Au coin d'une ride

Dessinateur :


Scénariste :


Éditions :

Des ronds dans l'O

Genre :

Amour

Vie Quotidienne

Sortie :
ISBN : 9782917237700

Résumé de l'album Au coin d'une ride

Les pensionnaires de maison de retraite assistent à un spectacle animé ce matin là. Sur le parking, Georges refuse de quitter la voiture. Pour lui, il est hors de question de venir vivre dans cet endroit. Eric est obligé d’appeler le personnel de l’établissement pour réussir à le convaincre de sortir enfin du véhicule.
L’ambiance n’en est que plus pesante. Georges visite sans mots dire les lieux. Pour Eric aussi c’est un moment très difficile. Il a sans doute l’impression de trahir l’amour de sa vie. Mais la maladie d’Alzheimer ne lui laisse plus vraiment le choix. Il ne parvient plus à gérer son compagnon.

En cette triste journée, le coup de grâce vient du directeur qui lui demande de ne pas afficher sa relation amoureuse avec Georges devant les autres pensionnaires afin de ne pas choquer une “clientèle” plutôt traditionaliste. Comment gérer cela lors de ses visites quotidiennes ?

Par Legoffe, le 15/10/2014

Notre avis sur l'album Au coin d'une ride

Cet album est un véritable instant de grâce. Le lecteur ressent l’émotion des personnages tout au long des pages. Ces moments difficiles, qui s’avèrent être hélas le lot de bien des gens, sont racontés avec intelligence, finesse et simplicité.

N’allez pas croire que le sujet principal est l’homosexualité. Le livre parle d’abord d’amour et de la difficulté des couples à affronter la vieillesse et la maladie. La séparation, l’obligation de confier l’être aimé à d’autres, voilà les vrais sujets de cette bande dessinée. Au delà, nous retrouvons la question de la solitude pour celui qui reste et l’obligation d’apprendre à vivre loin de son univers familier pour celui qui doit partir.

Il ne s’agit pas, ici, de juger des choix ou des obligations des uns ou des autres, mais d’approcher un tant soit peu les émotions qui taraudent les différents personnages.

De la même manière, l’homosexualité est surtout évoquée ici pour montrer les effets d’une société qui n’accepte guère ceux qui sortent des modèles établis. Et qui en souffrent. Ainsi, Eric, bien plus jeune que Georges, est-il obligé de “normaliser” son attitude lors de ses visites à la maison de retraite. Il n’est plus naturel avec Georges et les pensionnaires s’imaginent, eux, qu’il est le fils de son compagnon. En lui demandant de cacher leur relation, le directeur de l’établissement a-t-il conscience qu’il les prive de leur complicité et de l’expression de leur amour ? Qu’il les condamne ainsi à l’éloignement.

Autant de sujets abordés avec délicatesse au gré des visites dans cette maison. Avec délicatesse, mais également avec humour. Car l’autre talent de Thibaut Lambert est de raconter cela sans verser dans le mélodrame. C’est une histoire sans artifices, belle, emplie d’amour... et dont le dessin est aussi très joli. Les traits, simples, retranscrivent pourtant parfaitement les émotions des protagonistes. Ils donnent aussi du dynamisme aux planches et sont valorisés par une superbe mise en couleur, qui apporte aussi beaucoup de douceur.

“Au coin d’une ride” est donc une belle réussite. Il raconte une tranche de vie, un moment qui peut arriver à nombre d’entre nous. Et il le fait avec une telle sensibilité qu’il ne pourra que vous marquer.

Les éditions “Des ronds dans l’O” abordent une fois encore avec sensibilité les sujets qui font la société d’aujourd’hui. On ne peut ainsi que saluer leur ligne éditoriale, leur capacité à trouver de nouveaux talents, mais aussi leur courage de sortir des sentiers battus.
Merci pour ce très beau moment de lecture.

Par , le