BLACK LORD #2 Toxic warrior

voir la série BLACK LORD
Dessinateur :


Scénaristes :



Coloriste :


Éditions :

GLENAT

Genre :

Thriller

Sortie :
ISBN : 9782344002643

Résumé de l'album Toxic warrior

Alors qu’il s’apprêtait à confier Max à une bande de trafiquants pour lui faire quitter la Somalie, Djad s’est vu embarquer de force par ses derniers. Retenu prisonnier dans la cale du porte-conteneurs des contrebandiers, ce dernier subit un interrogatoire sévère à l’insu du capitaine du navire. Pendant ce temps, se sentant redevable, Max est allé chercher l’aide de Churchill, le bras droit du sinistre pirate Hassan. Il tente de le convaincre en lui soumettant son plan qui pourrait sauver le père de sa fiancée et également le rendre détenteur du cargo après l’opération. Fort de son appui, ils se retournent vers Hassan pour pouvoir récupérer le bateau de Max et bénéficier également de sa collaboration. Après une acceptation un tantinet suspecte, ils mettent à exécution le stratagème de Max. Arriveront-ils à arraisonner le cargo et à sauver Djad des griffes de l’équipage ? A n’en pas douter, cette opération d’envergure va être de nature à faire tomber certains masques.

Par Phibes, le 05/12/2014

Notre avis sur l'album Toxic warrior

Toujours sous l’aile protectrice de son frère, Guillaume Dorison nous replonge dans les ambiances inquiétantes de piraterie moderne autour de la Corne de l’Afrique et de trafic de produits toxiques, au sein desquelles un homme, Maxime Stern, est appelé à participer activement et par là-même, à se découvrir.

Ce deuxième opus qui à l’avantage de clôturer en elles-mêmes les péripéties du capitaine du yacht, nous replace dans ses intentions dévoilées à la fin du tome précédent, à savoir son envie de se lancer dans une opération de sauvegarde de son protecteur Djad. Il ne fait aucun doute que l’aventure, qui repose sur une thématique de fond contemporaine réelle, se veut d’un abord assez captivant par le fait, d’une part, qu’elle conserve son intensité première, violente et impitoyable, engendrée par tout un consortium de personnages peu scrupuleux et vénaux. D’autre part, elle a le mérite d’avancer à grand pas et vient, par conséquent, dans un affrontement inéluctable, dévoiler les tenants et les aboutissants d’une affaire sordide.

Par la même occasion, elle vient donner beaucoup plus de profondeur aux protagonistes comme Hassan, Max et Djad qui ne manqueront pas de faire les révélations tant attendues. Si ces dernières nous assurent quelques bonnes surprises, on pourra toutefois regretter qu’elles n’échappent pas à un certain conventionnalisme.

Côté dessins, il est indéniable Jean-Michel Ponzio reste dans des dispositions illustratives proches de la photographie qui lui siéent tout particulièrement. Si le résultat donne un sentiment d’authenticité, il n’en demeure pas moins qu’il donne de temps à autre l’impression d’une rigidité dans les postures des personnages. Toutefois, on pourra saluer le découpage de ses planches qui est pour le moins maîtrisé et également cette sensation de froideur ambiante qui appuie encore plus la dureté de l’histoire.

Un épisode qui certes conclut efficacement et impitoyablement les péripéties communes de Max, Djad et Hassan mais qui semble n’avoir pas tout dit sur les pérégrinations du fameux Black Lord.

Par , le

Les albums de la série BLACK LORD

Nos interviews liées

Un entretien avec Xavier Dorison pour la sortie de sa nouvelle série : Red Skin

Avec Red Skin, Xavier Dorison nous plonge dans un univers inspiré comics qui entremêle bien harmonieusement super-héros, humour, sensualité, action en tout genre et affrontements idéologiques.

Interviewer : Olivier
Images et Son : Mat
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Richard Marazano et Jean-Michel Ponzio nous parlent de Genetiks

Sceneario.com : Richard Marazano, Jean-Michel Ponzio, bonjour et bienvenue sur Sceneario.com. Tous les deux vous avez un parcours qui au départ ne vous destinaient pas forcément à faire de la bande dessinée. Qu’est ce qui vous a donné envie d’entrer dans cet univers ? Que représente aujourd’hui pour vous la bande dessinée, un métier, une passion… ?
Richard Marazano : Depuis tout gamin, j’ai toujours lu de la bande dessinée. Lorsque j’en suis venu à m’exprimer au travers de différents media, il m’a semblé tout a fait naturel de le faire également dans un « langage bande dessinée ». En débutant je n’imaginais évidemment pas que cela allait devenir un métier si prenant et si enrichissant à la fois. En effet, aujourd’hui la bande dessinée est pour moi un métier (puisque mon travail en bande dessinée me prend tout mon temps et me fait vivre, et que cela nécessite pour moi des réflexions et un apprentissage quotidien), mais également une passion sans laquelle ce genre d’investissement personnel ne serait pas possible [...]

Lire la suite ›

Xavier Dorison Scénariste de Long John Silver

Sceneario.com : comment à débuter cette association avec Matthieu Lauffray ?
Xavier Dorison: Entre Mathieu et moi, c'est une longue histoire d'amitié et de collaboration de plus de 10 ans et que je ne pourrais pas résumer ici... Pour faire court, j'ai écrit les séquenciers des 4 tomes de LJS en les "visualisant" dessinés par Mathieu... Et sans espérer une seconde que ce soit possible ! A la fois pour des raisons de disponibilité et, sans doute, parce que je n'osais pas espérer qu'ils lui plaisent. François Lebescond a eu le courage que je n'avais pas et a joué les entremeteurs. Mathieu a aimé et a trouvé la disponibilité en question....
Après, il s'est "emparé" du sujet (dans le meilleur sens du terme) et nous le travaillons ensemble. Nous sommes maintenant comme les personnages de cette histoire. Tous les deux sur le bateau, essayant de le faire avancer en utilisant nos forces et métiers respectifs [...]

Lire la suite ›

Sanctuaire Remined tome 1

Sceneario.com : Qu’est-ce qui vous a décidé à proposer une adaptation manga de votre série ?
Xavier Dorison : L’une des raisons de ce choix est liée au fait que, lorsque l’on travaille sur une BD franco-belge, on a une place limitée. Il y a une forme d’essentiel, de radicalisme. Le manga permet de développer les univers et les personnages. On savait que Sanctuaire offrait des pistes à emprunter et nous avions le choix des auteurs. Cela est donc apparu comme une bonne idée. En outre, cela permettait d’accompagner le développement de Shôgun mag. Sceneario.com : Aviez-vous des contraintes pour la reprise du scénario ?
Stéphane Betbeder : On avait toute latitude. On ne souhaitait pas faire une simple adaptation mais une réelle interprétation. L’objectif était de s’approprier l’univers de Sanctuaire [...]

Lire la suite ›