ASPIC, DÉTECTIVES DE L'ÉTRANGE #2 L'Or du vice

voir la série ASPIC, DÉTECTIVES DE L'ÉTRANGE
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

QUADRANTS

Collection :

Boussole

Genre :

Fantastique

Policier

Sortie :
ISBN : 9782302014978

Résumé de l'album L'Or du vice


Face aux révélations des plus surprenantes d'Hugo Beyle, dont l'étrange parcours existentiel est lié à la montre à gousset que son père lui a légué, la sémillante Flora Vernet a décidé de mettre les bouchées doubles de façon à ce que le petit homme recouvre le bien qui lui a été dérobé. Alors que son mentor, Auguste Aupin poursuit ses investigations sur la disparition de la naine médium Katy Wuthering, la jeune assistante du limier pénètre les hautes sphères de la franc-maçonnerie afin d'y relever des indices qui permettraient de comprendre les capacités physiques ahurissantes d'Hugo. Mais elle ne peut se douter que dans l'ombre, le cercle des assassins parisiens est en émoi par les agissements d'un individu mystérieux qui opère en solo à l'insu à du grand maître Maldoror. Qui est ce sinistre personnage qui n'hésite pas à jouer avec les forces occultes et qui, pour assouvir son avidité, est prêt à faire revenir des spectres sans peur de créer le chaos ? Flora, Hugo et Auguste Aupin vont conjointement trouver la réponse.


 

Par Phibes, le 05/02/2011

Notre avis sur l'album L'Or du vice


Ce mois de février permet enfin, pour les nombreux impatients qui suivent cette excellente série, de connaître la suite et fin de la première aventure pour le moins ésotérique de la sémillante enquêtrice Flora Vernet, de l'incommensurable limier Auguste Aupin et de l'atypique Hugo Beyle.


Grâce au talent incontestable de Thierry Gloris dont la prolixité n'est pas à prouver (pas moins de six albums publiés en 2010 – Saint-Germain T2, Missi Dominici T2, Waterloo 1911 T2, Malgré nous T2, Ainsi va la vie…), ce deuxième tome vient nous offrir les réponses aux questions restées en suspens lors de la lecture de la première partie.


L'ambiance fantomatique reste on ne peut plus présente dans l'Or du vice et vient envelopper une intrigue qui mêle enquête policière à la Sherlock Holmes, exubérance féminine et fantastique ésotérique dans une alchimie qui fait mouche. Les nombreuses pistes du départ de l'histoire viennent, comme il fallait s'y attendre, se recouper finalement pour donner l'occasion aux personnages charismatiques de se distinguer chacun dans leur spécificité, leur caractère, leur implication dans le récit. Cette communion scénaristique se veut des plus distrayantes par la perception que l'on peut avoir de l'aura superbement étudiée de ses personnages qui drainent, dans cette enquête, légèreté et dérision subtile. Aussi, on reste suspendu à l'extravagance de Flora, protagoniste phare incarnant l'émancipation de la femme du début du 20ème, l'ambition à l'état pur, se mouvant dans des circonvolutions rocambolesques et irrésistibles. Bien sûr, Aupin a également son intérêt par son intégrité proverbiale assise sur une réputation dont il a été flanqué et dont on attend des résultats. Tout comme Beyle, associé à la pétulante enquêtrice, qui, après un petit clin d'œil historique de départ, apporte une certaine fragilité apparente.


Il va sans dire que Aspic devient, de par le travail aiguisé de Jacques Lamontagne, un must de série qu'il est impératif de lire. En effet, il suffit de feuilleter cet ouvrage et le précédent pour être subjugué par l'univers on ne peut plus réaliste et modelé de ce dessinateur. Son trait est incisif, d'une force évocatrice phénoménale, sublimé par une colorisation informatique lumineuse et surtout non agressive. On relèvera que si les expressions réussies de ses personnages sont des plus soignées, les décors quant à eux sont d'une grande beauté, explosant dans des représentations dignes du début du siècle.


Une excellente fin de diptyque qui assoit sans contexte la fructueuse association de deux auteurs émérites dans une série policière "philosophalement" fantomatique et débridée à lire de toute urgence.


 

Par , le

Les albums de la série ASPIC, DÉTECTIVES DE L'ÉTRANGE

Nos interviews liées

Jacques Lamontagne : dessinateur de l'Etrange ??

