Dessinateur :


Scénariste :


Coloristes :



Éditions :

DUPUIS

Collection :

Repérages

Genre :

Action

Aventure

Western

Sortie :
ISBN : 9782800138473

Résumé de l'album Tucano

Wild Catty et sa bande sont toujours à la recherche de leur butin volé à la banque de Red Gulch et récupéré par Horace Curry, un ancien complice. Ce dernier qui accompagne Chinaman et zed, un flambeur notoire, décide de poursuivre seul son chemin pour éviter de "mouiller" inutilement ses équipiers.
Arrivés à Tucano, Chinaman et Zed sont rattrapés par le groupe armé de Wild Catty et également par Crawford, ancien shérif transformé en justicier. Tout porte à croire que la ville va connaître des heures sombres dû à ce rassemblement hétéroclite prêt à s'affronter dans un final explosif dont l'exilé chinois aura son mot à dire.

Par Phibes, le NC

Notre avis sur l'album Tucano

Chinaman l'avait bien exprimé en fin du précédent tome intitulé "les pendus" : tout se règlera à Tucano. A la manière de "Règlement de compte à OK Corral", la bande sanguinaire de Wild Catty d'un côté, le justicier Crawford, Horace Curry le voleur repenti, Zed le flambeur et Chinaman le chinois libéré de l'autre doivent inévitablement s'affronter.

Ce neuvième album que l'on aura espéré pendant pratiquement deux longues années clôt merveilleusement les aventures de Chinaman face à une bande de braqueurs de banques dépouillés de leur butin et prêts à tout pour le récupérer.

L'histoire est, comme on pouvait le souhaiter, emballée à la manière d'un "long horn" en pleine charge, emplie d'énergie et de bons sentiments. L'affrontement final dont il sera question est très actif et ne tombe pas dans le piège de la violence excessive. Chinaman qui incarne la sagesse orientale intervient en tant que redresseur de torts et parvient avec la volonté qui le caractérise à tempérer certaines situations.

Les dessins d'Olivier Taduc sont époustouflants et très réalistes. La façon de capturer les différents mouvements de ses personnages en fait un artiste averti dont le professionnalisme n'est plus à prouver. La physionomie des protagonistes ne varie pas d'un iota d'un album à l'autre permettant au lecteur de retrouver ses marques très facilement. Par ailleurs, les expressions définissent clairement les ambiances de quiétude, de tension ou de folie meutrière.

Tucano va être le théâtre d'une représentation unique à laquelle je vous conseille vivement d'y assister et dont vous ressortirez enchanté.

Par , le

La série Chinaman s'affirme de plus en plus comme un western de référence.
Certes, le héros est un chinois et en bande dessinée, cela a été plutôt rare. La télévision ou le cinéma a traité déjà ce sujet-là bien des fois. On repense à la série Kung-Fu avec David Carradine, quelques westerns spaghettis pas vraiment réussi ou récemment aux Shangaï-Kid avec Jacky Chan et Owen Wilson.
Mais avec Chinaman, c'est beaucoup plus réussi. Chaque épisode amène son lot de tensions et cela sent bon le Far-West.
Avec Tucano, ce nouvel opus, nous avons la conclusion entamé avec le tome précédent. Chinaman est toujours avec Zed et Horace, dont la bande de Wild Catty est toujours sur la trace.
Les auteurs réussissent à construire une trame digne des grands westerns de John Ford ou Howard Hawks. La tragédie se met en place petit à petit, tout cela pour le "gunfight" final. Mais une des bonnes surprises, c'est que les auteurs ne vont pas nous amener là où on le sattends : un "longhorn" viendra gacher un peu la fiesta, comme vous vous en rendrez compte en lisant cet excellent épisode de Chinaman.

Une série que je vous recommande chaudement.

Par , le

Les albums de la série CHINAMAN

Nos interviews liées

Questions à Olivier Taduc et Nicolas Barral pour Mon pépé est un fantôme

Sceneario.com : Bonjour Nicolas, Bonjour Olivier. Même pas un an après la sortie du premier tome de Mon pépé est un fantôme vous voici de retour avec cette seconde saison. Mais avant toute chose, pouvez-vous vous présenter ? Quel a été votre parcours ? Quelles ont été vos influences ?
Nicolas Barral : Après un BAC littéraire, j’ai passé un an à l’atelier BD des Beaux-Arts d’Angoulême où j’ai croisé Christophe Gibelin qui, quelques années plus tard, devait signer le scénario des Ailes de Plomb. A partir de 1991, j’ai fait mes premières armes dans la presse jeunesse et à Fluide Glacial jusqu’en 1996 où j’ai publié mon premier album chez Delcourt. Parmi les gens qui m’ont donné envie de faire ce drôle de métier, je place en tête de liste Goscinny, Uderzo et Morris, sans oublier Hergé, qui correspondent à mes lectures d’enfance et ont influencé la partie humoristique de mon travail [...]

Lire la suite ›