CHINAMAN #7 Affrontements à Blue Hill

voir la série CHINAMAN
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

DUPUIS

Collection :

Repérages

Genre :

Western

Sortie :
ISBN : 2800133899

Résumé de l'album Affrontements à Blue Hill

L’arrivée continuelle de familles chinoises dans l’Ouest américain provoque une grande agitation parmi la population des Etats-Unis. Aussi le gouvernement vote des lois toujours plus contraignantes pour les immigrants chinois.
Cela provoque de nouveaux heurts, car les blancs pensent qu’ils peuvent agir contre ces nouveaux arrivants en toute légitimité. Chinaman va devoir s’en mêler bien malgré lui ; mais ce qu’il ignore encore, c’est qu’un maître des arts martiaux, pour redorer son blason, a décidé de le défier.

Par Patatrak, le NC

Notre avis sur l'album Affrontements à Blue Hill

J’ai retrouvé avec plaisir Chinaman pour une 7e aventure.
Serge LeTendre essaie de montrer ce pan de l’Histoire américaine pas vraiment reluisante, avec des torts un peu des deux côtés : le racisme primaire, la force des traditions… tout cela ne fait pas très bon ménage.
LeTendre montre particulièrement bien le début de « déchirement » de John, qui essaie de rester fidèle à certains de ses principes (se battre pour son honneur, par exemple), tout en intégrant le fait qu’il est maintenant américain.
Plus calme, moins austère que dans les premiers épisodes, Chinaman apprend à « intégrer » l’occident dans sa propre culture pour s’y fondre mieux. C’est un aspect intéressant de sa vie, cette volonté d’ouvrir son horizon, tout en gardant certaines de ses traditions : plus de chignon, une tenue vestimentaire adaptée, sens de l’honneur intact mais maîtrise des nerfs…
A cet égard, sa relation avec Ada est très révélatrice de son désir d’apaisement intérieur.
Son statut de maîtresse d’école lui permet de mieux faire comprendre ce nouveau Monde à John, de « lisser » tous les petits préjugés.
Et pourtant, cette relation va être mise bien à mal par le comportement des deux communautés, mais je ne vous en dis pas plus.
En tout cas, LeTendre a réussi à faire de ce nouveau tome un subtile mélange équilibré entre l’action et les moments plus intimes, plus personnels. C’est bien vu.
Olivier TaDuc montre quant à lui une nouvelle fois toutes ses qualités de dessinateur, avec de jolis paysages, des scènes d’action très réalistes, particulièrement bien étudiées.
Il arrive à donner beaucoup de force d’expression à ses personnages, et cela les rend d’autant plus humains.
A lire donc, très vivement conseillé.

Par , le

Les albums de la série CHINAMAN

Nos interviews liées

Questions à Olivier Taduc et Nicolas Barral pour Mon pépé est un fantôme

Sceneario.com : Bonjour Nicolas, Bonjour Olivier. Même pas un an après la sortie du premier tome de Mon pépé est un fantôme vous voici de retour avec cette seconde saison. Mais avant toute chose, pouvez-vous vous présenter ? Quel a été votre parcours ? Quelles ont été vos influences ?
Nicolas Barral : Après un BAC littéraire, j’ai passé un an à l’atelier BD des Beaux-Arts d’Angoulême où j’ai croisé Christophe Gibelin qui, quelques années plus tard, devait signer le scénario des Ailes de Plomb. A partir de 1991, j’ai fait mes premières armes dans la presse jeunesse et à Fluide Glacial jusqu’en 1996 où j’ai publié mon premier album chez Delcourt. Parmi les gens qui m’ont donné envie de faire ce drôle de métier, je place en tête de liste Goscinny, Uderzo et Morris, sans oublier Hergé, qui correspondent à mes lectures d’enfance et ont influencé la partie humoristique de mon travail [...]

Lire la suite ›