CHRONIQUE DE LA MAISON LE QUEANT #3 Les fils du Chélif

voir la série CHRONIQUE DE LA MAISON LE QUEANT
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

GLENAT

Collection :

Vécu

Genre :

Historique

Sortie :
ISBN : 2723408493

Résumé de l'album Les fils du Chélif

Après les émeutes de 1848 à Paris, 4000 arrestations eurent lieu et beaucoup de prisonniers furent déportés en Algérie. Baptiste Le Quéant, Amélie et Brancas purent échapper à cette destinée et choisirent de partir eux-mêmes, libres, pour cette colonie. Les nouveaux arrivants, comme eux, volontaires pour y exploiter des concessions, furent placés sous autorité militaire. Deux autochtones, Daoud et son frère Kacem l’infirme firent accepter aux militaires de pouvoir escorter les nouveaux colons vers les terres qui leur étaient promises. Car ceux-ci avaient en réalité une vengeance à assouvir…

Par Sbuoro, le NC

Notre avis sur l'album Les fils du Chélif

Nouveaux repères pour ce troisième volet. Ou plutôt perte de repères. Nous sommes désormais de l’autre côté de la Méditerranée et l’intrigue qui nous est contée a beaucoup plus le parfum du mystère. Comme le héros, nous sentons bien que des choses nous échappent… mais qu’il faudra faire avec.

C’est une des forces de cette série : chaque tome est lié au précédent mais se veut un épisode à part entière. Ce qui confère à chaque opus une force nouvelle, et c’est de manière différente qu’on réfléchit à ce que l’on apprend. En effet, comme pour les tomes précédents, on côtoie l’Histoire, et cette fois, c’est de l’Histoire de l’Algérie qu’il s’agit. La BD, pour peu qu’elle soit réalisée sur la base de recherches sérieuses, s’impose comme un moyen bien agréable de se voir enseigner ce qui nous paraissait bien ennuyeux sur les bancs de l’école !

Comme pour fidéliser le lecteur à cette série, un palier de plus est franchi en ce qui concerne la qualité : c’est en effet Jean-Jacques Chagnaud (Le roman de Malemort, Où le regard ne porte pas) qui signe les couleurs de ce tome 3. Des couleurs qui mettent merveilleusement en valeur les somptueux paysages.

Allez, et quand même un petit point négatif pour ne pas que l’on me dise que je vois tout en rose : trois ans ont passé depuis le tome 1, mais Baptiste semble avoir vieilli de bien plus. En outre, sa couleur de cheveux a changé… Bref, Baptiste ne se ressemble pas trop d’un tome à l’autre. Dommage, mais bon… peu important, finalement.

Par , le

Les albums de la série CHRONIQUE DE LA MAISON LE QUEANT