BODOI #108 Taniguchi : le plus européen des mangakas

voir la série BODOI

Résumé de l'album Taniguchi : le plus européen des mangakas

Au menu :

un dossier Antique, Taniguchi, Smudja, Aranega, Hausman, Duchazeau, Comics, L' Occupation de Ricard, VIP : Liberge, L'actu passée au crible, le shopping, les infos-critiques, les BD en pré-publication : le début de Muraille #1; la fin de Cassio#1 et la suite de Haute sécurité #1,  plus le pinailleur, le calendrier de juin et le courrier des lecteurs.

Par Berthold, le NC

Notre avis sur l'album Taniguchi : le plus européen des mangakas

Juin, les journées se rallongent. Alors profitez donc de ces fins de journées agréables pour déguster en guise d'apéritif ce numéro de Bo-Doï. Vous y découvrirez cet immense auteur japonais qu'est Taniguchi, vous ferez un voyage à Rome avec la sortie de Murena 6, Cassio  1 et Les fils de la Louve 3, vous ferez un tour en pays inca grâce à Duchazeau et ses Vaincus, un tour en pays des fées avec Hausmann, Sylvain Ricard vous fera un cours d' histoire sur la période de l'Occupation et découvrez de magnifiques extraits du carnet de voyage de Dupuy et Berbérian.

Un numéro toujours bien fait et agréable à lire. Indispensable pour découvrir toute la production qui sort en ce mois de juin.

Par , le

Les albums de la série BODOI

Nos interviews liées

Rencontre avec Charles Berberian

Sceneario.com: Vous avez une longue expérience en tant que dessinateur de BD, ce qui vous a amené à recevoir le Grand Prix de la ville d’Angoulême en 2008 ainsi que le Inkpot Award aux USA, depuis cette vague de succès comment vous définissez-vous aujourd’hui?
Charles Berberian:Cela correspond à une époque où je travaillais avec Philippe Dupuis et donc c’est autre vie,  je m’y projette de temps en temps pour retrouver des repères.
Cela fait partie de moi et alors les prix... je ne peux pas dire que je m’en moque car je suis fier de ce que nous avons accompli tous les deux. Je me réinvente, comme Philippe.
L’avantage de passer la cinquantaine c’est que c’est comme un second départ, une redéfinition de soi.

J’ai retrouvé des tas de choses qui dataient d’avant mon association avec Philippe, comme la manière d’aborder la BD, dont un fanzine où je changeais de style à chaque page, ce que j’ai reproduit dans Le Bonheur Occidental et qui correspond à une démarche où je me cherchais, où j’expérimentais [...]

Lire la suite ›

Desberg et Queireix

Entretien avec Desberg et Queireix pour "MISS OCTOBRE" aux Editions LE LOMBARD durant le 40° Festival International de la BANDE DESSINEE d'Angoulême. (2013). Interviewer: Olivier
Images, son: Olivier et Mat
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Interview de Diego Aranega pour la sortie de Victour LALOUZ

Sceneario.com : Diego, te revoilà sur Sceneario, quel est ton parcours depuis notre première rencontre en septembre 2003 ?
Diego Aranega : Après t'avoir quitté je suis allé boire un café, sur le chemin du retour le ciel s'est fendu en 2, un type avec un moule-bite vert fluo à franges violettes et une grande barbe blanche est descendu d'un escalator géant, il m'a posé la main sur la tête et m'a dit : "Diego maintenant tu te calmes et tu te recentres sur les vraies valeurs". Ça a été comme un électrochoc, je suis allé au dépôt des bus et je me suis payé un aller simple pour le Cambodge. Depuis ce temps là je participe à des programmes d'alphabétisation et de reconstruction de ponts, pis le week-end pour me changer les idées je fais de la BD et de l'illustration de presse.

Sceneario.com : Chez télérama, combien de temps as tu pour réaliser une illustration?
Diego Aranega : En presse les délais sont souvent donnés en fonction de la périodicité, quand je fais un dessin pour Le Monde j'ai quelques heures, quand je le fais pour Télérama ça varie entre 1 et 24 heures en fonction de l'urgence, je peux travailler très vite [...]

Lire la suite ›

Diégo ARANEGA l'auteur de FOCU

Sceneario: Pouvez vous vous présenter en quelques mots?
Diego Aranega:Je mesure 2 mètres 15, j'ai les yeux cheveux longs mais ça se voit pas trop vu que ma mère les coupe super court pour éviter les soucis avec les poux. Depuis toujours mon physique hors du commun m'empêchait de me réaliser dans les disciplines qui m'attiraient : bobsleigh, couture, équitation, du coup j'ai dû me rabattre sur quelque chose de plus accessible: l'illustration de presse et de la bande-dessinée.

Sceneario: Pourquoi FOCU?
Diego Aranega:Parce que FOCU, tout simplement.

Sceneario: Comment arrive-t-on a créer un personnage comme FOCU?
Diego Aranega:18 heures de muscu' par jour pendant 15 ans, beaucoup de sucres lents, des pépitos et des petites brioches fourées aux éclats de choco, tout simplement [...]

Lire la suite ›