ALICE MATHESON #2 Le tueur en moi

voir la série ALICE MATHESON
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

SOLEIL

Collection :

Anticipation

Genre :

Fantastique

Horreur

Sortie :
ISBN : 9782302047624

Résumé de l'album Le tueur en moi

Alice Matheson est infirmière dans un hôpital londonien. Si elle est, aux yeux de tous, une employée qui pourrait se révéler presque parfaite, elle a tout de même la particularité non avouée de prendre du plaisir à assassiner ses patients incurables. Depuis six ans qu’elle est en poste, elle agit en secret sans faire de vague. Sauf que là, une épidémie mystérieuse de zombies s’est déclarée au sein de l’établissement et perturbe ses agissements. C’est d’ailleurs en pratiquant un test sur une patiente qu’elle se voit surprise par sa collègue Samantha Payne. Il devient alors nécessaire de l’empêcher de parler et pour cela, n’hésite pas à lui injecter un somnifère pour ensuite l’enfermer au dernier sous-sol. De retour dans les étages, elle passe par le Département de recherche afin de connaître des dernières avancées de l’équipe médicale sur l’épidémie qui pourraient lui être utile. Car, le temps presse, Alice se sent de plus en plus menacée, à cause de Samantha Payne qui ne va pas tarder à se réveiller, à cause de l’enquête policière qui pourrait bientôt s’intéresser à son cas et également à cause de cet homme, Harold Butler, qui, dans la salle d’attente, semble la reconnaître.

Par Phibes, le 06/02/2016

Notre avis sur l'album Le tueur en moi

Le tome 1 permettait de donner la tonalité de la nouvelle saga lancée par les éditions Soleil dans leur collection Anticipation et créée par le scénariste productif Jean-Luc Istin, adepte des mondes oniriques, en association avec Philippe Vandaele, premier dessinateur de la saga. Il nous permettait de découvrir à la fois le cadre et le personnage principal en y greffant une intrigue forte des plus sanguinolentes.

Ce deuxième volet reprend là où l’album précédent nous avait laissé, à savoir au moment où Alice Matheson, en pleine injection, était surprise par sa collègue Samantha Payne, et par ce biais, nous réintroduit dans ce climat inquiétant de pandémie mortelle. Fort de cette approche, le récit semble reposer sur deux problématiques parallèles étroitement liées. L’une se rattache aux agissements de la belle infirmière qui, non seulement, confirme ses travers radicaux (l’assassinat des patients en phase terminale), sa froideur, son intelligence et son sens de la réplique lorsqu’elle se sent menacée, mais aussi nous ouvre enfin une toute petite fenêtre sur son passé mystérieux. L’autre s’établit dans l’éclaircissement de l’énigme qui entoure la terrible épidémie de morts-vivants. Grâce à l’enquête policière et aux résultats de l’équipe de recherches, là aussi, quelques réponses sont apportées, mais sans trop toutefois.

Ainsi, il en découle une suite d’intrigue chapitrée qui vaut pour son atmosphère générale, oppressante et horrifique à souhait. Les rebondissements restent de mise tout du long et permettent de dévorer la cinquantaine de pages jusqu’à aboutir sur la dernière planche qui se veut interrogative. Il va de soi qu’en scénariste aiguisé, Jean-Luc Istin tire une fois de plus les ficelles de son récit tout en tension en jouant très habilement sur le côté mystérieux de ses personnages à la psychologie très diversifiée et les introduits dans des actions (en particulier Alice Matheson évidemment) qui ne manquent pas de surprendre.

Pour les besoins de cet épisode, c’est Zivorad Radivojevic qui succède à Philippe Vandaele (on retrouvera ce dernier sur le tome 6). Le travail qu’il exécute se veut conforme à celui produit précédemment de telle manière qu’on n’est pas perturbé par la transition. Illustrateur des séries One et Cyber, cet artiste qui se voit appuyé par le coloriste de talent Jean Bastide, réalise ici une mise en images soignée et d’une grande efficacité pour camper les ambiances les plus horrifiques. Ses personnages, du mort-vivant à la belle Alice Matheson, sont, à la faveur d’un esthétisme incisif, on ne peut plus convaincants et produisent tous leurs effets.

