Calavera

Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

CORNELIUS

Genre :

Drame

Fantastique

Intimiste

Onirique

Sortie :
ISBN : 9782360810895

Résumé de l'album Calavera

Doug est plus âgé maintenant, il souhaiterait revoir Sarah, ne serait-ce que pour s'excuser, pour passer à autre chose. Son amie Sally l'encourage à faire le pas, ça pourrait l'aider à résoudre ces cauchemars qui le hantent depuis ces années, ces visions ou il se voit sous les traits de Johnny, un jeune homme à la houppette brune qui retrouve sa copine, alitée, qui va bientôt "accoucher" de nouveaux œufs... Mais Doug est loin d'avoir réellement tout résolu...

Par Fredgri, le 07/10/2014

Notre avis sur l'album Calavera

Dernier volume de cette incroyable trilogie, cet album conclue avec virtuosité cette histoire en nous révélant partiellement les tenants et aboutissants de tout ce que nous avons lu jusque là.
En effet, Burns, pour l'occasion, adopte une narration plus linéaire qu'auparavant, sans pour autant rogner sur les croisements d'époques, les versions de Doug et ces intermèdes oniriques très Hergéiens !

Toutefois, Burns place ses dernières pièces en dosant ses effets. On découvre un Doug plus âgé, qui a une nouvelle copine, mais dont le sommeil est toujours perturbé par les mêmes images, par ces scènes ou il se voit sous les traits de ce Johnny qui parcourt ce monde très étrange, hanté par d'énormes ruches d’où sortent des œufs tachés de rouge, un univers peuplé de visions bizarres à base de fœtus, de créatures inachevées, de crânes, il est accompagné par un personnage à corps de bébé et sa copine cache sous les draps un énorme "ventre" d’où s'extrairont ensuite les fameux œufs. Tout un tas de signes qui mettent en avant une vision traumatique et obsessionnelle de l'enfantement, de l'abandon.
Progressivement, avec cette dernière étape, toutes les pièces du puzzle prennent leur place et c'est réellement fascinant car, même si l'artiste révèle beaucoup de choses il complexifie dans le même mouvement son personnage, son rapport avec sa propre histoire, comme par exemple son lien avec son père, avec les femmes. C'est très intéressant ! D'autant que Doug garde son inexpressivité tout du long alors qu'il est avant tout le vecteur de toutes les émotions, aussi contradictoires puissent-elles être, perpétuant le drame familiale, cette apathie paternelle qui va le pousser à faire les mauvais choix...

Petit à petit, l'écriture de Burns gagne en subtilité, avec des dialogues qui rajoutent à la violence de ce qui se vit dans ces pages. Le tout allié à un dessin magnifique de précision, d'efficacité. Dès les premières cases on tombe sous le charme de ce trait, entre ligne claire et nouvelle école indés américaine ! Fascinant !

Ce dernier album boucle donc un récit passionnant, et je vous conseille d'ailleurs de relire les deux précédents volumes juste avant, histoire de complètement s'immerger dans l'ambiance générale. Un album qui démontre combien Burns est définitivement un des grands maître US, mêlant à la fois un univers très personnel, un vrai propos et une intelligence de ton très pertinente.

A lire absolument !
Indispensable !

Par , le