ANDROIDES #2 Heureux qui comme Ulysse

voir la série ANDROIDES
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

SOLEIL

Collection :

Anticipation

Genre :

Science Fiction

Sortie :
ISBN : 9782302043480

Résumé de l'album Heureux qui comme Ulysse

En 2426, afin d’explorer les systèmes solaires voisins, la Terre a envoyé dans l’espace l’ISS Oxygen avec à son bord plus de 3600 membres. Ce voyage interstellaire devant durer 600 ans et afin de ralentir le vieillissement des personnes, ces dernières doivent à tour de rôle hiberner pendant de longues périodes. Les enfants, véritable appui psychologique pour les adultes, participent également à la mission et sont pris en charge par l’AC7+, un androïde de compagnie dernier cri. Confié aux bons soins de l’ordinateur de bord Isabella, l’ISS Oxygen parvient à maintenir sans aucun problème son cap durant 300 ans durant lesquels Ulysse, premier bébé conçu dans l’espace, nait. Mais un jour, traversant une nuée de débris de comète, le vaisseau est gravement endommagé. Ne pouvant continuer la mission, les rescapés n’ont d’autre choix que de rebrousser chemin. Malheureusement, le réacteur principal ne fonctionne plus et les moteurs auxiliaires marchent au tiers de leur capacité. Le retour devrait donc durer 1000 ans ce qui signifie que, de tous les survivants de la catastrophe, seul Ulysse pourrait, en hibernant, avoir la chance de voir la Terre. L’androïde AC7+ va tenter de pourvoir à sa sauvegarde…

Par Phibes, le 16/09/2016

Notre avis sur l'album Heureux qui comme Ulysse

Après un premier jus pour le moins réussi, Olivier Peru et Geyser se substituent à Jean-Luc Istin et Jesùs Hervàs Millàn pour nous offrir une autre histoire ayant trait à ces fameux robots à l’apparence humaine qui obéissent aux trois préceptes de la robotique conçus par le romancier de science-fiction Isaac Asimov.

Cette nouvelle aventure est l’occasion de plonger dans une odyssée futuriste partagée entre un robot, l’AC7+, et un homme, Ulysse, odyssée qui se veut au demeurant emplie d’émotions par le fait qu’elle s’appuie sur un relationnel plein de prévenance (en application des trois lois). Fort de cette assistance ambiante, l’on découvre la trame du récit qui se base sur le retour d’un vaisseau spatial endommagé sur Terre, 1000 ans après être parti.

Olivier Peru peut se targuer une nouvelle fois de nous servir une histoire fortement entreprenante, verbeuse à souhait certes (le contact presque permanent entre AC7+ et Isabella est générateur de phylactères très petits) mais porteuse de très bonnes surprises. Son personnage central, l’AC7+, nous entraîne dans son sillage pour nous faire découvrir tout d’abord ses péripéties spatiales tragiques et ensuite celles liées à ses retrouvailles avec la Terre. Sur ce dernier point, l’on s’accordera à dire que le scénariste trouve le bon moyen pour nous prendre au dépourvu et également pour nous inciter à voir plus loin sur ce qui s’est réellement passé sur Terre depuis un millénaire, le tout dans une fluidité scénaristique remarquable.

Pareil pour Geyser, qui, en dessinateur patenté de science-fiction (Omnopolis, 42 agents intergalactiques..), nous livre un travail pictural de qualité. Utilisant un trait dynamique qui lorgne plutôt sur une restitution fantasy (contrairement à son prédécesseur plus réaliste), l’artiste fait preuve d’une belle recherche qui se veut rehaussée par les très belles couleurs complémentaires de Sébastien Lamirand. Les évocations spatiales comme terriennes sont impressionnantes de par leur profondeur et le dépaysement qu’elles génèrent.

Une bien belle histoire futuriste sur le thème de l’Androïde qui prend toute sa place dans la série-concept créée par Jean-Luc Istin.

Par , le

Il y a des auteurs dont je ne manque jamais aucune sortie. Olivier Péru fait partie de ces scénaristes que je suis sur chacun de ses albums. Je ne pouvais donc manquer ce tome 2 d’Androïde.
Cette affinité que je peux avoir pour quelques auteurs n’est pas du fayotage, pour preuve, je ne dis pas que du bien de ces albums. Parfois je suis déçu, parfois je suis conquis. Androïdes fait parti de ces albums que j’adore.
Oserai-je comparer avec le film Wall-E ? Allez je m’y risque.
Olivier Péru réussi à rendre humain cet Androïde, et même si son apparence est proche de celle d’un humanoïde, il n’en reste pas moins que lui rajouter des traits humains n’est pas évident.

Le dessin n’est pas uniquement la raison de cette réussite, il y a aussi les dialogues qui accentuent cette impression. En effet, avec un langage proche du notre, mais encore un peu robotisé, on peut s’y perdre. Cerise sur le gâteau, l’androïde a des réflexions proches des notres et même si l’intelligence artificielle n’arrivera (ou ne devrait jamais arriver) à avoir de sentiments, sa programmation et son adaptation font de lui un presque humain.

Le talent de narrateur et la qualité graphique font la réussite de cet album, un futur succès dans les librairies, à n’en pas douter.
En tout cas, c’est un très gros coup de cœur pour moi.

