CITE 14 #1.12 On s'évade comme on peut

voir la série CITE 14
Dessinateur :


Scénariste :


Éditions :

PAQUET

Genre :

Aventure

Noir et Blanc

Sortie :
ISBN : 9782888902065

Résumé de l'album On s'évade comme on peut

Voltère, le mystérieux super-héros, s'introduit dans l'usine de parapluies où se terrent le grand cerf à la jambe coupée et sa bande. Pendant ce temps, Michel et les membres de la Confrérie des Amis du Haut de la Tour délivrent Hector le journaliste qui avait été kidnappé, ainsi que Winston, un chien manchot. Il ne leur reste plus qu'à s'évader de ce guêpier, et on s'évade comme on peut...

Pendant ce temps, un vieillard rumine sa vengeance qui semble concerner Winston. Jacob, quant à lui, tente toujours d'échapper aux têtards qui le retiennent captif.
 

Par Vincentb, le NC

Notre avis sur l'album On s'évade comme on peut

Un an après la sortie du premier numéro de Cité 14, voici enfin la conclusion de ce premier cycle, et comme dans toute bonne série,  la fin est détonnante ! On assiste en effet à un florilège d'action dans cet album. Encore une occasion réussie pour Reutimann de prouver qu'il sait dessiner des scènes d'action fluides et efficaces. C'est un plaisir d'assister à ces combats opposant les gangsters à nos héros, autant de scènes rappelant les vieilles séries, non sans nostalgie. On en apprend un peu plus sur les pouvoirs du mystérieux Voltère, et toutes ces scènes explosives laissent  tout de même assez de place aux auteurs pour conclure certaines intrigues de cette première saison, même si le lien avec la principale n'est pas encore fait. De plus,  beaucoup de mystères restent irrésolus, ce qui ne manque pas de provoquer une certaine frustration, plus de réponses auraient étaient bienvenues. Il faudra en effet attendre la deuxième saison, d'ores et déjà annoncée (et attendue ! ) pour les obtenir.
Plus de violence dans cet album, donc, on peut même dénombrer quelques morts, cependant, la recette originale de Cité 14 est toujours présente et fonctionne toujours, avec une dose d'humour bienvenue et des personnages attachants (les répliques du cheval sont toujours aussi amusantes !).
Saluons également le louable choix de l'éditeur, qui a laissé plus de place (une demi douzaine de planche en plus) aux auteurs pour conclure leur premier cycle notamment en ne mettant pas de publicité dans cet album.
Comme je le disais ci-dessus, la deuxième saison est confirmée, comme l'annonce la fin de l'album, qui, sans être un cliff-hanger, donne vraiment envie de connaître la suite.
Cité 14 est une très bonne série, au concept original et génial. Pour ceux qui n'ont pas eu le plaisir de découvrir chaque numéro tout au long de l'année, sachez qu'il n'est pas trop tard pour la découvrir, Paquet va en effet sortir un coffret plein regroupant les douze volumes de cette première saison.
Vivement la deuxième saison, et espérons une troisième. Un univers si riche et intéressant ne demande qu'à être plus exploité !
 

Par , le

Quelle remarquable série, quand même ! Un sens du rythme, de la mise en scène, un graphisme très séduisant, tout y est pour garder le lecteur dans cette aventure mensuelle palpitante. Alors, voilà, nous sommes à la fin de la première saison ! Une fin qui, et c'est justement ça qui est remarquable, ne tombe pas dans la facilité d'être pleine de surprise, dans le sens ou certaines intrigues sont résolues, certes, mais le gros reste à découvrir. Même cette extraordinaire scène de combat dans l'usine désaffectée, apparaît rapidement comme un détail de l'histoire, car si elle est très bien retranscrite elle n'efface pas l'importance des autres intrigues qui sont, elles, le véritable noyaux de Cité 14 ! Ainsi je trouve cette fin, et son petit cliffhanger, parfaitement représentatif de l'écriture de Cité 14, c'est frais, rythmé avec maestria, on nous en dit sans trop en révéler, on arrive à nous garder dans l'attente de la suite et le tout fait avec une grande constance.

Par , le

Les albums de la série CITE 14

Nos interviews liées

Entretien avec Romuald Reutimann et Pierre Gabus

Interview menée par Fred et Aubert par mail, en février 2012.

Sceneario.com : Avant d'aborder la deuxième saison, parlons un peu de la première, ou tout du moins de la réédition en 4 albums chez les Humanos. On avait l'impression que l'aventure Cité 14 s'était arrêtée définitivement avec la sortie du coffret chez Paquet... Peut-être une question de vente... Alors que vous aviez de la matière pour continuer, visiblement. Comment s'est profilée la transition entre Paquet et les Humanos ? Romuald Reutimann : En effet, la seconde saison qui était bel et bien prévue, n’est pas parue à cause de ventes insuffisantes. Par chance, le projet a intéressé les Humanos qui ont négocié avec Paquet la reprise de la série. Sceneario.com : Cette première version était marquée par un rythme de parution, un format, un nombre de page très particulier [...]

Lire la suite ›

Romuald REUTIMAN

Sceneario.com : Romuald, tu es l’auteur de Ulice le Lapin et de Valbert. Peux-tu nous parler un peu plus de toi ?
Romuald Reutimann : J’ai commencé ma carrière chez Paquet il y a 3 ans, avec Valbert et Ulice en effet, avec un troisième tome qui sortira prochainement. Je suis arrivé par hasard dans la BD. J’ai toujours aimé ça, et un jour en rencontrant des copains qui faisaient de la BD dans des fanzines, j’ai rencontré un scénariste et on proposé quelque chose aux éditeurs…

Sceneario.com : Tu es arrivé chez Paquet directement, c’est le seul avec qui tu avais pris contact ?
Romuald Reutimann : Non, on a envoyé plusieurs courriers, à plusieurs éditeurs, et c’est avec Paquet qu’on a signé.

Sceneario.com : Ulice le Lapin est une série assez particulière car elle s’adresse à un public très jeune, comment est-ce que ce type d’album est perçu ?
Romuald Reutimann : Il y a à mon avis un problème de visibilité, mais les gens qui l’on lu ont bien apprécié, hélas il est passé à coté de plein de monde sans être vu [...]

Lire la suite ›