COMANCHE #14 Les cavaliers du rio perdu

voir la série COMANCHE
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

DARGAUD

Genre :

Aventure

Western

Sortie :
ISBN : 2205044095

Résumé de l'album Les cavaliers du rio perdu

Après l'affaire du carnaval sauvage, les deux jeunes indiens qui sont restés au ranch du "Triple 6" représentent un risque pour ceux qui les hébergent. Considérant l'illégalité de cette situation répréhensible, Ten Gallons propose de cacher les parias sur le site d'une ancienne ville minière abandonnée depuis que la rivière qui l'alimentait s'est tarie. Arrivés à destination, la petite troupe du "Triple 6" s'aperçoit que la ville en question n'est pas tout à fait morte et que certains souvenirs ne sont pas totalement éteints.

Par Phibes, le NC

Notre avis sur l'album Les cavaliers du rio perdu

Ces nouvelles péripéties auxquelles participent Red Dust et Comanche s'attachent à démontrer la vie éphémère des villes minières de l'ouest américain qui étaient tributaires du gisement dont le sous-sol de ces dernières regorgeait. Poussant comme des champignons, ces nouvelles bourgades attiraient une faune bigarrée plus ou moins malsaine composée de chercheurs enfiévrés et de profiteurs en tout genre malintentionnés.

Greg profite donc de la situation sujette à caution de deux indiens liés à Comanche pour engager cette nouvelle aventure à laquelle se joint une autre intrigue concernant le vol de bétail. Très vite, l'histoire délaisse le sort des deux insoumis pour se focaliser sur les bas-fonds en pleine ébullition de la ville fantôme et sur le pauvre hère qui hante les lieux. De fait, on se retrouve un peu dans la configuration du récit "La mine de l'allemand perdu" de "Blueberry". Le rythme est effréné et s'apprécie d'autant plus que les rebondissements vont bon train dans un jaillissement de violence destructrice.

Les graphiques de Michel Rouge se sont nettement améliorés depuis "Le dollar à trois faces". Le trait est mieux maîtrisé, plus net, moins saccadé et d'une grande précision quant aux détails représentés. Les décors de la ville fantôme sont criants de vérité autant dans la pénombre que dans la lumière. La colorisation a également évolué favorablement dans laquelle on pourra discerner un emploi d'aquarelle et de gouache bien approprié.

Comme dirait Ten Gallons, "Que Jupiter nous envoie sa foudre" si ce n'est pas une belle aventure !

Par , le

Les albums de la série COMANCHE