Sceneario.com : Bonjour Jacques. Nous vous avons déjà accueilli une fois dans pages lors de la sortie des Druides tome 4. Mais, nous n’avons pas eu vraiment le temps de faire plus ample connaissance avec vous. Quel a été votre parcours avant de vous faire connaître dans le monde de la BD ?
Jacques Lamontagne : Mon parcours se résume de façon assez simple. Suite à mon cours de graphisme, j’ai travaillé pour quelques agences de pub durant 3 ans. Pour mon dernier emploi, j’étais directeur artistique. Mais ce que je désirais faire, c’était de l’illustration. J’ai donc donné ma démission et suis devenu illustrateur free-lance durant de nombreuses années. J’ai continué à travailler comme pigiste avec des agences de pub mais également avec de nombreuses maisons d’éditions, en réalisant des dizaines de couvertures de roman [...]

Lire la suite ›

Souvenirs d'un Elficologe par Thierry Gloris, scénariste.

Sceneario.com : Bonjour Thierry. Ce début d’année 2009 est très chargé pour toi. : en janvier, Saint-Germain (chez glénat), en février le troisième et dernier tome du Codex Angelique puis, pour le mois de marc , Souvenirs d’un elficologue chez Soleil. Les hasards du calendrier, me diras tu. Mais intéressons nous donc à Souvenirs d’un elficologue, ta nouvelle série chez Soleil Celtic. Peux-tu nous en faire un pitch rapide ? Nous presenter le départ de cette série ?
Thierry Gloris : Le monde celtique et ses légendes n’est guère accessible pour le non initié : Korrigans, ondine, feys, cromlech… Tout un univers à apprivoiser si l’on n’est pas né dedans. Il n’existe pas de bible, ni de dogmes prédéfinis. Le « celtisme » forme un corpus disparate formé de bribes d’anciens poèmes épiques chantés et d’ajouts plus ou moins heureux issus des contes retransmis oralement lors des veillées des siècles passés [...]

Lire la suite ›

Les secrets de Saint-Germain

Sceneario.com : Bonjour Thierry. Ce mois de janvier 2009 voit apparaître un nouvel héros et une nouvelle série dans le monde de la bande dessinée : Saint-Germain. Œuvre qui se situe sous le règne de Louis XV. Peux tu nous présenter ce nouveau héros ? Ainsi que ses compagnons ?
Thierry Gloris : Maximilien Dubet de Mondou, dit « Le comte de Saint Germain » est un personnage ambigu, qui travaille en tant qu’agent secret pour Louis XV mais poursuit simultanément ses propres objectifs. Ses origines sont nébuleuses, ses motivations mystérieuses. Ceci étant dit, il est un archétype du héros positif et pragmatique. Jamais pris à court d’humour, il préfère rire de la mort plutôt que de la craindre. Nous verrons au fur et à mesure des épisodes qu’un tel tempérament n’est pas inné mais s’est construit sur de nombreux drames personnels [...]

Lire la suite ›

Jacques Lamontagne... un Druide au sommet de son art.

Sceneario.com : Jacques, Qu’est ce qui vous a accroché dans le scénario des Druides ?
Jacques Lamontagne : J’aimais bien la période dans laquelle l’action se situait. Je voyais déjà les ambiances que je pourrais poser avec les cellules monastiques, les constructions en pierre sèche. Faire progresser une enquête dans les décors de Bretagne était pour moi fort prometteur.


Sceneario.com : Habitant au Canada et à priori assez éloigné des traditions Celtiques, comment vous êtes vous imprégné de cet univers ?
Jacques Lamontagne : Pas facilement ! ☺
Thierry est une véritable encyclopédie en la matière, Jean-Luc a également un bagage drôlement imposant. Alors, j’arrivais comme ça, à l’intérieur d’un projet qui mettait en scène des lieux et des traditions qui m’étaient complètement obscures [...]

Lire la suite ›

Thierry GLORIS & Mikael BOURGOIN pour Le Codex Angélique tome 2

SCENEARIO : Bonjour Thierry. Bonjour Mikaël 
Pouvez-vous faire une présentation de Thierry Gloris et de Mikaël Bourgoin pour les internautes : sur votre parcours avant la publication de votre première BD Le Codex Angélique ?

Thierry Gloris : J’ai commencé par des études d’histoire que j’ai poussées jusqu’au DEA, puis je suis passé par une licence de communication. Avant de me lancer sur la voie logique du CAPES pour devenir professeur, j’ai réfléchi à ce que je voulais faire et je me suis rendu compte que ce qui m’importait le plus n’était pas l’histoire mais raconter DES histoires. J’ai alors commencé, avec un ami qui faisait les Beaux-Arts, à monter des projets pour l’édition. J’ai progressivement rencontré de nouvelles personnes (professionnels, dessinateurs amateurs, éditeurs…) qui m’ont orienté, critiqué, et j’ai dû prendre mon bâton de pèlerin car le chemin allait être long avant de décrocher le saint Graal du premier contrat [...]

Lire la suite ›