CEUX QUI ONT DES AILES #5 Five attack. Field of wing

voir la série CEUX QUI ONT DES AILES
Dessinateur :


Scénariste :


Éditions :

DELCOURT

Collection :

Akata

Genre :

Amour

Aventure

Shojo

Sortie :
ISBN : 2756004243

Résumé de l'album Five attack. Field of wing

Arrivé au Japon, le petit groupe emmené par Kotobuki découvre avec stupeur que les ailes sont issues d’une expérimentation humaine et qu’il en existe un prototype sur l’île. Ils pensent enfin être proches de leur but.
Cependant, leur surprise est de taille lorsqu’ils comprennent la vraie nature de cet objet mythique, capable de réaliser tous les vœux : il s’agit de cerveaux artificiels, créés sur le modèle du cerveau humain, « élevés » en laboratoire, dans l’espoir qu’ils deviennent une entité vivante.
Au même moment, le repère où étaient restés Raïmon et Mizuchi est attaqué par l’armée. Ils n’ont pas d’autre solution que la fuite.

Par Komori, le NC

Notre avis sur l'album Five attack. Field of wing

Ce tome 5 apporte de nombreuses révélations (notamment sur le passé de Raïmon, enfant légèrement décalé, voire à tendance psychopathe) mais peut-être un peu trop pour que cela soit digeste.

On sait, depuis les précédents volumes, que Raïmon a une bombe dans le cerveau prête à exploser, que le Japon, rasé de la carte, a en fait subsisté sous une forme « miniature » indétectable. Maintenant, on découvre (enfin) la véritable nature des ailes. Le nom avait tout pour faire « rêver » et on imaginait quelque chose proche du registre féérique ou angélique. Raté ! Il s’agit de cerveaux mutants élevés en batterie ! On ne peut pas dire que cela soit très réjouissant. Cela a le mérite d’ouvrir la porte (une petite porte parce qu’on glisse vite vers les amours contrariées des héros) sur les dérives des expérimentations scientifiques.
En parlant d’amours contrariées, comme dans tout bon shôjô qui se respecte, les héros ne peuvent pas vivre heureux, d’amour et d’eau fraîche sans peiner un peu. Et c’est forcément quand il y a une séparation que tout se casse la figure : Raïmon se fait descendre, capturer, mettre en bocal pour être transformé en « aile » pendant que Kotobuki se fait agresser par un ennemi pervers !

Il faut reconnaître que ces rebondissements finissent par être un peu « too much ». On a l’impression que les évènements se précipitent pour donner un final digne de ce nom. La course est lancée entre les compagnons de Kotobuki et l’armée pour mettre la main sur les ailes. Les uns les veulent pour sauver l’un des leurs, les autres pour dominer le monde. Qui gagnera ? (en même temps, on s’en doute un peu…).

Pour ce qui est du graphisme, ceux qui connaissent Fruits Basket ne seront pas dépaysés : les personnages sont élancés, fins, aux traits parfois ambivalents. Il y a cependant une impression de surcharge dans certaines cases, peut-être due à une trop grande utilisation des trames ou d’onomatopées disproportionnées.

Une série pour les fans de Natsuki Takaya.
 

Par , le

Les albums de la série CEUX QUI ONT DES AILES