BLACKSTONE #1 Les magiciens

voir la série BLACKSTONE
Dessinateur :


Scénariste :


Éditions :

GLENAT

Collection :

Grafica

Genre :

Aventure

Fantastique

Suspense

Sortie :
ISBN : 9782723479196

Résumé de l'album Les magiciens

Paris, les années 1860.
Jean-Jacques, Jenny et Nelson sont trois amis qui s'y connaissent en magie et vivent d'arnaques dans la capitale. Tout allait bien jusqu'à ce que jenny et Nelson décident d'abandonner Jean-Jacques. Ils repartent en Angleterre où ils vont se lancer dans les spectacles de magie.
Lors d'un numéro où ils font disparaitre un enfant de 7 ans dans une malle, cela tourne mal. L'enfant a réellement disparu. Les spectateurs pensent qu'il s'agit d'un enlèvement et s'en prennent aux artistes. Nelson réussit à prendre la fuite et s'embarque clandestinement sur un paquebot en partance, tandis que jenny est arrêtée et condamnée à la prison à vie.
Quand à jean-Jacques, il débarque aussi à Londres où il tente de se lancer dans le spiritisme.

 

Par Berthold, le 23/02/2012

Notre avis sur l'album Les magiciens

Après Uchronie(s), Blackstone est la nouvelle série imaginée par Corbeyran et Eric Chabbert.
Les auteurs vont nous raconter un récit où la magie tient la première place dans cette moitié du XIXème siècle.

Avec ce premier tome, nous faisons connaissance avec les personnages principaux et de l'intrigue qui se met petit à petit en place. Nous voyons donc que la magie joue un rôle important dans cette série. Il y a aussi un très bon suspense qui vous prend dès les premières pages avec la disparition du petit garçon. Nous nous rendons bien compte que cette "affaire" va toucher pas mal de gens comme la mère de l'enfant qui va vivre drame sur drame.
Je n'en dis pas trop parce que Corbeyran a su concocter un bon récit qui dès les premières pages vous donne envie de poursuivre la lecture de cette saga.
Ce sujet peu abordé en bande dessinée se révèle être riche pour imaginer une histoire où le policier se mélange au fantastique.

Le dessin d'Eric Chabbert est à la hauteur de cette série. Il a su camper d'excellents personnages qui permettent aux lecteurs de s'intéresser à eux. Les décors sont d'une rare beauté. Nous avons l'impression de nous retrouver dans cette période du XIXème siècle que ce soit à Paris ou à Londres. Et que dire de cette magnifique vue de Londres en double-pages ! Et de la conception des cases qui suivent ? Je trouve que Chabbert a du talent pour vous offrir du cinémascope avec ses crayons.

Ce premier tome est une belle surprise que je vous conseille fortement et qui, vous verrez, va vous prendre sans vous lâcher jusqu'aux dernières cases.
A ne pas rater !

 

Par , le

Les albums de la série BLACKSTONE

Nos interviews liées

Corbeyran nous parle d'Irina

Sceneario.com : Pourquoi le choix d’Irina ?
Eric Corbeyran : J’adore les filles qui portent des flingues. J’ai quelques héroïnes dans ce goût-là, des filles dangereuses, comme dans le Chant des Stryges où l’héroïne est une tueuse professionnelle, ou dans le Régulateur où les personnages principaux sont deux nanas. Donc le choix s’est naturellement porté sur cette tueuse.
Sceneario.com :
Eric Corbeyran : C’est facile, on a tendance à croire que trop de contraintes nuisent alors que c’est le contraire, c’est plus facile, j’aime les contraintes. J’ai adapté Assassin’s Creed, et il y avait beaucoup de contraintes, alors ici c’était de la « rigolade ».

J’avais toute liberté pour créer le personnage. Dans XIII on la voit tuer, c’est un comportement de tueuse stéréotypé [...]

Lire la suite ›

Eric Corbeyran et Brice Bingono pour Pavillon Noir chez Soleil

Sceneario.com : Comment vous êtes-vous rencontrés ?
Eric CORBEYRAN : C'est Jean Wacquet (de chez Soleil) qui nous a mis en contact. A l'époque Brice n'habitait pas loin de Bordeaux, nous nous sommes donc rencontrés "pour de vrai". Le courant est passé tout de suite...

Sceneario.com : Eric, qu'avez vous apprécié chez Brice pour avoir envie de travailler avec lui ?
Eric CORBEYRAN : D'abord, j'ai vu quelques uns de ses anciens travaux, des pages de bd mais aussi des illus. Ca a été très positif tout de suite. Le déclic s'est produit et la machine s'est mise en marche dans ma tête. Ensuite, j'ai rencontré le bonhomme et il m'a plu d'emblée. Après, je n'ai cessé d'être enthousiasmé par les planches de Pavillon noir. Chaque livraison était un petit événement tant son trait est énergique et attachant [...]

Lire la suite ›