CELLULE POISON #3 La main dans le sac

voir la série CELLULE POISON
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

DARGAUD

Genre :

Polar

Suspense

Sortie :
ISBN : 9782205060973

Résumé de l'album La main dans le sac

Zoran qui a découvert que sa soeur enlevée est présente dans une club qui fait travailler des prostituées est perturbé. Il prend contact avec elle et lui annonce, non sans avoir le coeur brisé qu'il ne pourra l'aidé tout de suite à rentrer chez elle. Il doit encore donner le change aux trafiquants avec Claire et aider sa soeur maintenant reviendrait à faire échouer l'opération.
Claire et Zoran établissent leur base d'opération du côté de l'Italie, mais l'attidude de Zoran depuis cet épisode de Tirana est troublante. Marchal, leur chef commence à douter de son équipe...

Par Eric, le NC

Notre avis sur l'album La main dans le sac

Pour ceux qui prennent le train en cours de route vous risquez d'être perdus, moi-même j'ai dû me replonger dans les deux premiers tomes pour être sûr de ne pas avoir râté un événement. Et bien, on peut dire que le scénario est vraiment tortueux à souhait. L'aventure de Claire est vraiment labyrinthique, Laurent Astier se plait à faire revenir son héroïne sur ses pas et par la même occasion le lecteur. Les trois tomes sont très interconnectés les uns avec les autres et ce nouvel album est très orienté sur Zoran et moins sur Clara.
Comme sur les précédents albums on parvient à retrouver la même ambiance, ce travail de bichromie permet au lecteur de naviguer dans les époques et de se sentir moins perdu en fait.  Ce procédé qui fait appel à peu de teintes permet à l'auteur de mettre en place un dessin très épuré, sans trop de fioritures. Même si le style et la patte de l'auteur ne trahissent pas la filiation avec les autres albums qu'il a pu faire. Cette fausse simplicité du dessin, sur Cellule Poison, donne un résultat saisissant qui, on ne cessera de le dire risque de desservir la série elle-même. De plus, on a l'impression que le travail est parfois réalisé à la va-vite, mais c'est sans doute la technique utilisée qui donne cette impression. Car Laurent Astier, scénarise, dessine et colorise ses planches, qui sont au nombre de 94, en un peu moins d'un an, voila, la messe et dite.
Le seul bémol que l'on pourrait trouver à ce tome c'est le fait de centrer le récit sur Zoran, mais faisant parti de la cellule et étant complémentaire de Claire, c'est inévitable. En tout cas pour ceux qui aiment les puzzles, même si cela fait longtemps que je n'en ai plus fait, vous allez vour régalez avec cette série. Dire qu'il faudra encore patienter pendant deux ans pour connaître enfin les tenants et les aboutissants de cette aventure.

Par , le

Les albums de la série CELLULE POISON

Nos interviews liées

Laurent Astier

Un entretien avec Laurent Astier.


Interviewer : Olivier
Image & Son Olivier
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Un entretien avec Laurent Astier

Rencontre avec Laurent Astier à l'occasion de la sortie de Comment faire fortune en juin 40


Interviewer : Olivier
Images et Son : Mathieu
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Entretien avec Laurent Astier pour Cellule Poison (Dargaud)

Interview conçue par Melville pour Sceneario.com

Sceneario.com : Comment est née la série Cellule Poison ? Laurent ASTIER : Elle est née des cendres d'un projet refusé par les éditeurs, un tryptique sur les violences faites aux femmes aux trois âges de la vie, enfance, adolescence et âge adulte. Cette série devait se déployer sur des récits de 120 à 200 pages en noir et blanc. Je comprends que ça ait pu effrayer les éditeurs à l'époque ! Pour écrire Cellule Poison, J'ai donc utilisé l'essence de ce projet, en me servant du genre polar comme filtre à cette thématique. Et le polar m'a emmené vers les frontières de cette violence qui est autant physique que psychologique, la prostitution forcée. J'y ai aussi ajouté mes questionnements sur les guerres balkaniques, sur cette région si proche et pourtant si méconnuepour la plupart d'entre nous [...]

Lire la suite ›

Laurent ASTIER l'auteur de Cirk et Gong

Sceneario.com: Nous t'avions déjà rencontré en avril dernier, depuis quelques mois ont passé. Le tome 2 de Cirk est sorti 1 an et demi après le tome 1, entre temps il y a eu Gong... Peut on dire que Laurent Astier est un auteur productif?
Laurent Astier : Salut mister Aub et toute l'équipe de Sceneario ! Alors comment ça va depuis la dernière fois ? vous avez ... oh, pardon ! c'est une interview ... Bonjour les gens qui lisez. Euh, je peux dire un petit bonjour ? Alors bonjour à tous mes potes, à mon papa, ma maman (hey, m'man, je passe à la télé ! ben oui, quoi, ça ressemble drôlement à une télé votre truc), mon frangin etc ...... Au fait, c'était quoi la question ?!?! Ah oui ...et la réponse est : Je crois que je ne peux pas dire non.
Bon allez, je blague, je vais faire un peu plus long que ça.
Il ya plusieurs raisons à ça. Je suis de nature plutôt impatiente. J'aime voir les projets prendre forme assez rapidement (même si je les ressasse pendant pas mal de temps avant de les coucher sur le papier) [...]

Lire la suite ›

De Laurent Astier, Auteur de Gong et Cirk

SCENEARIO.COM: Laurent, peux-te tu présenter, et décrire ton parcours professionnel jusqu'à maintenant ?
Laurent Astier: salut ! Laurent Astier (si j'ai gardé mon nom de naissance, c'est par flemme de trouver un pseudo) âgé de 27 automnes (c'est vrai ça, pourquoi on compte toujours en printemps ?) originaire de saint Etienne (et pourtant n'ayant pas un fort penchant pour le football même si je suis un peu leurs résultats et donc leur lente descente aux enfers) et résidant en banlieue parisienne.

Mon parcours dans le dessin a commencé sur les traces de mon grand frère, de 2 ans mon aîné (qui soit dit en passant est un vache de bon raconteur d'histoire, de dessinateur et surtout de coloriste et qui n'a fait qu'un album pour enfant qui n'est pas du tout représentatif de son talent) vers 5,6 ans par des gardiens de vache (en anglais dans le texte) armés jusqu'aux dents, puis quelques bandes sur des histoires de trappeur à partir de 8 ans (histoires inédites que vous ne verrez jamais car j'avais la fâcheuse habitude de faire des bilans et de balancer le tout au feu ou la poubelle [...]

Lire la suite ›