BUG HUNTER #1 Le prisonnier virtuel

voir la série BUG HUNTER
Dessinateur :


Scénaristes :



Coloriste :


Éditions :

SOLEIL

Collection :

Soleil de nuit

Sortie :
ISBN : 2877644057

Résumé de l'album Le prisonnier virtuel

Cyrielle, Malcom et les autres sont des bug hunters, c'est à dire qu'ils se branchent le cerveau sur les circuits informatiques de grosses boites pour les aider à réparer leurs logiciels après le passage d'un virus, ou bien cracker un système de sécurité, bref dans ce monde ultra technologique ils sont ceux qui tirent le mieux leur épingle du jeu.
Mais Malcom ignore les charmes de la belle Cyrielle pour courir se réfugier dans les bras virtuels des programmes érotiques qui abondent dans les bas quartiers de la zone franche.
Cependant cette nuit là, il tombe sur un nouveau specimen piraté qui finit par lui bloquer le cerveau, créant une dépendance pour progressivement le lobotomiser.
Appelée au secours de son "collègue", Cyrielle va devoir s'allier avec l'abjecte Faval et affronter les services de Krydell, le maître des bordels des bas fonds, et les troupes de "la sainte mission de la quadrature".

Par Fredgri, le NC

Notre avis sur l'album Le prisonnier virtuel

Un petit album dont on ne verra malheureusement jamais la suite, ce "Bug Hunters" est une curiosité.
Tout d'abord car il est la première collaboration entre Labrosse et Arleston (Moréa), mais aussi il se distingue par le travail très particulier sur la couleur. En effet Labrosse adopte pour l'occasion un palette très flashy aux choix souvent pas très heureux. Alors est ce que cette approche est la raison du bide commercial à la sortie de cet album ? Un peu quand même, je pense, car après tout même si le scénario n'a pas la fantaisie habituelle d'Arleston il est néanmoins très lisible, un brin voyeur même, peut être pas aussi intéressant que ça mais bon il n'est pas "mauvais".
En ce qui concerne Labrosse, et mis à part ses couleurs, son dessin est parfait, il rappelle celui de gens comme Dave Stevens, Adam Hugues, parfois même un peu Manara, c'est à certains moments un peu froid mais très agréable malgré tout.
Une petite curiosité à lorgner du coin de l'oeil, ne serait ce que pour admirer les jolies pin-ups de Labrosse ;-)

Par , le

Je suis assez d'accord avec Fred, cet album vaut quand même le coup d'oeil...
Certes, les couleurs sont pour ma part, assez insupportables, mais le dessin est correct, voire bien. C'est vrai que par certains dessins de corps, Labrosse rappelle Manara, et le scénario aurait pu se tenir sur plusieurs tomes sans aucun problème. Mais c'est peut-être cette approche flashy, un peu seventies, qui a dû clocher et faire calancher cet album ...
Dommage, cela aurait pu être une série agréable à lire...

Par , le

J'ai vraiment adoré ce premier tome! Il a un intérêt artistique très fort à mes yeux.
Fred en parle mieux que moi, mais je trouve les couleurs vraiment excellentes, même si, au premier abord, elles m'ont surpris. C'est qu'à l'époque, j'étais un bon vieux fan de Lanfeust, alors, forcément ça surprend!
Mais l'intrigue était vraiment super chouette, même si parfois un peu confuse (on confond vite la réalité et le virtuel!).
Vraiment, je regrette profondément que la série s'arrête dès le premier opus. Pour en avoir discuté un peu avec Tonton, euh... pardon Arleston, les auteurs se sont aperçus qu'ils n'auraient peut-être pas assez matière pour faire une série complère. Mouais... ben, c'est pas gentil quand même!! : oD
Tant pis, consolez-vous avec Moréa, excellent aussi!

Par , le

Les albums de la série BUG HUNTER

Nos interviews liées

Thierry Labrosse pour le premier tome de Ab Irato

Sceneario.com : Bonjour Thierry. C’est la première fois que vous répondez à une interview pour Sceneario, alors du coup pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ? Quel est votre parcours ?
Thierry Labrosse : En France, je suis connu pour avoir été le dessinateur de la série Moréa scénarisée par Christophe Arleston et Dominique Latil. Je suis par ailleurs illustrateur de métier. Pendant longtemps j'ai travaillé dans le milieu de la publicité ici à Montréal au Canada ainsi que dans celui du dessin animé avant d'arriver à la BD en Europe. Aujourd'hui, je fais à l'occasion de la peinture et j'aime en particulier peindre et dessiner les femmes. En gros, je pratique mon métier depuis 20 ans déjà. Je vous invite à découvrir mon site (www.thierrylabrosse.com) pour mieux voir l'ensemble de mon parcours [...]

Lire la suite ›

Claude ECKEN et Benoît LACOU, auteurs tous azimuts

1907, la longue marche des vignerons du Midi, nouvelle production du tandem Claude Ecken / Benoît Lacou est la bonne occasion qui va nous permettre d’en savoir un peu plus sur ces auteurs trop peu connus.
Sceneario.com : Bonjour Claude et Benoît. Pour la circonstance, pourriez-vous vous présenter aux lecteurs de Sceneario.com ?
Claude Ecken : Je suis un fan de BD et écrivain spécialisé en science-fiction, même s'il m'arrive d'effectuer des incursions dans d'autres mauvais genres, voire pas de genre du tout. Dès le départ, j'ai voulu écrire aussi bien des romans que des scénarios de BD. Il se trouve que j'ai simplement mis un peu plus de temps à travailler dans la BD que dans le roman, même si mon premier scénario publié date de… attendez voir… (Ouille !) 1983 en fanzine et 1985 pour l'édition. Je suis également critique en BD et SF ; mes premiers articles dans les cahiers de la BD datent de 1979 [...]

Lire la suite ›