Après la rafle - Une histoire vraie

Dessinateur :


Scénaristes :



Coloriste :


Éditions :

ARENES (LES)

Genre :

Biographie

Drame

Historique

Sortie :
ISBN : 9791037505699

Résumé de l'album Après la rafle - Une histoire vraie

Ce 16 juillet 1942, les autorités de Vichy procèdent à une rafle de familles juives parisiennes.
Joseph Weisman et sa famille  sont conduits au Vélodrome d'Hiver. De là, ils sont acheminés en wagons à bestiaux jusque dans le camp de transit de Beaune-la-Rolande. Dans ce camp de transit, un matin, Joseph se retrouve seul. Ses parents et ses deux soeurs sont déportés à Auschwitz.

Pour le petit Jo, 11 ans, cela va être difficile de se retrouver dans ce camp avec d'autres orphelins.
Malgré son âge, il sait ce qui les attend.
Avec un autre enfant, Joseph Kogan, il va monter un plan pour s'évader...

 

Par Berthold, le 23/01/2022

Notre avis sur l'album Après la rafle - Une histoire vraie

Après la rafle, c'est l'histoire de Joseph Weismann.
Il avait 11 ans le jour de la rafle du Vel'd'Hiv.
Aujourd'hui, il a 90 ans, c'est un survivant et il continue de raconter cette période lors de colloques, de débats, de conférences, dans des films.
Après la rafle, est la suite  d'ailleurs de La rafle, qui fut adapté au cinéma par Roselyne Bosch, d'après le témoignage de Joseph Weismann,  avec Mélanie Laurent et Jean Reno.

Aujourd'hui, c'est par le média de la bande dessinée que Jospeh Weismann va transmettre son histoire.
Arnaud Delalande, romancier des aventures de L'Orchidée Noire, entre autres, scénariste du Cas Alan Turing, d'Alienor, la légende noire, Whisky, ou La jeunesse de Staline, va se charger de mettre des mots sur ce récit et de construire une histoire qui parvienne à tenir en haleine le lecteur et le replonge dans cette sombre période.
Delalande va d'ailleurs réussir à nous toucher, nous émouvoir, nous sensibiliser, nous captiver et nous bouleverser par l'histoire de Joseph Weismann.

Déjà, la contruction du récit est fort réussie.
J'ai bien aimé ce passage entre différentes périodes, celle de 39-45 et celle des années 60, où Weismann retrouve son ami Kogan, qu'il n'avait pas vu depuis leur évasion du camp. Le scénariste parvient à bien nous faire comprendre cette amitié, ce lien qui lie les deux hommes. Cette force qui émane d'eux et cette envie de refaire le périple de leur évasion,  avec leurs familles.

Ces moments sont forts, mais là où Delalande parvient à faire très fort, ce sont les passages au Vel d'Hiv', les passages dans le camp et le passage à Auschwitz, là où le  père de Weismann, sa mère, ses soeurs ont été déporté et ont disparu.
L'histoire de Weismann, c'est aussi un témoignage fort, difficile, de cette sombre période. C'est un témoignage pour ne pas oublier, pour rappeler aux gens d'aujourd'hui de ne pas commettre les erreurs du passé.

Arnaud Delalande retrouve son compère Laurent Bidot pour mettre en images ce récit.
Et Laurent Bidot de nous montrer une nouvelle facette de son talent et de frapper fort avec ces planches.
L'artiste, sans en faire trop, ni en rajouter, va nous plonger par de simples images, de simples plans sur des visages, sur des situations, à nous faire prendre conscience de cette époque difficile et sombre. Il parvient à nous faire "vivre", à nous faire ressentir, à nous faire comprendre ce qu'ont vécu ces personnes à cette période.

Après la rafle
est une lecture que je ne peux que vous recommander. Une oeuvre d'exception, une oeuvre majeure, importante, une oeuvre de devoir de mémoire.
Un récit pour ne pas oublier.
Delalande et Bidot, avec la participation de Joseph Weismann, nous offrent l'une des lectures majeures de ce début d'année 2022.
Un récit à ne rater sous aucun prétexte.

 

Par , le

Nos interviews liées

Laurent BIDOT, entre James Bond et Dieu

Cubik pour sceneario.com: Bonjour. Je vois que avez suivi les cours de l'Ecole Supérieure d'Arts Graphiques, puis vous êtes dirigé assez rapidement vers l'illustration et la bd. C'est un objectif que vous avez depuis très longtemps?
Laurent Bidot: Après l'ESAG, quelques stages en agence de publicité et un an de service militaire au SIRPA (Service d'Information et de Relations Publiques) de la Gendarmerie, j'ai travaillé pendant 10 ans dans la graphisme publicitaire et l'illustration. Sept ans dans une société de communication, puis trois ans graphiste free-lance. Mes premières bande dessinées en amateur qui ont été publiées remontent à une dizaine d'années. Pendant ces 3 années en indépendant j'ai pris le temps de développer des idées de scénarios. A 32 ans, je sentais que le moment était venu et que l'inspiration n'était pas très loin. Pourtant mon désir de raconter des histoires en bandes dessinées remonte à l'âge de 10 ans. On peut dire que je ne me suis pas précipité ! Ma priorité était d'acquérir une certaine maturité graphique et intellectuelle [...]

Lire la suite ›