Claude Gueux

Dessinateur :


Scénariste :


Coloristes :



Éditions :

DELCOURT

Genre :

Adaptation

Drame

Sortie :
ISBN : 9782413024927

Résumé de l'album Claude Gueux

Paris, au début du XIXe siècle. Un certain Claude Gueux vole du pain et du bois pour permettre à sa femme et leur fille de manger un peu. Les gendarmes viennent l'arrêter et l'emmènent en prison pour y purger une peine de cinq ans. Cependant, Claude est un gaillard de grande taille qui ne se suffit pas de la maigre pitance pénitentiaire. Il se lie d'amitié avec un autre prisonnier appelé Albin qui accepte de partager sa propre ration ! En parallèle, Claude devient de plus en plus populaire parmi les autres et cela finit par rendre jaloux le directeur de la prison qui, agacé, décide de séparer les deux amis…

Par Fredgri, le 17/06/2021

Notre avis sur l'album Claude Gueux

Basé initialement sur le texte de Victor Hugo qui était lui même inspiré d'un fait divers, cet album nous entraîne dans un récit édifiant qui met en avant les réalités de la vie carcérale en France, au début du 19ème siècle ! Le "héros", qui vit très pauvrement, en compagnie de sa femme et leur fille, finit par voler de quoi les nourrir et les chauffer quelques jours. Le geste n'est pas forcément catastrophique et la peine qui est alors infligée prend très vite des dimensions disproportionnées. Mais ce qui va vraiment être au centre de l'histoire c'est l'entêtement du directeur qui décide, sur un coup de tête, jaloux de la popularité de ce Claude Gueux, de le sanctionner indirectement en le séparant de son ami… La tension monte et l'on devine progressivement l'issue de l'intrigue !

Le scénario suit donc l'évolution de l'affaire, sans trop broder en périphérie. Le traitement reste sec, voir presque clinique. Mais, même si l'on aurait pu souhaiter un peu plus d'émotion, plus de travail de fond sur les conditions de vie de ces prisonniers, sur l'époque, sur le cadre tout simplement, cette lecture reste plutôt prenante, avec ces portraits pris sur le vif, ces trognes, l'impression de glisser nous même entre ces murs !

Au risque de me répéter, le récit peine malgré tout à émouvoir, à vraiment prendre aux tripes. Le rythme est feutré, cette vie de prisonnier semble plutôt molle et éteinte, loin de cette rage ou du désespoir auxquels on pourrait s'attendre, loin de cette dureté condamnable, du contexte de l'époque.
Sous des dehors techniques parfaitement maîtrisés, le scénario de Séverine Lambour est bien mené, très bien construit, les planches de Benoit Springer sont très belles et tout et tout, l'ensemble n'en est pas pour autant "habité" par une hypothétique passion, par une cause, comme peut l'être le texte de Hugo, par exemple !

Il en résulte un album très carré, qui nous fait passer un bon moment, mais qui aurait pu être plus…

Par , le

Nos interviews liées

Interview Benoît Springer


Sceneario.com
: Comment vous est venue cette idée ? Benoît Springer : Séverine est une grande lectrice de livres, de magazines, d’articles… elle dévore tout ce qui peut être lu. Et elle aime l’idée que chaque mot peut avoir un sens érotique. Quant à moi, je ne suis jamais aussi heureux que quand je croque des corps humains. Nous avons réuni nos plaisirs, les livres et les corps, dans un même projet. Sceneario.com: Est-ce un fantasme de couple ou l'aboutissement d'une longue maturation ? Benoît Springer : Ni l’un ni l’autre. Nous aimons travailler ensemble, explorer tous les genres… du polar fantastique à l’érotisme. Sceneario.com: Lequel d'entre vous était le "dominant" (pour ne pas dire l'initiateur) de ce projet ? Benoît Springer : Nous avions l’envie commune de faire une bande dessinée érotique et c’est Séverine qui a amené l’histoire [...]

Lire la suite ›

Interview de Benoit Springer

  Sceneario.com : Bonjour et merci de nous accorder une interview. Pour commencer, pourrais-tu nous raconter ton parcours et comment tu es venu à la BD ? Benoit Springer : J’y suis venu très simplement. Comme beaucoup de gens, j’ai commencé à dessiner tout petit, mais au moment où la plupart des gens s’arrêtent, moi j’ai continué.

Après, j’ai eu un parcours assez classique : après un BAC A3 j’ai fait une année d’Art Plastique à Bordeaux et ensuite deux ans et demi, un peu près, à l’école de BD d’Angoulême.Suite à cela, j’ai tout de suite signé chez un éditeur et c’était parti !
A partir d’Angoulême, c’est allé vite car j’y ai rencontré des auteurs qui étaient déjà publiés comme Claire Wendling, Christophe Gibelin, Thierry Robin [...]

Lire la suite ›