Compleat Moonshadow

Dessinateurs :



Scénariste :


Coloristes :



Éditions :

DC Comics

Collection :

Vertigo

Genre :

Comics

Fantastique

Sortie :
ISBN : 9781563893438

Résumé de l'album Compleat Moonshadow

(Moonshadow 1 à 12 + Farewell Moonshadow)
Moonshadow est un vieil homme centenaire, il écrit ses mémoires par le biais desquelles il s'intéresse à ce qui lui est arrivé après ses 15 ans. Il faut préciser qu'il est le fils d'une terrienne: Sheila Fay Bernbaum surnommée "Sunflower" et d'un G'I Doses, un extra-terrestre (ce sont en quelque sorte des sphères lumineuses dont les actes sont totalement arbitraires).
Ces derniers ont construit un zoo ou ils collectionnent un représentant de chaque race qu'ils ont croisé... C'est là que Moonshadow grandit jusqu'à ses 15 ans, moment ou son père décide de l'expulser sur Terre en compagnie de son ami Ira, de Sunflower et de Frodo, leur chat. Commencent alors une succession d'expériences qui confrontent le jeune garçon à la réalité, loin du vernis romantique de son imagination. Moonshadow croise donc une extraterrestre qui s'apprète à accoucher, il rencontre la famille Unkshuss... Ce sont le début de ses aventures...
Cette version "Compleate" se conclue avec le magnifique one-shot "Farewell, Moonshadow" qui revenait 20 ans après les évènements de la mini-série pour apporter des compléments sur ce qui a suivi...

Par Fredgri, le 25/05/2014

Notre avis sur l'album Compleat Moonshadow

La mini-série Moonshadow fut l'une des premières véritables oeuvres en couleurs directes du catalogue Marvel qui la publia sous son label Epic, créé peu de temps auparavant.
Depuis 1980, Marvel tentait de rassembler un lectorat plus adulte découvert avec les indé, l'underground ou plus précisément par le biais de l'émergence de "Métal Hurlant". Il y eu d'abord le magazine "Epic illustrated" qui balisa le terrain, puis le label lui même qui permis à de nombreux auteurs d'aborder une production plus mature, plus libre et surtout les premiers véritables comics Marvel en Creator's owned, ce qui était à l'époque une vraie première !

"Moonshadow" fait alors partie de la seconde vague Epic.
J.M. DeMatteis n'est alors pas un inconnu, il a à son actif une belle carrière, surtout sur du super-héros (Captain America, Defenders, Marvel Team-up...), mais il a su aussi prouver qu'il pouvait écrire des histoires en dehors de ce genre ultra codifié, notamment sur "I The Vampire", "Gargoyle", "Greenberg"...
Plusieurs années avant la publication de Moonshadow il propose un projet appelé initialement "Stardust" à Marvel qui le refuse pour finalement se rétracter au moment ou ils apprennent que DC pourrait être intéressé...
D'emblée, Moonshadow affiche sa particularité de ton, ses ambiances new age mêlées de philosophie, de spiritualité et d'humanisme. Le projet rêvé pour intégrer le catalogue Epic.

On voit donc très vite les thématiques préférées de DeMatteis qui lorgne ici sur une sorte de néo Candide, en mettant aussi en avant l'importance de l'imagination, de la lecture dans la vie, toutefois il est important d'avoir du recul, de s'en détacher quand c'est nécessaire !
Car Moonshadow a développé une vision idiosyncrasique de la vie, il découvre vite qu'elle est bien plus complexe que ce à quoi il s'attendait. Le vieil homme qui nous raconte ainsi l'histoire nous entraîne dans son éveil au monde, dans ce voyage "initiatique" qui l'a constitué. Toutefois, DeMatteis ne confronte pas complètement son héros à la dure réalité, en tout cas pas la notre, il ponctue ce voyage de science-fiction, de voyage dans l'espace, avec des extraterrestres. Moonshadow appartient toujours à un monde extraordinaire qui extrapole ses lectures d'ado. Mais ces récits sont chaque fois l'occasion pour le garçon de se poser des questions sur le sens qu'il donne à la réalité, sur l'immensité des possibilités qui s'offrent à lui.

Bien sur, cette œuvre est bien plus riche et profonde, elle ne se réduit pas à une quête métaphysique ou à une suite d'aventures. Il est surtout question d'intimisme, d'introspection. L'histoire devenant alors principalement une longue quête de soi !

De plus, en lisant "Moonshadow", on se rend bien compte que l'écriture elle même dépasse le cadre traditionnel des comics, beaucoup de cases avec du texte narratif en dessous, ce qui est renforcé par le côté très illustratif de Jon J. Muth. Le procédé est amplifié dans "Farewell, Moonshadow" qui est composé pour les 2 tiers d'une page de texte en vis-à-vis d'une illustration pleine page. Ce qui a pour résultat d'impliquer davantage le lecteur dans les pensées du garçon ou de sa version âgée. On a ainsi l'occasion d'apprécier le magnifique style littéraire du scénariste qui se fait visiblement très plaisir ici !

Jon J. Muth a donc illustré l'ensemble de cette histoire à l'aquarelle (il a été parfois secondé par ses amis qui partagent le même studio que lui: Kent Williams (qui fera avec DeMatteis la sublime mini-série Blood) et George Pratt). On sent que Muth se cherche pas mal au début, qu'il tâtonne, mais son style s'affirme dès les premières cases et très vite c'est une succession de pages absolument magnifiques qui nous attend. Il joue sur les ambiances, les silhouettes, les surexpositions, il trouve le parfait équilibre entre les mots de DeMatteis, ce qu'ils évoquent et sur ce qu'il veut lui même suggérer avec douceur et délicatesse, nous entraînant dans des atmosphères qui transcendent la lecture.

Alors oui, Moonshadow est une oeuvre très à part, avec des ambiances très changeantes, des idées un peu partout, elle reste aussi assez inégale. Toutefois cela reste un récit fascinant. Je garde de cette lecture, à l'époque, le souvenir d'un moment passé autre part, complètement sous le charme de l'histoire, des planches et de ces personnages incomparables.
Je rêve, un jour, de voir débarquer une vraie traduction en français car, encore une fois, ça me semble important aujourd'hui de redécouvrir ce chef d'œuvre trop injustement méconnu !

Par , le