BOUNCER #2 La pitié des boureaux

voir la série BOUNCER
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

LES HUMANOÏDES ASSOCIES

Genre :

Western

Sortie :
ISBN : 2731661437

Résumé de l'album La pitié des boureaux

Ralton et ses hommes continuent de semer la terreur dans la région, après la destruction du coffre d'une banque, ils s'en prennent à une diligence ou tout le monde est massacré sauf une passagére, la ravissante Déborah. Celle-ci sera sauvée du viol et de la mort par Ralton qui abbatra même l'un de ses hommes pour la protéger. Elle sera relachée et arrivera au village de Barro City ou elle prendra la direction de l'école de manière bien tumultueuse. Loin de là, Bouncer le manchot initie son neveu Seth au maniement des armes et a une longue éducation sur lui même...

Par Aub, le NC

Notre avis sur l'album La pitié des boureaux

Le tome 1 de Bouncer m'avait déjà enormément plu, et je dois dire que ce tome deux est très fort aussi... Mes espérances sur la suite sont très largement comblées et même si j'ai réussi a trouver le dénouement avant la fin, je conseil ce western a tous les amateurs.
Boucq a toujours un coup de crayon très travaillé et les grandes cases qui jallonent les pages de cet album sont magnifiques. Quand au scénario, il m'a ennormément plu et est digne des plus grand westerns.

Par , le

J'ai lu cette série sur les conseils d'Aub...et je ne l'ai pas regretté ! Un régal ! Le scénario est fantastique ! Pourtant, bien des ficelles ont déjà été utilisées en matière de Western ! Le dessin n'est pas dans mes habitudes, mais comme pour toutes les exéllentes BD, il ne m'a pas empéché d'adorer !!!

Par , le

Deuxième et dernier tome de The Bouncer, qui clôture en beauté cette série. Certes, deux tomes ce n'est pas grand chose, mais cela suffit. Quand on peut faire bon en deux tomes, pourquoi s'étaler en 10 ? Le couple Jodorowsky/Boucq me plait toujours autant. Il faut dire que le trait de Boucq est précis, détaillé, et se sublime dans les grandes planches. De plus, dans un western, l'ambiance est souvent un peu crade, boueuse, et Boucq rend cela à merveille, même si les couleurs y sont pour pas mal également. Quant au scénario, il n'y a strictement rien à dire, c'est un bon Western, et Jodo n'a pas inventé la poudre dans le genre. Son histoire marche, elle a le petit plus qui l'a rend intéressante, mais ce n'est pas non plus la panacée. C'est très agréable et on en demande pas plus... ca donne surtout envie de relire Face de Lune du même couple d'auteurs, pour ceux qui connaissent ;o)

Par , le

Les albums de la série BOUNCER

Nos interviews liées

Rencontre avec François Boucq pour XIII mystery

Sceneario.com : Pourquoi le choix du Colonel Amos ?
François Boucq : Le scénario était bien, le personnage intéressant graphiquement et au niveau du contenu, psychologiquement. Il est complexe et manipulateur. Il est bourré d’ambigüités, il a une apparence très froide, c’est quelqu’un qui a eu une vie émotionnelle chaotique.
Il a une profondeur et une ambigüité sur différents plans. C’est un homme qui cherche à ourdir des complots et qui est lui-même perturbé par le complot de la vie.  
Sceneario.com : A-t-il été difficile pour vous de vous approprier le personnage ?
François Boucq : Non, c’est comme faire une histoire avec un acteur, il a sa physionomie, on prend le personnage avec ses codes vestimentaires, sa morphologie, sa psychologie, on le fait jouer [...]

Lire la suite ›

Nicolas FRUCTUS

1 - Le parcours


Sceneario.com :Les lecteurs vous découvrent avec Thorinth, mais pouvez vous nous parler de votre parcours depuis Emile Cohl ?
Nicolas Fructus:
Après l’Ecole, je suis monté tout de suite à Paris. Ma formation me portait plutôt exclusivement vers l’illustration. Donc c’est le début des galères habituelles, des petits boulots de pub, institutionnel, un ou deux livres pour « le livre de poche », beaucoup de projets avortés, bref, rien que du très classique. Et un an après être monté, en 1992, un studio d’animation cherchait des dessinateurs pour faire de la recherche décors pour de la série animée. À partir de ce moment, j’ai alterné entre productions et illustration jusqu’en 1996. Là, j’ai commencé à travailler pour Arxel Tribe, société de jeux vidéos, et l’histoire a duré quatre ans ! Je m’occupais de la direction artistique des jeux ainsi que des chartes graphiques [...]

Lire la suite ›