CAP HORN #3 L'ange noir de Paramo

voir la série CAP HORN
Dessinateur :


Scénariste :


Coloristes :



Éditions :

LES HUMANOÏDES ASSOCIES

Genre :

Aventure

Historique

Sortie :
ISBN : 9782731623543

Résumé de l'album L'ange noir de Paramo


En cette veille de noël 1892, les sbires du Paramo commandés par le ténébreux Mac Hilian ont investi la petite communauté anglaise d'Oushouaya, esseulée depuis que son protecteur, le révérend Bridges, a disparu. En effet, ces derniers sont à la recherche de l'énigmatique fugitif Johannes Orth, qui pour l'heure se trouve emprisonné au poste militaire argentin situé non loin. Afin de faire pression sur les gens de la mission et en vue d'un échange avec Orth, Mac Hilian enlève Anna Lawrence, la fille adoptive du Révérend. Alerté sur ces faits, le commandant militaire Alejandro Lagarigue se décide à intervenir avec sa maigre troupe. La terre la plus australe de la planète va connaître des moments difficiles durant lesquels l'ange noir du Paramo va peser de toute sa hargne.


 

Par Phibes, le 01/05/2011

Notre avis sur l'album L'ange noir de Paramo


L'ange noir du Paramo nous ramène aux ambiances historiques de la Terre de feu de la fin du 19ème et plus particulièrement sur la petite mission anglaise qui, en dernier poste avancé du Cap Horn, subit moult désagréments. Alors que les Yamana, peuplade autochtone en sursis de part l'étrange maladie qui décime ses rangs, semblent ne plus accorder leur confiance vis-à-vis de ceux qui les ont recueillis, une bataille se prépare sur la plaine environnante d'Oushouaya.


Ce nouvel épisode remet en selle tous les protagonistes qui ont sévit antérieurement. Si l'on retrouve le jeune Yakaïf, yamana "éduqué", en proie à une cohabitation avec les colons des plus difficiles et à un gros dilemme éthique, si l'on recroise également le capitaine Jason Low en pleine fuite, cet opus met l'accent essentiellement, d'où le titre, sur l'intervention musclée du chef de la Milice du Paramo, Mac Hilian et son affrontement avec les gens de la Communauté d'Oushouaya. Par ce biais, la belle volontaire Anna Lawrence, captive de l'Ange noir, est mise à l'honneur suivie de près par l'irascible officier argentin Lagarigue, tandis que Johannes Orth est cette fois-ci est relégué à un rôle subalterne (bien qu'une partie de son secret soit divulguée).


L'heure est donc à la rencontre entre deux forces caractérielles, une rencontre superbement orchestrée avec en toile de fond le problème de la survie de tout un microcosme (natifs et exilés) sur un territoire isolé. Ainsi, Christian Perrissin garde le cap de son aventure de l'extrême sud-américain et nous livre un amalgame parfait entre fiction et révélation historique. A cet effet, il entretient une certaine tension dans son récit (la poursuite d'Orth par Mac Hilian) qui se vautre dans un enchevêtrement de destinées, de situations et d'actions habilement constituées. La psychologie de ses personnages retient toute notre attention, tant pour son côté humaniste avéré que pour la pluralité des réactions individuelles.


Enea Riboldi gère son travail dans une authenticité de trait qui porte vers le haut la qualité générale de l'album. Son univers graphique est d'une grande beauté, rigoureusement proportionné, enjolivé par une colorisation à quatre mains bien maîtrisée. L'évocation historique et l'isolement territorial sont bien ressentis au travers des nombreux paysages réalisés. De même, les différents portraits que le dessinateur n'hésite pas à multiplier avec ressemblance, sont très réussis et des plus expressifs.


Un troisième opus animé et aventureux toujours aussi remarquable et dépaysant que les précédents et qui préfigure la fin dans le prochain tome.


 

Par , le

Les albums de la série CAP HORN

Nos interviews liées

Christian PERRISSIN pour CAP HORN T3

Sceneario.com : Bonjour Christian, En ce mois de mai sort le troisième opus de votre série Cap Horn. Comment vous est venue l'idée de vous lancer dans une telle aventure historico-fictive qui prend ses bases dans la Patagonie ? Est-ce une envie de marcher sur les pas de ceux qui ont espéré trouver une sorte d'Eldorado en ces lieux isolés ?
Christian Perrissin : Au tout début, il y a la lecture de "En Patagonie" de Bruce Chatwin. Une façon unique de raconter un voyage, de parler d'un territoire, de son histoire, sa géographie et ses habitants. Une expérience que j'ai aimée relire. Plus tard, un autre livre, de photographies cette fois, qui a pour titre "Cap Horn, rencontre avec les Indiens Yaghan". Une sorte de rapport de mission, celle de 1882 qui explora les canaux de Terre de Feu un an durant pour en achever la cartographie commencée 50 ans plus tôt par Fitz-roy à bord du Beagle [...]

Lire la suite ›

Le destin de Martha Jane Cannary à la croisée des réponses

Compte tenu de la grande complicité des deux auteurs, ces derniers ont souhaité répondre chacun à leur tour aux réponses posées (Paires pour Ch. Perrissin, impaires pour Mat. Blanchin), une façon de dire que leur complémentarité n'est nullement surfaite.
Sceneario.com : Ce mois de janvier 2008 a été l'occasion de voir éclore votre nouvelle série "Martha Jane Cannary". Comment cette sortie est-elle ressentie par vous-même et votre lectorat ?
Matthieu Blanchin : Pour nous c’est à la fois un cadeau et un soulagement car cela fait plus de 5 ans que nous avons commencé à réfléchir à ce portrait et l’aspect général du livre qui doit beaucoup au Talent de Didier Gonord, nous comble. .. Pour notre lectorat, il est encore un peu tôt pour le dire, mais vous savez, cela peut être très relatif car Blanchin par exemple, sort des albums très ponctuellement jusqu’à présent [...]

Lire la suite ›

Sébastien Lamirand


Sceneario.com : Sébastien Lamirand bonjour ! C’est la première fois que nous avons le plaisir de vous accueillir sur notre site, pourriez-vous vous présenter ?


Sébastien Lamirand : Je suis coloriste chez Soleil, j’ai 32 ans et autant de dents, je travaille sur Tessa, Kookaburra et les Conquérants de Troy, Lotus Noir (magazine de cartes à jouer) et Lanfeust Mag entre autres.

Sceneario.com : Vous faites partie du trio qui met en images les aventures de Tessa, pour notre plus grande joie. Est-ce facile de travailler avec Louis et Nicolas ? Comment travaillez-vous avec ces deux autres auteurs ?

Sébastien Lamirand : En général j’ai carte blanche pour les couleurs, s’il y a des indications précises, genre fin de journée, c’est Louis qui me les donne [...]

Lire la suite ›