ASSASSINS #2 Le vampire

voir la série ASSASSINS
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

CASTERMAN

Collection :

Ligne Rouge

Genre :

Biographie

Policier

Sortie :
ISBN : 9782203025011

Résumé de l'album Le vampire


Au cours de l'année 1929, en la ville de Düsseldorf, des crimes d'une atrocité abominable sont perpétrés par un mystérieux inconnu. Jetant son dévolu mortel sur des proies isolées de sexes et d'âges différents, il signe ses forfaits dans le sang, souvent à coup de couteau. Mais n'ayant aucun signe distinctif particulier qui lui permet, de fait, de se fondre dans la masse populeuse, il met les forces de l'ordre locales et nationales sur les dents. Surnommé le vampire de Düsseldorf, ce criminel qui finira, au terme d'une longue enquête et de nombreux témoignages par tomber, a un nom : Peter Kurten.

Par Phibes, le 06/02/2010

Notre avis sur l'album Le vampire


Après avoir évoqué précédemment les exactions pétrifiantes d'un tueur français, le docteur Petiot, Rodophe et Jeanne Puchol reviennent au pas de charge pour traiter, conformément à la thématique de la série (qui trouve par ailleurs son pendant en la collection Serial Killer de chez Soleil), le cas d'un autre criminel, en l'occurrence Peter Kurten, citoyen allemand devenu tristement célèbre pour ses agressions à répétition sanglantes et surnommé ainsi le vampire de Düsseldorf.


Construit sous une forme biographique et séquencée, le récit se fait fort de présenter le personnage visé au travers d'une sélection de rencontres malheureuses avec ses victimes ou via ses actes découverts par la police. Rodolphe, auteur prolifique au talent reconnu pour ses nombreuses séries à succès telles Kenya, le Commissaire Raffini, Trent, La maison Dieu…, gère le sujet avec soin en dressant un portrait des plus saisissants. Force est de constater qu'il a dû, pur les besoins de cette biographie sanglante, ingurgiter une foule de renseignements d'origine policière. Aussi, le produit de son analyse se fait dans une restitution saccadée, évitant de tomber dans un linéaire trop pesant.


Tout en conservant à l'esprit le malaise social d'entre les deux guerres, il démontre la terrible ascension de ce fameux vampire, possédé par l'envie de tuer et de faire couler le sang, et joue sur son apparence anodine qui révèle un véritable piège. De même, il ne manque de souligner les difficultés rencontrées par les forces de l'ordre totalement dépitées, en manque d'indices probants.


Jeanne Puchol a un potentiel certain pour travailler sur les scènes réalistes. En cet ouvrage, elle parvient à camper pleinement la terrible présence de ce tueur assoiffé de sang dans des scènes assez fortes et à le faire évoluer au sein d'une société allemande qui se cherche. Son style convient donc parfaitement à l'histoire et l'agrémente de la plus agréable des manières.


Une évocation d'un personnage qui inspira le cineaste Fritz Lang et qui ne manquera pas de produire quelques frissons !

Par , le

Les albums de la série ASSASSINS

Nos interviews liées

Moi, Jeanne d'Arc

Sceneario.com : Vous affichez une vision de la Pucelle fort éloignée de la guimauve patriotique habituelle, est-ce par provocation?
Valérie Mangin : Au départ, non. Mais c’est vrai que l’album est vécu comme une provocation par certains lecteurs. Traditionnellement,  Jeanne d’Arc est une sainte. C’est la Pucelle comme vous le dites dans votre question, alors la montrer « à poil », ça ne se fait pas… même en 2012 !
Pourtant, je n’ai pas eu l’impression de lui manquer de respect. Au contraire, je lui ai rendu son humanité. Pour moi,
Jeanne d’Arc est d’abord une vraie femme avec un corps, des émotions et des pulsions sexuelles. Ensuite c’est une femme qui a soif de liberté et d’accomplissement. Elle ne devient pas sorcière puis chef de guerre parce que Dieu ou le Cornu le lui ordonnent mais par choix personnel, pour vivre pleinement sa vie [...]

Lire la suite ›