CHINAMAN #6 Frères de Sang

voir la série CHINAMAN
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

DUPUIS

Genre :

Western

Sortie :
ISBN : 2800132396

Résumé de l'album Frères de Sang

Du côté de San Francisco, au 19 ème siècle, le Juge Brown et le sénateur Ward terminent les plans du prochain chemin de fer. Détourné des plans initiaux, le nouveau tracé met Hooper et la triade à laquelle il s'est associée dans l'embarras vis à vis des chinois qui pensent avoir acheté des terrains pour s'y installer. De son côté, Chinaman et sa belle épouse Ada, vivant tranquillement à Blue Hill, voit arriver son ancien ami, Chow qui fut son frère d'armes lorsqu'il était encore un mercenaire. Son passé le rattrape et Hooper, responsable de la mort de la femme qu'il aimait jadis, va se retrouver sur sa route. Le calme à Blue Hill va être perturbé.

Par Marie, le NC

Notre avis sur l'album Frères de Sang

Chinaman, est un héros chinois dans l'ouest américain dont le visage ressemble étrangement à son créateur, c'est à dire Olivier Taduc lui même. Cette série est un western totalement innovant puisque des personnages d'origine asiatique en sont les héros. D'ordinaire les westerns sont plus particulièrement investis par les indiens et les blancs américains. Il est à noter que ce tome 6 est accompagné d'un carnet "Les fils du ciel" illustré par Taduc et concocté par sa femme Chantal sur les immigrants chinois en Amérique au 19è, Chantal qui participe également au scénario de cet épisode. L'histoire est sympathique et agréable à lire.

Par , le

Les albums de la série CHINAMAN

Nos interviews liées

Questions à Olivier Taduc et Nicolas Barral pour Mon pépé est un fantôme

Sceneario.com : Bonjour Nicolas, Bonjour Olivier. Même pas un an après la sortie du premier tome de Mon pépé est un fantôme vous voici de retour avec cette seconde saison. Mais avant toute chose, pouvez-vous vous présenter ? Quel a été votre parcours ? Quelles ont été vos influences ?
Nicolas Barral : Après un BAC littéraire, j’ai passé un an à l’atelier BD des Beaux-Arts d’Angoulême où j’ai croisé Christophe Gibelin qui, quelques années plus tard, devait signer le scénario des Ailes de Plomb. A partir de 1991, j’ai fait mes premières armes dans la presse jeunesse et à Fluide Glacial jusqu’en 1996 où j’ai publié mon premier album chez Delcourt. Parmi les gens qui m’ont donné envie de faire ce drôle de métier, je place en tête de liste Goscinny, Uderzo et Morris, sans oublier Hergé, qui correspondent à mes lectures d’enfance et ont influencé la partie humoristique de mon travail [...]

Lire la suite ›