ANDROIDES #4 Les larmes de Kielko

voir la série ANDROIDES
Dessinateur :


Scénariste :


Coloristes :



Éditions :

SOLEIL

Genre :

Drame

Science Fiction

Sortie :
ISBN : 9782302057791

Résumé de l'album Les larmes de Kielko

Dans le Los Angeles de l’année 2037, la famille Morgan a le privilège de bénéficier des services de l’androïde Kielko. Pourtant programmé pour assumer des tâches domestiques, ce dernier se voit toutefois soumis à un questionnement interne que ses programmes implantés ne gèrent nullement. Il ne manque pas à faire preuve d’une telle sensibilité à ce qui l’entoure, à la couleur rouge du sang humain et également aux activités de ses maîtres qu’il en développe une fascination incroyable. C’est d’ailleurs ainsi qu’il s’aperçoit que Grady Morgan joue un jeu dangereux, lorsque son épouse est en déplacement, en entretenant une relation extraconjugale préjudiciable pour la famille. Témoin de ces écarts de conduite qui n’ont plus de secret pour lui, Kielko se doit toutefois de garder le silence et protéger son maître. Mais jusqu’à quel point ?

Par Phibes, le 01/06/2017

Notre avis sur l'album Les larmes de Kielko

Les larmes de Kielko est le quatrième et dernier récit qui alimente la série concept initiée par Jean-Luc Istin et dédiée aux androïdes. Comme il se doit, à la faveur de cet opus, nous faisons un saut dans le futur, un futur dans lequel le robot a pris pleinement sa place de façon à suppléer l’être humain dans les tâches quotidiennes.

Pour cette occasion, c’est Jean-Charles Gaudin, scénariste prolifique à qui on doit des séries telles que L’Assassin Royal, Vigilantes, Phoenix, Les Arcanes du Midi-Minuit, Le Feul…, qui vient scénariser cette nouvelle histoire dont le personnage principal est un androïde nommé Kielko. A ce titre, l’auteur nous introduit, sous le couvert des trois lois de la robotique édictées par le romancier Isaac Asimov, dans une intrigue captivante qui n’est pas sans rappeler celle développée dans le film I, Robot d’Alex Proyat. On y découvre, dans une évocation plutôt intimiste voire presque mécanique, le dysfonctionnement de Kielko qui lui permet de prendre conscience de son entourage jusqu’à percevoir des émotions et à agir selon son propre ressenti.

De fait, sans qu’il y ait beaucoup d’actions, l’on se laisse happer par cette intrigue immersive, d’une grande fluidité, qui s’installe peu à peu et qui tourne autour du comportement du robot, de ses visions très ciblées de ses maîtres. Bien sûr, on pressent un drame mais sans trop savoir comment il va se déclarer. Et quand il survient, se pose la question du pourquoi et de ce qu’il cache réellement.

La partie graphique de cette histoire a été confiée à Viska, artiste qui intervient pour la première fois dans un album grand public. Au vu du résultat, ce dessinateur démontre un très beau potentiel pictural. L’apparence mécanique de Kielko est très convaincante et donne une réelle présence à ce dernier. Personnages et décors se révèlent de bonne qualité et donnent, au travers d’un découpage averti et d’une belle colorisation, un intérêt indubitable.

Un quatrième volet particulièrement abouti qui fait conjuguer admirablement technologie avec sentiment.

Par , le

Les albums de la série ANDROIDES

Nos interviews liées

Jean-Charles Gaudin et Frédéric Peynet

Sceneario.com : Au mois d'août prochain, sort Phoenix, votre dernier "nouveau-né" à tous les deux, thriller moderne aux ambiances fantastiques. Après Le Feul, votre association semble se péréniser ? Comment traduisez-vous le travail de l'autre ?
Jean-Charles GAUDIN : Je connais Frédéric depuis pas mal d’années et je l’avais vu arriver avec une bd complète et de somptueuses illustrations pour l’examen de son école. Il était plus qu’évident que Frédéric Peynet avait un talent fou. J’ai eu de suite envie de travailler avec lui. Depuis, il a progressé pour arriver à ce trait si précis et si séduisant. Je suis toujours aussi stupéfait de ses planches. Tous les détails y sont sans alourdir le propos. Son trait est à la fois efficace et élégant. Pour moi, Frédéric Peynet est un grand du 9ème art !
Frédéric PEYNET : Jean-Charles et moi nous connaissons depuis 1997 [...]

Lire la suite ›

Jean-Charles Gaudin

Sceneario.com: Peux-tu te présenter et nous dire ton parcours en tant que scénariste ?
Jean-Charles Gaudin :
J’ai commencé par écrire et réaliser des courts-métrages. C’est là que j’ai appris l’écriture de scénarios. Le fait de réaliser moi-même m’a fait progresser sur les choses qui fonctionnent à l’écrit et qui marchent moins bien une fois en images. La BD est venue par la suite. C’est Crisse qui, au sortir d’une de mes projections de film, m’a tendu la perche. Je l’ai saisie et voilà…

Sceneario.com : Comment s’est effectuée ta rencontre avec Trichet ?
Jean-Charles Gaudin :
Trichet faisait partie de ces dessinateurs assidus à une réunion que nous organisons tous les mois dans un café de la Roche sur Yon en Vendée. Je commençais tout juste mes travaux sur MARLYSA [...]

Lire la suite ›