ASPIC, DÉTECTIVES DE L'ÉTRANGE #6 Rhapsodie fantomatique

voir la série ASPIC, DÉTECTIVES DE L'ÉTRANGE
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

QUADRANTS

Genre :

Fantastique

Historique

Policier

Sortie :
ISBN : 9782302064027

Résumé de l'album Rhapsodie fantomatique

Suite aux péripéties vécues dans les égouts de Paris durant lesquelles une petite voix intérieure est venue la prévenir de la menace qui planait sur elle et ses compagnons, Flora Vernet est venue, avec son associé Hugo Beyle, consulter la cartomancienne Madame Neige. Durant l’entrevue, l’esprit de sa mère est venu l’avertir que le masque que la jeune enquêtrice poursuivait dans la cadre des crimes de l’Opéra n’avait rien de naturel. Perturbée par cette expérience, Flora passe une mauvaise nuit et le lendemain reçoit la visite de Gaston Leroux qui lui déclare avoir trouvé quelqu’un qui pourrait les renseigner sur leur découverte dans les sous-sols parisiens. Alors qu’un rendez-vous est pris, une autre victime du masque est repérée à l’Opéra. Lors des fouilles, l’inspecteur Nimber parvient à mettre la main sur un masque et un glaive ensanglanté dans le vestiaire d’un des employés. L’arrestation du coupable semble, de fait, être une question de minutes. A moins qu’il ne s’agisse d’une grossière erreur et que l’assassin soit en fait un esprit frappeur qui cherche à se venger de la cantatrice Fiortakas pour une raison bien déterminée. Flora et Hugo vont tenter de le découvrir en employant des moyens peu conventionnels.

Par Phibes, le 22/10/2017

Notre avis sur l'album Rhapsodie fantomatique

L’agence Aspic revient pour la suite de son enquête engagée précédemment pour identifier le responsable de la mort d’employés de l’Opéra de Paris et d’égoutiers. Pour ce faire, nous retrouvons Flora Vernet et Hugo Beyle, les deux personnages clés de cette saga qui, à la suite d’une aventure dans les basfonds de la Capitale pour le moins périlleuse et d’une rencontre maternelle hors norme, ont décidé de poursuivre leurs investigations sur les agissements radicaux d’un individu masqué.

Ce sixième tome ne manquera pas de captiver les amateurs de cette série tant il bénéficie d’un déroulement on ne peut plus hétéroclite. En effet, tout d’abord, le scénariste a pris le parti de semer, dès le début et confirmées à la fin, quelques indications sur l’enquête qui devrait suivre celle présente. Ensuite, il a volontairement souhaité casser le rythme de l’enquête de sa sémillante héroïne en nous rendant témoin du règlement de ses affaires familiales suite au décès de sa mère. Enfin, il y a l’enquête proprement dite qui évidemment va prendre un cours peu conventionnel et qui va nécessiter des moyens qui le seront également.

On saluera donc le rythme employé dans cette aventure policière et le zeste d’humour distillé à juste dose qui viendront se juxtaposer à un côté surnaturel qui, évidemment, se veut la marque de fabrique de cette saga. Très plaisant à suivre, le binôme constitué par Flora et Hugo marche toujours aussi bien. Ces deux personnages récurrents restent maîtres de leur équipée et, au fil des indices glanés, des rencontres organisées et des associations générées (avec le journaliste Leroux et le professeur Letendre), nous amènent vers une résolution d’énigme particulièrement surprenante.

Côté illustrations, Emmanuel Despujol prend indubitablement ses marques dans la saga et lui imprègne son style. Pas évident quand on fait suite à Jacques Lamontagne. Toutefois l’on concèdera que l’artiste fait un très beau parcours et nous gratifie d’un travail pour le moins généreux. Le trait est soigné, dénote une belle recherche historique et une rigueur esthétique, mises en relief par une bien belle colorisation d’Hélène Lenoble.

Une fin d’enquête (la troisième de la série)remarquablement orchestrée, divertissante à souhait, qui, déjà, nous prépare, suite à l’affirmation finale, à la prochaine aventure. Evidemment, on l’attend de pied ferme !

Par , le

Les albums de la série ASPIC, DÉTECTIVES DE L'ÉTRANGE

Nos interviews liées

Un entretien avec Emmanuel Despujol

Un entretien avec Emmanuel Despujol


Interviewer : Olivier
Image & Son Aubert
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Souvenirs d'un Elficologe par Thierry Gloris, scénariste.

Sceneario.com : Bonjour Thierry. Ce début d’année 2009 est très chargé pour toi. : en janvier, Saint-Germain (chez glénat), en février le troisième et dernier tome du Codex Angelique puis, pour le mois de marc , Souvenirs d’un elficologue chez Soleil. Les hasards du calendrier, me diras tu. Mais intéressons nous donc à Souvenirs d’un elficologue, ta nouvelle série chez Soleil Celtic. Peux-tu nous en faire un pitch rapide ? Nous presenter le départ de cette série ?
Thierry Gloris : Le monde celtique et ses légendes n’est guère accessible pour le non initié : Korrigans, ondine, feys, cromlech… Tout un univers à apprivoiser si l’on n’est pas né dedans. Il n’existe pas de bible, ni de dogmes prédéfinis. Le « celtisme » forme un corpus disparate formé de bribes d’anciens poèmes épiques chantés et d’ajouts plus ou moins heureux issus des contes retransmis oralement lors des veillées des siècles passés [...]

Lire la suite ›

Les secrets de Saint-Germain

Sceneario.com : Bonjour Thierry. Ce mois de janvier 2009 voit apparaître un nouvel héros et une nouvelle série dans le monde de la bande dessinée : Saint-Germain. Œuvre qui se situe sous le règne de Louis XV. Peux tu nous présenter ce nouveau héros ? Ainsi que ses compagnons ?
Thierry Gloris : Maximilien Dubet de Mondou, dit « Le comte de Saint Germain » est un personnage ambigu, qui travaille en tant qu’agent secret pour Louis XV mais poursuit simultanément ses propres objectifs. Ses origines sont nébuleuses, ses motivations mystérieuses. Ceci étant dit, il est un archétype du héros positif et pragmatique. Jamais pris à court d’humour, il préfère rire de la mort plutôt que de la craindre. Nous verrons au fur et à mesure des épisodes qu’un tel tempérament n’est pas inné mais s’est construit sur de nombreux drames personnels [...]

Lire la suite ›

Thierry GLORIS & Mikael BOURGOIN pour Le Codex Angélique tome 2

SCENEARIO : Bonjour Thierry. Bonjour Mikaël 
Pouvez-vous faire une présentation de Thierry Gloris et de Mikaël Bourgoin pour les internautes : sur votre parcours avant la publication de votre première BD Le Codex Angélique ?

Thierry Gloris : J’ai commencé par des études d’histoire que j’ai poussées jusqu’au DEA, puis je suis passé par une licence de communication. Avant de me lancer sur la voie logique du CAPES pour devenir professeur, j’ai réfléchi à ce que je voulais faire et je me suis rendu compte que ce qui m’importait le plus n’était pas l’histoire mais raconter DES histoires. J’ai alors commencé, avec un ami qui faisait les Beaux-Arts, à monter des projets pour l’édition. J’ai progressivement rencontré de nouvelles personnes (professionnels, dessinateurs amateurs, éditeurs…) qui m’ont orienté, critiqué, et j’ai dû prendre mon bâton de pèlerin car le chemin allait être long avant de décrocher le saint Graal du premier contrat [...]

Lire la suite ›