Par , le

Les albums de la série ANDROIDES

Nos interviews liées

Entretien avec un Nosferatu ou interview d'un sénariste qui a du mordant

Sceneario.com : Bonjour, Olivier. Olivier Peru : Salut, M'sieur Sceneario !
Sceneario.com Ce mois-ci voit donc la sortie de Nosferatu chez Soleil dont tu signes le scénario. Qu’est-ce qui t’a donné envie de te lancer dans une histoire de vampires ? Voulais-tu donner ta propre version du mythe ?
Olivier Peru : J'ai toujours eu envie de travailler sur une histoire de vampires aussi quand le staff de Soleilm'a présenté les travaux de Stefano Martino, je n'ai pas hésité longtemps. On nous a proposé de développer une histoire sur Nosferatu et on s'est immédiatement bien entendu sur les directions à donner au récit : amour, éternité, pouvoir.
Sceneario.com : Quels ont été tes influences pour ce sujet ? Pourquoi as-tu choisi de faire remonter l’origine de ce Nosferatu à l’époque romaine ?
Olivier Peru : J'ai envie de répondre des tas et aucune [...]

Lire la suite ›

Interview Olivier PERU, Sophian CHOLET et Simon CHAMPELOVIER.

Sceneario.com: Bonjour Olivier, Sophian et Simon. En ce mois de juin, est sorti chez tous les libraires de France et de Navarre Zombies, premier tome d’une série dont vous êtes à l'origine avec Sophian Cholet (au dessin) et Simon Champelovier (à la couleur). Cet album, de plus, inaugure la toute nouvelle collection "Anticipation" de chez Soleil. Comment avez-vous conçu ce projet ? Qu'est-ce qui vous a poussé à franchir le seuil du monde des morts-vivants?
Olivier : A la question comment, je répondrais avec amour ! À la question qu'est-ce qui nous a poussé, je dirais aussi l'amour. L'amour des zombies ! On les aime vraiment depuis notre plus tendre enfance. Maintenant pour le côté un peu plus concret de notre projet, je crois que c'est une foule de détails qui ont coïncidé et nous ont tous poussé dans les bras les uns des autres. De mon côté je travaillais avec Jean-Luc sur des choses plus fantasy au moment ou il développait une collection anticipation et de l'autre Sophian s'est montré chez Soleil avec un carton à dessin plein de zombies [...]

Lire la suite ›

Interview de la team Lancelot au complet !

Sceneario.com : Bonjour ! Le tome 2 de la série Lancelot vient de paraître, un an et demi après le premier. C’est une bonne occasion pour vous poser quelques petites questions ! Bien des choses s’y passent, dans ce tome 2, et on y voit notamment grandir le héros Galaad qui va, durant l’album, changer non seulement de nom mais surtout découvrir sa vraie nature. Vous vous êtes donc réapproprié un personnage légendaire pour le changer sur le fond mais sans finalement que cela ne joue trop sur l’action en tant que telle, en tout cas jusque là. Comment est née cette idée que Lancelot put avant tout être une femme ?
Jean-Luc Istin : Une idée comme ça, qui m'est venue je ne sais plus trop comment. En fait, je voulais écrire l'histoire de Lancelot mais le personnage tel quel m'ennuyait ! Je me suis dit "Et si...", vous savez comme dans les comics : "et si Spiderman n'avait pas été piqué par une araignée [...]

Lire la suite ›

Interview de Geyser

Sceneario.com : Peux-tu te présenter et nous dire comment tu es arrivé dans la bande dessinée ?

Geyser :
Alors salut, moi c'est Romain "Geyser" Gaschet et on m'a posé là, dans le milieu de la BD sans que je ne demande rien à personne. C'est Louis (Tessa) qui m'a ouvert les portes de la BD en me présentant l'âââffreux Jean-Marc !
Et on a commencé à bosser sur Omnopolis. Direct !
Sinon, niveau cursus :
- BAC au féminin (section littéraire) (une vrai quiche... la loose complète !)
- Ecole d'arts appliqués Pivaut (section dessin animé / BD en dilettante)
- Atelier CCCP : j' y suis encore, j'arrive pas à avoir le diplôme... Louis est un vrai rat à ce niveau-là, il ne veut pas me le donner,  héhé ! ;-)

Sceneario.com : Sur le site de Bamboo, il est dit que tu es aussi designer 2D chez Monte-Christo [...]

Lire la suite ›

Sébastien Lamirand


Sceneario.com : Sébastien Lamirand bonjour ! C’est la première fois que nous avons le plaisir de vous accueillir sur notre site, pourriez-vous vous présenter ?


Sébastien Lamirand : Je suis coloriste chez Soleil, j’ai 32 ans et autant de dents, je travaille sur Tessa, Kookaburra et les Conquérants de Troy, Lotus Noir (magazine de cartes à jouer) et Lanfeust Mag entre autres.

Sceneario.com : Vous faites partie du trio qui met en images les aventures de Tessa, pour notre plus grande joie. Est-ce facile de travailler avec Louis et Nicolas ? Comment travaillez-vous avec ces deux autres auteurs ?

Sébastien Lamirand : En général j’ai carte blanche pour les couleurs, s’il y a des indications précises, genre fin de journée, c’est Louis qui me les donne [...]

Lire la suite ›

des frères PERU auteurs de SHAMAN

SCENEARIO.COM: Pouvez vous vous présenter?
On est deux frangins, Olivier et Stéphane Peru, travaillant ensemble dans la bd et on signe, avec Shaman, notre 1er album aux éditions Nuclea_.

SCENEARIO.COM: Comment êtes vous arrivé à la BD?
On a pas fait d’école de bd, ni de graphisme, mais on a énormément travaillé dans notre coin. Depuis toujours, on a bossé l’écriture et le dessin et on a su, très tôt qu’on voulait faire de la bd. Nos premiers boulots furent publiés chez Semic, dans la gamme pocket. C’est la qu’on a fait nos premières armes encadrées par des personnes de qualité telles que Thierry Mornet, Jean-Marc Lofficier et Jean Marc Lainé… On s’est professionnalisé en participant au développement du Semicverse, qui atteint son apogée aujourd’hui avec le comics Strangers [...]

Lire la suite ›