Le chevalier a la licorne

Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

QUADRANTS

Genre :

Drame

Guerre

Médiéval

Sortie :
ISBN : 9782302047570

Résumé de l'album Le chevalier a la licorne

1346, sur le plateau de Crécy, les armées anglaises et françaises s’affrontent. Les deux Rois prennent une part active au combat et Philippe IV se retrouve en très mauvaise posture, son cheval abattu, il ne doit d’être sauf qu’au sacrifice d’un chevalier, Juan Fernandez de Heredia, qui lui offre son cheval.
Se retrouvant à pied, le chevalier est attaqué de toutes parts. Grièvement blessé il a, dans son épuisement et sa douleur, la vision d’une licorne l’empalant sur sa corne.

Par Olivier, le 05/10/2015

Notre avis sur l'album Le chevalier a la licorne

Echappant miraculeusement à la mort, il est fait prisonnier par les anglais qui en demandent rançon. Le Roi de France ne répondra pas à cette demande, laissant le chevalier qui lui a sauvé la vie croupir dans une geôle anglaise.
Ce sont les hospitaliers qui finiront par payer, libérant l’homme à la raison plus que chancelante.

Stéphane Piatzszek arrive où on ne l’attend pas, surprenant avec un récit puissant où la folie et l’onirisme prennent le pas sur la réalité. Loin du Commandant Achab ou plus récemment de l’Or ou de Tsunami, il élabore un scénario où le verbe cède largement la place à l’image, laissant au dessin évocateur de Guillermo Escalada le soin de nous emporter dans la tourmente mentale du chevalier.
Ecrit avec une délicate précision, le récit place le lecteur en témoin subjectif de la tragédie qui frappe le chevalier, du plus profond des abimes de l’esprit à un apaisement physique et mental.

On ne peut qu’être subjugué par le dessin de Guillermo G. Escalada qui nous offre des images très fortes, loin du classicisme dévolu aux récits de chevalerie.
Son interprétation du scénario de Stéphane Piatzszek est tout simplement magnifique, il transcende le récit, offrant une sublime vision de la folie qui envahi le chevalier après le traumatisme de la bataille.
Cet instant fragile où il bascule, lorsque sa raison, ébranlée par une mort qui ne le prend pas, alors que l’adrénaline reflue, le laissant pantelant et hagard à la limite de la conscience, est d’une puissance évocatrice exceptionnelle.


Un album à l’intensité dramatique rare, un récit remarquable d’humanité.

Par , le

Nos interviews liées

Entretien avec Stéphane Piatzszek et Stephane Douay

Sceneario.com : Pouvez vous, l'un ou l'autre, nous présenter le pitch de ce nouvel album?
Stephane Piatzszek : : C'est le parcours parallèle de deux personnages, que tout semble opposer ou en tout cas qui ne sont pas censés se rencontrer, mais qui à la fin vont se retrouver face à face.L'un de ces personnages est un homme qui a été ruiné et qui, pour pouvoir s'en sortir va devenir tueur à gages à plus de cinquante ans, il vit à Paris. L'autre est un gendarme secouriste dans la montagne.A la fin du bouquin leur rencontre sera une forme de catharsis, ils vont se sauver ensemble et en même temps échapper à certains démons de leur passé.
Sceneario.com : : Ils ont effectivement tous les deux un passé qui va énormément influencer l'histoire?
Stephane Piatzszek : : Oui, ces deux personnages qui sont totalement différents, un tueur et un flic pour dire les choses très rapidement, sont en même temps semblables [...]

Lire la suite ›

Stéphane Piatszsek

Sceneario.com : Stéphane bonjour, tu viens d'éditer le tome 2 de Commandant Achab, peux tu nous présenter le personnage?

Stéphane Piatszsek Bonjour ! Achab est un vieux flic, à deux doigts de la retraite, qui a pas mal de trucs sur la conscience et qui, après une longue période passée à broyer du noir, essaie de se reprendre en main. C’est un gars qui cherche la rédemption et veut s’améliorer, même s’il garde son sale caractère et son humour un brin corrosif.
Achab est un Maigret déglingué, qui ne s’intéresse pas aux preuves matérielles mais sonde les âmes…
Sceneario.com : Pourquoi avoir surnommé ton héros Achab, une référence à Moby Dick? Handicap ou entêtement?

Stéphane Piatszsek Oui, il a perdu sa jambe lui aussi, et sa baleine blanche à lui, c’est un fantôme de son passé, une connerie qu’il a faite et qui lui a coûtée très cher [...]

Lire la suite ›