BRUXELLES MÉTROPOLE #1 Ville haute

voir la série BRUXELLES MÉTROPOLE
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

GLENAT

Genre :

Policier

Sortie :
ISBN : 9782874440267

Résumé de l'album Ville haute

Bruxelles fin XIXè siècle, un homme rentre chez Benoît Grevesse en cassant un carreau. Sa femme Léa, qui a entendu le bruit, va voir ce qui se passe et tombe nez à nez avec l’homme qui la tue avec un étrange couteau à trois lames. Quelques jours plus tard, ignorant le meurtre, Mélina, la sœur de Benoît arrive à Bruxelles où il l’avait invitée pour passer les fêtes de Noël avec leur mère. Elle y apprend le meurtre et l’arrestation de son frère. Benoît est en prison et cela se présente mal pour lui car deux témoins assurent l’avoir vu se débarrasser du corps de sa femme. Le meurtrier assassine une autre personne avec la même arme étrange mais pour l’instant la police ne fait pas le rapprochement.

Par Fef, le NC

Notre avis sur l'album Ville haute

Nouvelle série pour Di Giorgio qui a une grosse actualité cette rentrée en sortant pas moins de trois albums. Bruxelles métropole change un peu de ses autres séries car ici il est question d’une enquête policière se passant à Bruxelles à la fin du XIX eme siècle. J’ai été complètement dépaysé car ce genre de récit se passant à cette époque, les auteurs utilisent plus souvent Paris ou Londres, ce qui fait que j’ai perdu tous les repères que je m’attendais à trouver comme la tour Eiffel pas forcément encore terminée, le brouillard et Big Ben à Londres.

L’histoire se met en place rapidement et on comprend rapidement le rôle des personnages bien que certains éléments restent forcément mystérieux, le principal étant, pour moi, pourquoi Benoît aurait voulu jeter le corps de sa femme dans le puit.

Le dessin de Santander est très agréable à l’œil surtout sur l’architecture ou le drapé des robes. On peut s’arrêter sur la case pour bien regarder tous les détails des premiers aux arrières plans. Le seul petit reproche que je pourrais faire c’est que c’est un peu trop figé dans certain cas à mon goût. Ce sont surtout les couleurs qui m’ont attiré. On trouve beaucoup de brun, de rouge et des effets de lumière : cela donne un ton particulier à l’album, un peu lourd et oppressant dans certains cas  et calme et serein dans d’autres. Regardez la couverture et l’extrait pour vous faire une opinion.

Un message annonce que cette série sera en deux tomes. Il ne reste plus qu’à attendre le tome 2 pour avoir le fin mot de l’histoire.

Par , le

Les albums de la série BRUXELLES MÉTROPOLE

Nos interviews liées

JF Di giorgio pour Bruxelles Métropole, édition Glénat

Sceneario : Comment gères-tu la rentrée avec trois sorties assez rapprochées (Bruxelles, Eden Killer, Samuraï) ?
JF Di Giorgio :
 Ajoutez à cela la naissance de mon fils il y a peu, ca fait vraiment une actualité chargée ( rires ! ). 
Pour le moment tout se passe bien. Apparemment les gens ont l'air d'apprécier l'album "Bruxelles Métropole", et les prépublications de "Samurai" et d' "Eden Killer". Mais bon, dans six mois, tout peut changer. C'est la raison pour laquelle je profite chaque jour de ce qui m'arrive. 

Sceneario : Dans nos interviews, on a souvent parlé de mygala et samouraï. Peux tu nous parler de tes anciennes series, julie-julie, sam grifith, munro,les pays perdu, bouchon le petit cochon et shane avec le recul ?
JF Di Giorgio :
 "Julie Julie", c'est quasi de l'archéologie. C'est presque mon tout premier bouquin [...]

Lire la suite ›

Jean-François DI GIORGIO

Sceneario.com: As tu de ton coté terminé l'écriture de Samuraï?
Jean-François DI GIORGIO: Je termine l'écriture du tome 3. Et j'entame celle du 4, qui bouclera le premier cycle.

Sceneario.com: As tu parfois envie de changer ton histoire?
Jean-François DI GIORGIO: Oui, je suis parfois tenté. La réalisation d'un premier cycle comme celui de Takeo, c'est 4 ans de votre vie ! Forcément on a envie de changer des choses en chemin.

Sceneario.com: Es-ce que tu es totalement libre de ton histoire?
Jean-François DI GIORGIO: Dès  le début, je savais où j'allais. Mais encore une fois, en chemin   il nous arrivait à Fred ou à moi, d'avoir une meilleure idée, voir une idée complètement différente de celle du début. Chaque fois que cela a été possible j'ai  intégrée la nouvelle idée à la trame  principale [...]

Lire la suite ›