BOUNCER #1 Un diamant pour l' Au-delà

voir la série BOUNCER
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

LES HUMANOÏDES ASSOCIES

Genre :

Western

Sortie :
ISBN : 2731662069

Résumé de l'album Un diamant pour l' Au-delà

La confédération sudiste n'est plus, mais une petite armée croit encore en la victoire. Pilleurs et violeurs ces soldats sont dirigés par le capitaine Ralton qui un beau jour décide de dissoudre sa division. Le voilà à son compte pour résoudre une vieille histoire de famille. Sans aucune pitié il assassine son frère et sa belle soeur sous les yeux de Seth, jeune homme de 15 ans qui devra se réfugier suite aux conseils de son père auprès d'un certain "Bouncer".

Par Aub, le NC

Notre avis sur l'album Un diamant pour l' Au-delà

Encore une BD de western me direz vous... peut être mais encore une à ne pas manquer vais-je vous répondre. Une histoire qui n'a de cesse de nous surprendre, des rebondicements à chaque page, orchestrés par la main de maitre de Jodorowsky, sous un coup de crayon du grand Boucq. La réunion de ces deux grands noms de la BD est une réussite. Une fois de plus : vivement la suite.

Par , le

On est bien loin du mysticisme de la fin de la série Juan Solo, ou bien du scénario alambiqué de L'incal, non, ici point de tout ça. Seulement un western, tout du moins en apparence. Mais mettre Jodorowsky et Boucq sur une même couverture, cela peut souvent se révéler fantastique. Et si ce n'est pas à proprement parler fantastique, c'est en tout cas une très bonne bande dessinée. A vrai dire, les délires de Jodo ne me font pas souvent chavirer, tant souvent un peu trop ... torturés pour ma part. Mais The Bouncer est suffisamment classique pour attirer mon regard et mon envie, et du coup c'est avec grand plaisir que j'ai lu cet album, qui m'a permis de retrouver le dessinateur Boucq. Ce dessinateur est vraiment très bon dans les dessins "réalistes" à mon humble avis, ce qui ici correspond vraiment au besoin du scénario.
Pour moi, ce couple d'auteurs est vraiment génial. Une autre de leur collaboration, la série Face de Lune, était pour ma part vraiment superbe, même si elle était encore plus mystique que The Bouncer, qui comporte quelques petits aspects que Jodo ne peut s'empêcher de placer dans certaines de ses oeuvres, à savoir la religion, la vengeance, etc etc. Mais au final, je conseille The Bouncer aux amateurs ou non de Jodo, et pour ceux qui voudraient se faire un gros plaisir en lisant cet album qui est plus qu'un western...
Si le western classique était un plat de spaghetti, The Bouncer, ce serait ça aussi ... la bolognaise en plus ;o)

Par , le

Les albums de la série BOUNCER

Nos interviews liées

Rencontre avec François Boucq pour XIII mystery

Sceneario.com : Pourquoi le choix du Colonel Amos ?
François Boucq : Le scénario était bien, le personnage intéressant graphiquement et au niveau du contenu, psychologiquement. Il est complexe et manipulateur. Il est bourré d’ambigüités, il a une apparence très froide, c’est quelqu’un qui a eu une vie émotionnelle chaotique.
Il a une profondeur et une ambigüité sur différents plans. C’est un homme qui cherche à ourdir des complots et qui est lui-même perturbé par le complot de la vie.  
Sceneario.com : A-t-il été difficile pour vous de vous approprier le personnage ?
François Boucq : Non, c’est comme faire une histoire avec un acteur, il a sa physionomie, on prend le personnage avec ses codes vestimentaires, sa morphologie, sa psychologie, on le fait jouer [...]

Lire la suite ›

Nicolas FRUCTUS

1 - Le parcours


Sceneario.com :Les lecteurs vous découvrent avec Thorinth, mais pouvez vous nous parler de votre parcours depuis Emile Cohl ?
Nicolas Fructus:
Après l’Ecole, je suis monté tout de suite à Paris. Ma formation me portait plutôt exclusivement vers l’illustration. Donc c’est le début des galères habituelles, des petits boulots de pub, institutionnel, un ou deux livres pour « le livre de poche », beaucoup de projets avortés, bref, rien que du très classique. Et un an après être monté, en 1992, un studio d’animation cherchait des dessinateurs pour faire de la recherche décors pour de la série animée. À partir de ce moment, j’ai alterné entre productions et illustration jusqu’en 1996. Là, j’ai commencé à travailler pour Arxel Tribe, société de jeux vidéos, et l’histoire a duré quatre ans ! Je m’occupais de la direction artistique des jeux ainsi que des chartes graphiques [...]

Lire la suite ›