Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

DUPUIS

Collection :

Aire Libre

Genre :

Aventure

Document

Guerre

Sortie :
ISBN : 2800128038

Résumé de l'album Tome 2

La section du capitaine Valéra, en Kabylie, file sur les traces de la patrouille de Messonier, disparue brutalement depuis deux semaines. Les routes sont inquiétantes et, pris de panique, les hommes, nerveux, tirent sur tout ce qui bouge avant de se faire piéger eux-mêmes.
Ainsi ils vont affronter les balles des rebelles, découvrir un village massacré, apprendre certaines vérités et mesurer l’étendue de leur ignorance, des erreurs commises et des actes irréparables laissés définitivement au sein de cette terre.

Par Marie, le NC

Notre avis sur l'album Tome 2

Le récit « Azrayen » prend fin avec ce tome 2 et termine l’histoire en laissant un arrière goût d’impuissance, de méprise, de bêtise et d’injustice tellement injustifiées que ça n’en est pas tolérable.
La fin de l’histoire de Franck Giroud est surprenante mais elle est particulièrement accusatrice et dénonciatrice des erreurs commises.
L’album, superbement réalisé, est assorti d’un cahier documentaire réalisé par le scénariste expliquant l’avant Azrayen, le pourquoi de ce projet de bande dessinée qui a été élaboré au moins dix ans avant son apparition dans les bacs. Le sujet étant douloureux, les auteurs se sont largement documentés, se sont déplacés et ont recueillis un grand nombre de témoignages, photos, et documents divers. L’histoire de la guerre ne peut pas être une belle histoire, l’histoire d’Azrayen ne l’est pas plus qu’une autre mais elle a cet intérêt de s’adresser au plus grand nombre de façon agréable, simple et esthétique et de dire à tous que des vieux soldats incompris, méconnus pour ne pas dire reniés, ont souffert et qu’on les a « mis de côté ».
Nous savons le mal que peut faire la non reconnaissance des crimes, nous savons l’importance de légitimer les victimes. Ce superbe album le fait un peu, ce n’est pas assez, mais c’est déjà ça.
Lax caractérise encore davantage ses personnages avec un trait plus rude, plus appuyé, marquant les expressions les plus réservées. Le trait se veut plus désinvolte, comme jeté à la manière d’un Hugo Pratt, moins perfectionniste et dans ce style là, tout est dit ! Les émotions sont palpables et ressenties. Cet album est un album dur, parfois difficile à soutenir mais profondément touchant.
Cette série en deux tomes, est une œuvre particulièrement réussie à lire absolument.

Par , le

Les albums de la série AZRAYEN

Nos interviews liées

Entretien avec Christian Lax

Interview réalisée par Melville et Placido à Angoulême à l’occasion du 39ème Festival International de la bande dessinée (janvier 2012).


Sceneario.com : Pain d’alouette est la suite de L’Aigle sans orteils sans toutefois réellement l’être. Comment est né votre projet ?
Christian Lax : Quand j’ai fais L’Aigle sans orteils je ne l’avais pas conçu comme pouvant avoir une suite mais vraiment comme un one shot, pour preuve la disparition d’Amédée. Mais il y a eu deux principales raisons pour lesquelles j’ai rebondis. La première est tout bêtement mercantile, comme L’Aigle… avait bien marché je me suis dit qu’il y avait peut-être un sillon à creuser. La seconde est que j’aime le vélo (c’est un sport que je pratique) et j’avais envie de revenir dans cet univers du cyclisme et de cette époque de l’entre-deux guerres, donc pourquoi pas raccrocher cette histoire à L’Aigle… de manière à avoir une « œuvre » qui se tienne un peu [...]

Lire la suite ›

Frank Giroud pour Quintett tome 5

  Sceneario.com: Nous arrivons déjà à la fin de Quintett, quel effet ça fait de cloturer cette excellente série ?

Frank Giroud: Je suis à la fois soulagé d’avoir mené un tel navire à bon port… et nostalgique d’en quitter le pont.
 
Sceneario.com: De Vita vous a proposé Giancarlo Alessandrini lorsqu'il s'est agi de lui trouver un remplaçant. Avez-vous fait confiance au choix de Giulio De Vita ou bien Giancarlo Alessandrini a-t-il dû "passer des tests" ?

Frank Giroud: J’avais pleine confiance dans les goûts de Giulio et j’ai bien aimé les extraits des divers travaux envoyés par Giancarlo. Mais je ne pouvais pas l’accueillir à bord sans m’être assuré qu’il serait vraiment l’homme de CETTE situation [...]

Lire la suite ›