BADLANDS #3 Le Grand Serpent

voir la série BADLANDS
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

SOLEIL

Genre :

Fantastique

Western

Sortie :
ISBN : 9782302068643

Résumé de l'album Le Grand Serpent

Le 30 octobre 1881, toujours accompagnée par Sam, Labotte et Meurs-Beaucoup, Perla a atteint le territoire de Red Rock Canyon. En ces lieux encore sauvages peuplés par les indiens delaware, la jeune femme espère y trouver un chaman faisant partie de la société secrète appelée Le Grand Serpent et qui sait communiquer avec le monde des esprits. En effet, eu égard à ce qu’elle a vécu lorsqu’elle avait sept ans lors d’une séance occulte organisée par son père, Perla se doit de se débarrasser d’un mal qui la taraude. Aussi, après avoir demandé à Sam et Meurs-Beaucoup de prendre la route de Red Rock, la jeune femme s’arrange pour que Labotte reste auprès d’elle afin de l’aider à passer la nuit prochaine. Pour cela, elle lui demande de lui passer des menottes et de l’enchainer à un rocher. Pendant ce temps, l’arrivée des deux hommes à Red Rock ne reste pas inaperçue, si bien qu’ils sont pris à parti par la populace. Est-ce que Perla pourra atteindre son but et gagner la guerre qu’elle a entreprise ?

Par Phibes, le 16/04/2018

Notre avis sur l'album Le Grand Serpent

Ce troisième volet finalise la quête de la belle Perla, jeune madrilène lancée sur les traces de son ancêtre alchimiste partie à la conquête du nouveau monde. Si les deux premières parties nous donnaient l’occasion de la suivre dans son errance initiatique des mœurs indiennes via des artefacts hérités de son aïeul, ce dernier volet a l’avantage de révéler enfin les véritables raisons de son voyage.

A la faveur de sauts dans le passé, Eric Corbeyran vient apporter ce qui manquait dans cette aventure fantomatique. En effet, Perla se livre enfin à nous dans des révélations qui conforteront le caractère fantastique de cette équipée. De fait, la belle héroïne nous apparaît plus en profondeur, porteuse d’une malédiction contre laquelle elle s’est mise en quête d’un remède. Pareillement, ses compagnons ont droit au chapitre et viennent eux-aussi, via leurs confidences, apporter leur pierre à l’édifice.

Le récit se veut par ce biais prendre une dimension extraordinaire qui nous fait franchir allègrement les portes de la réalité pour atteindre le monde des esprits démoniaques. L’on concèdera que ce western a le privilège de jouer la carte de la surprise avec une habilité dont le scénariste est passé maître et nous entraîne dans des pérégrinations totalement inattendues. Eludant tout temps mort et usant d’un séquençage averti, ponctué de scènes monstrueusement édifiantes, il attise avec efficacité notre curiosité.

De son côté, Piotr Kowalski accompagne son scénariste via une illustration qui fait toujours impression. L’artiste nous montre une fois encore son talent qu’il met au service d’un récit qui la part belle à la mixité entre Histoire et fantastique. Le travail sur les paysages du futur territoire de l’Etat de l’Oklahoma sont grandioses, rehaussés par une colorisation d’Aurore Folny des plus remarquables. Les personnages, quant à eux, sont toujours aussi charismatiques et expressifs. A commencer par la belle Perla, toujours aussi agréable à suivre et qui se veut côtoyer des entités monstrueuses particulièrement effrayantes.

Une fin d’aventure détonante en tout point qui a le privilège de nous faire passer un bon et frémissant moment de lecture.

Par , le

Les albums de la série BADLANDS

Nos interviews liées

Corbeyran nous parle d'Irina

Sceneario.com : Pourquoi le choix d’Irina ?
Eric Corbeyran : J’adore les filles qui portent des flingues. J’ai quelques héroïnes dans ce goût-là, des filles dangereuses, comme dans le Chant des Stryges où l’héroïne est une tueuse professionnelle, ou dans le Régulateur où les personnages principaux sont deux nanas. Donc le choix s’est naturellement porté sur cette tueuse.
Sceneario.com :
Eric Corbeyran : C’est facile, on a tendance à croire que trop de contraintes nuisent alors que c’est le contraire, c’est plus facile, j’aime les contraintes. J’ai adapté Assassin’s Creed, et il y avait beaucoup de contraintes, alors ici c’était de la « rigolade ».

J’avais toute liberté pour créer le personnage. Dans XIII on la voit tuer, c’est un comportement de tueuse stéréotypé [...]

Lire la suite ›

Eric Corbeyran et Brice Bingono pour Pavillon Noir chez Soleil

Sceneario.com : Comment vous êtes-vous rencontrés ?
Eric CORBEYRAN : C'est Jean Wacquet (de chez Soleil) qui nous a mis en contact. A l'époque Brice n'habitait pas loin de Bordeaux, nous nous sommes donc rencontrés "pour de vrai". Le courant est passé tout de suite...

Sceneario.com : Eric, qu'avez vous apprécié chez Brice pour avoir envie de travailler avec lui ?
Eric CORBEYRAN : D'abord, j'ai vu quelques uns de ses anciens travaux, des pages de bd mais aussi des illus. Ca a été très positif tout de suite. Le déclic s'est produit et la machine s'est mise en marche dans ma tête. Ensuite, j'ai rencontré le bonhomme et il m'a plu d'emblée. Après, je n'ai cessé d'être enthousiasmé par les planches de Pavillon noir. Chaque livraison était un petit événement tant son trait est énergique et attachant [...]

Lire la suite ›