COGNAC #1 La part des démons

voir la série COGNAC
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

DELCOURT

Genre :

Thriller

Sortie :
ISBN : 9782756052144

Résumé de l'album La part des démons

Après avoir baroudé dans le monde au cœur de pays en guerre, la reportrice Anna-Fanély Simon est de retour en France. Afin qu’elle se ressource, le National Geographic l’a envoyée dans le charentais, son territoire d’origine, afin qu’elle fasse un papier sur la fameuse eau-de-vie appréciée mondialement à savoir le cognac. Alors qu’elle est sur le point d’arriver à destination, elle apprend de son patron qu’un journal concurrent est également sur le coup. Aussi, il lui est conseillé de réaliser au plus vite son reportage. Elle se dirige au domicile de son ancienne meilleure amie Alice et apprend de son frère qu’elle a été tuée sauvagement, il y a quelques mois, par son mari, petit négociant cognaçais. Perturbée par cette nouvelle tragique, elle trouve tout de même le courage de rencontrer son contact, Fernand Favreau, ancien distillateur de Cognac, qui doit la guider dans la rédaction de son article. Tout en cherchant à comprendre le processus d’élaboration du réputé nectar, Anna ne peut s’empêcher d’en savoir un peu plus sur le sort de son amie... et même de mener sa propre enquête.

Par Phibes, le 02/06/2016

Notre avis sur l'album La part des démons

Il ne fait aucun doute que de réaliser une histoire aux senteurs vinicoles est devenu pour Eric Corbeyran une sorte de rite qui se veut apprécié bien sûr par l’artiste mais aussi par ses fans. En effet, il suffit de voir la belle bibliographie dont il est à l’origine et qui se nourrit généreusement de la matière vinicole pour en extraire une histoire longue en bouche (Châteaux Bordeaux, Bodegas, In vino veritas, Le sang de la vigne, Esprits du vin ou encore tout dernièrement Clos de Bourgogne). Avec ce nouvel album, le scénariste s’associe à l’historien/journaliste Jean-Charles Chapuzet et ensemble se lancent dans un triptyque qui porte sur le même thème. Pour ce faire, ils nous invitent à les suivre dans la visite du milieu charentais où est produite la fameuse eau-de-vie le cognac.

Tout en se voulant didactique sur le processus de conception et de dégustation de ce divin nectar à la réputation mondiale, l’histoire proposée se veut s’abreuver d’une intrigue aux accents mêlés de découverte de terroir et d’enquête policière. Porté par Anna, une femme reporter dynamique, spécialisée dans les faits de guerre, le récit ballotte très agréablement entre les deux genres. Il nous amène à cultiver tout du long l’esprit viticole et également l’envie de comprendre le drame qui, évidemment, tourne autour du fameux breuvage et qui touche personnellement l’héroïne.

Ce premier volet se veut donc très intéressant à parcourir. L’intrigue a le mérite de s’installer dans un déroulement éprouvé malgré quelques petites commodités scénaristiques (comme par exemple la découverte du pantalon déchiré de Jérôme qui, bien sûr, permet d’orienter les recherches d’Anna). Il n’en demeure pas moins que le duo Anna/Fernand fonctionne bien et que leurs échanges, fort bien menés, font avancer efficacement les péripéties.

Luc Brahy, de son côté, n’est pas en reste. Ce dernier assure une mise en images au réalisme maîtrisé. L’on pourra saluer les superbes décors dont il est à l’origine qui dénote inévitable un effort documentaire pour reproduire efficacement le terroir charentais avec ses paysages naturels, ses domaines, ses villages, ses chais… De même, l’on concèdera que les personnages (en particulier Anna et Fernand) qu’il anime ont une réelle présence et assurent profitablement leur double mission à savoir celle d’éduquer et d’intriguer.

Une première partie d’un thriller qui donne l’eau (voire le cognac) à la bouche et qui, à la faveur d’un final percutant, suscite l’envie de connaître la suite. A déguster sans modération !

Par , le

Les albums de la série COGNAC

Nos interviews liées

Corbeyran nous parle d'Irina

Sceneario.com : Pourquoi le choix d’Irina ?
Eric Corbeyran : J’adore les filles qui portent des flingues. J’ai quelques héroïnes dans ce goût-là, des filles dangereuses, comme dans le Chant des Stryges où l’héroïne est une tueuse professionnelle, ou dans le Régulateur où les personnages principaux sont deux nanas. Donc le choix s’est naturellement porté sur cette tueuse.
Sceneario.com :
Eric Corbeyran : C’est facile, on a tendance à croire que trop de contraintes nuisent alors que c’est le contraire, c’est plus facile, j’aime les contraintes. J’ai adapté Assassin’s Creed, et il y avait beaucoup de contraintes, alors ici c’était de la « rigolade ».

J’avais toute liberté pour créer le personnage. Dans XIII on la voit tuer, c’est un comportement de tueuse stéréotypé [...]

Lire la suite ›

Interview de Luc Brahy

Sceneario.com : Bonjour Luc. Avant toute chose, peux tu te présenter et nous conter ton parcours avant d’arrivée dans le monde la bande dessinée ?
Luc Brahy : J’ai eu plusieurs trajectoires dans mon parcours… on va dire que j’ai eu mon premier album de BD entre les mains a deux ans et demi (c’etait Tintin au Tibet et je l’ai dechiré)… je me sens en dette envers la BD depuis ce temps là.
Sceneario.com : Ta carrière débute avec Zoltan, je crois bien. Puis, tu te lances dans la série Imago Mundi. Quels souvenirs gardes-tu de cette période ?
Luc Brahy : Mon tout premier album était NEW YORK DRINK, une auto edition dans un style proche de MUNOZ ET SAMPAYO… c’est du collector, ca. Puis oui, ZOLTAN avec dejà Frank Giroud, suivi d’Imago mundi, de Climax et de tout le reste… [...]

Lire la suite ›

Eric Corbeyran et Brice Bingono pour Pavillon Noir chez Soleil

Sceneario.com : Comment vous êtes-vous rencontrés ?
Eric CORBEYRAN : C'est Jean Wacquet (de chez Soleil) qui nous a mis en contact. A l'époque Brice n'habitait pas loin de Bordeaux, nous nous sommes donc rencontrés "pour de vrai". Le courant est passé tout de suite...

Sceneario.com : Eric, qu'avez vous apprécié chez Brice pour avoir envie de travailler avec lui ?
Eric CORBEYRAN : D'abord, j'ai vu quelques uns de ses anciens travaux, des pages de bd mais aussi des illus. Ca a été très positif tout de suite. Le déclic s'est produit et la machine s'est mise en marche dans ma tête. Ensuite, j'ai rencontré le bonhomme et il m'a plu d'emblée. Après, je n'ai cessé d'être enthousiasmé par les planches de Pavillon noir. Chaque livraison était un petit événement tant son trait est énergique et attachant [...]

Lire la suite ›