BIOTOPE #1 Biotope 1

voir la série BIOTOPE
Dessinateur :


Scénariste :


Éditions :

DARGAUD

Collection :

Poisson Pilote

Genre :

Humour

Policier

Science Fiction

Sortie :
ISBN : 9782205058611

Résumé de l'album Biotope 1

Biotope est le nom d'une planète quasiment inviolée par la main de l'homme. Mis à part une communauté de scientifques regroupant des géologues et des botanistes, peu d'humain ont eu l'opportunité de se promener dans cet écosystème. La communauté scientifique vit en vase clos et a mis en place des rêgles drastiques pour éviter que cette planète subisse le même sort que la Terre.
Mais l'improbable survient avec un double meurtre qui met la communauté en émoi, et une enquête est diligentée par trois officiers de police. Le commissaire Toussaint et son équipe, par leur presence, perturbent immédiatement la vie de ce monde. Lui regrette déjà ses cigarettes et s'ennuie à mourir, ses eux accolytes eux se détestent cordialement. Et pourtant, leur enquête progresse et une certaine tension est palpable entre les botanistes, les géologues et policiers. Les premiers accusant les seconds de fomenter l'exploitation minière de la planète. Et les policiers, eux sont à la solde des conglomérats miniers.
Mais pour protéger se monde peut-on en arriver à tuer ses semblables?

Par Eric, le NC

Notre avis sur l'album Biotope 1

En ces temps où les préoccupations pour protéger l'environnement croissent, Biotope vient ajouter sa modeste pierre à l'édifice. Mais c'est avant tout une histoire policière qui se passe dans un huis-clos opressant. De Biotope, mis à part la base, on ne voit que la cîme des arbres. Tout est ainsi mis en place pour instaurer une atmosphère opressante.
Contraste intéressant, le dessin de Brüno, que l'on a pu voir sur Inner City Blues, apporte une touche décalée, avec un traitement des personnages et des décors résolument humoristique. Et le fait d'ajouter un anti-héros comme le commissaire Toussaint, bedonnant et facilement irritable par les rêgles de vie dans Biotope, ajoute à cette histoire un intérêt pour l'enquête policière.
Biotope nous permet de découvrir une aventure policière intéressante et intriguante par les divers ressorts mis en place. Le rythme s'accentue au fil des pages pour tenir le lecteur en haleine, et lui laisser en bouche un goût de trop peu. Gourmand comme il est le lecteur il veut la suite...

Par , le

Les albums de la série BIOTOPE

Nos interviews liées

Appollo et Stéphane Oiry pour UNE VIE SANS BARJOT

Sceneario.com : Pouvez-vous nous expliquer le concept de la trilogie dont font partie Une Vie sans Barjot et Pauline et les loups-garous ?
Appollo : Au départ, c'est-à-dire quand on a commencé Pauline, ce n’était pas une trilogie dans mon esprit. Puis au fil de l’album, en discutant avec Stéphane, nous nous sommes dit qu’il y avait quelque chose à faire de plus ample autour de l’adolescence. Pauline était une histoire sombre, un peu désenchantée, voire désespérée, et rapidement je me suis dit qu’un deuxième album pourrait aborder les thèmes de l’adolescence sur un ton plus léger, plus drôle, parce qu’il me semblait que l’adolescence c’était ça aussi. Une Vie sans Barjot finit bien parce que Pauline finissait mal, d’une certaine manière. Le troisième tome, dont je n’ai pas encore le titre mais dont le nom de code est La Lauréate – en hommage à The Graduate, l’excellent film de Mike Nichols avec Dustin Hoffman – s’attachera à une période un tout petit plus en aval, puisqu’il s’agira de raconter le retour d’une jeune fille d’une vingtaine d’années chez son père au moment des vacances universitaires [...]

Lire la suite ›

Brüno pour Commando Colonial Tome 2

Pour commencer, pourrais-tu nous raconter ton parcours et comment tu es venu à la BD ? Brüno : J’ai toujours aimé la Bande Dessinée et j’en ai toujours plus ou moins fait. Quand j’étais à la faculté d’arts plastiques de Rennes, une bande de copains a monté une structure d’édition « La Chose » (cette structure existe toujours). J’ai alors fait 2 ou 3 albums chez eux. A une époque, je faisais beaucoup de festivals, et à celui de Saint-Malo, en 1997, j’ai rencontré Fredéric Mangé de chez Treize Etrange. Il lançait une collection d’adaptation de romans d’aventures et c’est comme ça que j’ai fait « Nemo ». Ensuite j’ai signé chez Vents d’Ouest et c’était parti ! Aujourd’hui je me consacre à la BD, en faisant aussi quelques travaux d’illustrations à côté [...]

Lire la suite ›