinée abordée par Morvan, c'est du polar (Al Togo), de l'héroic Fantasy (Troll), de la bd jeunesse (Merlin), la sf (TDB, Sillage, HK) etc... quel est votre genre préféré ? JD Morvan: Je n'ai pas de genre préféré. Je crois qu'on peut raconter des choses intéressantes dans tous les genres [...]

Lire la suite ›