COGNAC #3 Le cimetière des machines à vendanger

voir la série COGNAC
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

DELCOURT

Genre :

Thriller

Sortie :
ISBN : 9782756072685

Résumé de l'album Le cimetière des machines à vendanger

Dans le cadre de son reportage sur le Cognac qu’elle réalise sur le territoire Charentais, la journaliste Anna-Fanély Simon poursuit en parallèle son enquête sur la mort tragique de sa grande amie Alice. Aidée par son ami parisien excentrique Connor et à la suite d’un subterfuge monté autour d’un trafic d’eaux-de-vie préphylloxériques en association avec Fernand, un spécialiste du cru, la jeune femme est arrivée à mettre un coup de pied dans la fourmilière et que du coup, les cadavres commencent à tomber. Un matin, la reportrice est réveillée par Xavier, le frère d’Alice, qui la force à le suivre. Déterminé à en finir avec cette histoire, il entraîne la jeune femme dans un entrepôt isolé afin de l’éliminer. Ils y retrouvent Jérôme, complice de Xavier, qui, après une tentative de fuite d’Anna, enferme cette dernière dans un local plein de fûts au préalablement enflammés. Serait-ce la fin de la reportrice et de surcroit celle des investigations autour de l’assassinat d’Alice ?

Par Phibes, le 28/02/2017

Notre avis sur l'album Le cimetière des machines à vendanger

Lors du tome 2, Eric Corbeyran nous a laissé sur une fin plutôt intrigante. Le scénariste revient donc au travers de ce troisième et dernier volet nous replacer dans cette situation qui a tout de même l’avantage de découvrir l’un des instigateurs de l’affaire criminelle sur laquelle Anna la reportrice s’est investie.

Ce tome est donc comme il se doit celui par lequel la vérité est dévoilée. Pour ce faire, tout en continuant à nous faire découvrir ce qui fait la notoriété du divin breuvage cognaçais via la visite des grandes maisons charentaises telles celles de Courvoisier ou le Château de Beaulon, Eric Corbeyran accentue son récit sur sa partie policière. L’on pourra concéder que si celle-ci n’échappe pas à un certain classicisme, elle ne manque pas d’entretenir une intrigue qui a le privilège d’être certes simple mais bien efficace. Les masques tombent donc, générant de fait quelques petites surprises, et dévoilent le dessous d’une affaire de trafic de produits vieux et rares qui a le mérite de mettre subtilement les bienfaits d’une belle région de France reconnu par le monde entier.

Evidemment, la sémillante Anna conserve une belle place dans cette histoire mais se voit tout de même dans ce troisième chapitre, détrônée par un duo bigarré qui fonctionne bien et qui se veut composé par l’original Connor, dont les facultés d’adaptation au terrain en surprendront plus d’un et le revêche spécialiste Fernand. Il n’en demeure pas moins que l’association des trois personnages reste donc plaisante à suivre dans une complémentarité qui se veut profitable à cette aventure.

Dans sa partie graphique, Jean-Luc Brahy reste maître de son coup de crayon qui met en évidence une recherche d’authenticité évidente. Travaillant à partir de nombreux clichés du cru cognaçais, il parvient à donner corps à sa fiction, à l’appui d’un choix d’instantanés qui mettent bien en exergue certaines spécificités viticoles du territoire charentais. Le travail sur les personnages est également agréable dont l’apparence sans surcharge se suffit à elle-même pour camper les caractères. Il va de soi que l’artiste sait aussi jouer dans l’action qu’il restitue dans une énergie bien palpable.

Une fin d’histoire entreprenante qui mêle astucieusement et dans des accents bien prégnants, découverte d’une production de terroir et enquête policière.

Par , le

Les albums de la série COGNAC

Nos interviews liées

Corbeyran nous parle d'Irina

Sceneario.com : Pourquoi le choix d’Irina ?
Eric Corbeyran : J’adore les filles qui portent des flingues. J’ai quelques héroïnes dans ce goût-là, des filles dangereuses, comme dans le Chant des Stryges où l’héroïne est une tueuse professionnelle, ou dans le Régulateur où les personnages principaux sont deux nanas. Donc le choix s’est naturellement porté sur cette tueuse.
Sceneario.com :
Eric Corbeyran : C’est facile, on a tendance à croire que trop de contraintes nuisent alors que c’est le contraire, c’est plus facile, j’aime les contraintes. J’ai adapté Assassin’s Creed, et il y avait beaucoup de contraintes, alors ici c’était de la « rigolade ».

J’avais toute liberté pour créer le personnage. Dans XIII on la voit tuer, c’est un comportement de tueuse stéréotypé [...]

Lire la suite ›

Interview de Luc Brahy

Sceneario.com : Bonjour Luc. Avant toute chose, peux tu te présenter et nous conter ton parcours avant d’arrivée dans le monde la bande dessinée ?
Luc Brahy : J’ai eu plusieurs trajectoires dans mon parcours… on va dire que j’ai eu mon premier album de BD entre les mains a deux ans et demi (c’etait Tintin au Tibet et je l’ai dechiré)… je me sens en dette envers la BD depuis ce temps là.
Sceneario.com : Ta carrière débute avec Zoltan, je crois bien. Puis, tu te lances dans la série Imago Mundi. Quels souvenirs gardes-tu de cette période ?
Luc Brahy : Mon tout premier album était NEW YORK DRINK, une auto edition dans un style proche de MUNOZ ET SAMPAYO… c’est du collector, ca. Puis oui, ZOLTAN avec dejà Frank Giroud, suivi d’Imago mundi, de Climax et de tout le reste… [...]

Lire la suite ›

Eric Corbeyran et Brice Bingono pour Pavillon Noir chez Soleil

Sceneario.com : Comment vous êtes-vous rencontrés ?
Eric CORBEYRAN : C'est Jean Wacquet (de chez Soleil) qui nous a mis en contact. A l'époque Brice n'habitait pas loin de Bordeaux, nous nous sommes donc rencontrés "pour de vrai". Le courant est passé tout de suite...

Sceneario.com : Eric, qu'avez vous apprécié chez Brice pour avoir envie de travailler avec lui ?
Eric CORBEYRAN : D'abord, j'ai vu quelques uns de ses anciens travaux, des pages de bd mais aussi des illus. Ca a été très positif tout de suite. Le déclic s'est produit et la machine s'est mise en marche dans ma tête. Ensuite, j'ai rencontré le bonhomme et il m'a plu d'emblée. Après, je n'ai cessé d'être enthousiasmé par les planches de Pavillon noir. Chaque livraison était un petit événement tant son trait est énergique et attachant [...]

Lire la suite ›