Churchill et moi

Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

CASTERMAN

Genre :

Historique

Roman Graphique

Sortie :
ISBN : 9782203131750

Résumé de l'album Churchill et moi


En 1894, la jeune Clementine Harper, fille d’un maquignon de Bladon, a le privilège d’être conviée à une réception de Lord Georges durant laquelle elle trouve la possibilité d’approcher le jeune Winston. Eprise de ce dernier, la jeune fille ne peut malheureusement vivre au même rythme que lui car un fossé les sépare socialement. Malgré cette différence et la désapprobation de sa mère, Clementine trouve le moyen de persévérer grâce à l’appui de sa tante.
Suivant de près l’évolution extraordinaire du jeune aristocrate à travers les articles de la Gazette de Westminster, elle décide de se lancer dans le journalisme, ceci dans le but de trouver des prétextes pour se rapprocher de son égérie. Après avoir fait impression auprès du directeur du Morning Standard, elle se voit mise à l’épreuve. Les articles qu’elle signe sous Clem Harper lui valent une certaine reconnaissance et la poussent à faire reconnaître sa féminité auprès du grand public.
Elle tente à nouveau une approche de Winston qui la laisse encore sans réel espoir. Elle se lance alors dans une enquête de terrain afin de dénoncer les conditions de vie terribles dans un asile. S’étant faite internée, elle découvre rapidement un univers impitoyable duquel il est impossible d’en ressortir.

Par Phibes, le 17/07/2018

Notre avis sur l'album Churchill et moi

Sous le couvert d’un titre pourtant très évocateur, cet ouvrage ne se veut pas la biographie à part entière de ce fameux homme d’Etat britannique qu’était Winston Churchill. En effet, Frank Giroud a plutôt décidé de se servir de ce haut personnage pour narrer le parcours fictif de Clementine Harper, une jeune suffragette promise à une destinée pour le moins émancipatrice.

D’une dimension humaine et historique des plus remarquables, cet album narre donc le combat d’une jeune roturière aux idées novatrices face à un système traditionnaliste. Pourtant éprise de cet aristocrate issu de fait d’un milieu opposé au sien, elle fait valoir la force et la persévérance qui l’habitent pour défendre la cause des femmes.

A l’appui de repères bien précis (liés à Winston Churchill) et de plusieurs rencontres entre les deux personnages, Frank Giroud parvient à structurer efficacement son récit, lui donnant un côté authentique des plus profitables pour camper l’ascension idéologique de son héroïne. L’amour impossible décliné associé à la quête libératrice de Clementine font que l’histoire narrée touche, historiquement parlant, au plus haut point de par sa richesse et sa justesse. La force de caractère de celle-ci force le respect, surtout quand on voit le système dans lequel elle évolue et nous entraîne dans des équipées féminines au plus proches des combats (lors de la guerre des Boers en Afrique du Sud) réellement impressionnantes.

Graphiquement, le travail d’Andrea Cucchi est de haute volée. Pour un premier album grand public (français), l’artiste nous offre une prestation réaliste qui évidemment a nécessité une recherche documentaire indéniable. Usant d’un encrage appuyé et d’un coup de crayon proportionnel sans fioriture, il nous embarque dans son évocation aux accents féministes, se jouant de l’expressivité de son héroïne et surtout de sa force de caractère très perceptible.

Une très belle reconstitution historique en l’honneur de la femme qui vous emporte de la plus belle des manières signé par des auteurs totalement investis dans leur sujet. Sorti au mois de juin dernier, ce sera malheureusement le dernier album de Frank Giroud, décédé le 13 juillet dernier. On le regrettera !

Par , le

Nos interviews liées

Frank Giroud pour Quintett tome 5

  Sceneario.com: Nous arrivons déjà à la fin de Quintett, quel effet ça fait de cloturer cette excellente série ?

Frank Giroud: Je suis à la fois soulagé d’avoir mené un tel navire à bon port… et nostalgique d’en quitter le pont.
 
Sceneario.com: De Vita vous a proposé Giancarlo Alessandrini lorsqu'il s'est agi de lui trouver un remplaçant. Avez-vous fait confiance au choix de Giulio De Vita ou bien Giancarlo Alessandrini a-t-il dû "passer des tests" ?

Frank Giroud: J’avais pleine confiance dans les goûts de Giulio et j’ai bien aimé les extraits des divers travaux envoyés par Giancarlo. Mais je ne pouvais pas l’accueillir à bord sans m’être assuré qu’il serait vraiment l’homme de CETTE situation [...]

Lire la suite ›