Un deuxième volet mystérieux et entreprenant à la fois, mené de mains de maître par des auteurs qui savent nous donner de sacrés sueurs froides.

Par , le

Les albums de la série ALICE MATHESON

Nos interviews liées

ELFES tome 1 chez Soleil

Sceneario.com : Sous le couvert de la maison Soleil, sort ce mois-ci le premier opus d'une saga intitulée Elfes qui introduit, pour la première fois chez cet éditeur, la notion de série-concept. Qu'est-ce qui a motivé cette initiative éditoriale qui rejoint celle déjà utilisée chez d'autres éditeurs et en quoi se veut-elle, éventuellement, différente ?
Jean-Luc ISTIN A tort ou à raison, j’ai l’impression que les lecteurs, notamment ceux de ma génération en ont assez d’attendre un an minimum pour lire la suite d’un album lu en 30 minutes. Nous sommes depuis notre enfance baignés par des comics américains et des mangas qui ont un rythme de parution mensuel. J’ai donc l’impression que les séries concept sont une réponse à cette demande et c’est ce qui a motivé ma démarche. Le fait d’être une plus grosse équipe de créateurs nous permet de sortir des albums dans une période réduite [...]

Lire la suite ›

Interview de la team Lancelot au complet !

Sceneario.com : Bonjour ! Le tome 2 de la série Lancelot vient de paraître, un an et demi après le premier. C’est une bonne occasion pour vous poser quelques petites questions ! Bien des choses s’y passent, dans ce tome 2, et on y voit notamment grandir le héros Galaad qui va, durant l’album, changer non seulement de nom mais surtout découvrir sa vraie nature. Vous vous êtes donc réapproprié un personnage légendaire pour le changer sur le fond mais sans finalement que cela ne joue trop sur l’action en tant que telle, en tout cas jusque là. Comment est née cette idée que Lancelot put avant tout être une femme ?
Jean-Luc Istin : Une idée comme ça, qui m'est venue je ne sais plus trop comment. En fait, je voulais écrire l'histoire de Lancelot mais le personnage tel quel m'ennuyait ! Je me suis dit "Et si...", vous savez comme dans les comics : "et si Spiderman n'avait pas été piqué par une araignée [...]

Lire la suite ›

Istin et Jigourel, druides du 9ème art

Sceneario.com : Jean-Luc, Le succès des Druides ne se dément pas puisque le quatrième opus est classé dès sa sortie 15ème au TOP 15 BD Livres Hebdo / Ipsos, comment expliquez vous cela ?

Jean-Luc ISTIN : Peut être par l’adéquation du titre, du scénario et du dessin. Lorsque ces 3 choses sont au rendez vous, vous pouvez être quasiment sur que vous tenez un succès. L’aspect graphique est indéniablement séduisant et qualitatif et jacques assure également la fluidité du récit. Il n’en faut pas moins. 

Ensuite, le scénario que nous écrivons est basé sur un mystère et, qui plonge dans un mystère désire l’élucider.
Vous y ajoutez un peu de chance et vous secouez le tout. 

Sceneario.com : On voit se multiplier dans la littérature les Thriller ésotériques, pensez vous qu’il s’agisse d’un simple phénomène de mode, ou d’un malaise plus profond vis-à-vis de la religion ?

Jean-Luc ISTIN : Il faut se poser 2 questions :

1/ pourquoi autant de romanciers se mettent au thriller ésotérique ?

2/ Pourquoi autant de lecteurs pour ce genre ?

- Concernant l’abondance de roman de ce genre, on ne peut écarter l’effet da vinci code [...]

Lire la suite ›

DIM D & ISTIN

Sceneario.com: Comment vous êtes vous rencontrés?
Istin :
: C'est Guy Michel, le dessinateur d'Aquilon et des Contes du korrigan qui nous a présenté. Il nous connaissait tous les deux. Je travaillais déjà avec lui et il connaissait Dim D. On n'a pas bossé le jour même ensemble. Ça s'est fait petit a petit. On a participé à un fanzine municipal à peu près au bout d’un an après notre rencontre. On a d'abord eu une relation d'amitié avant d'avoir une relation de travail. Sceneario.com: J'ai vu dans tes influences que tu parles beaucoup des peintres ambulants, tu peux nous donner plus d'explications ?
Dim D :
Ce sont des peintres hyper réalistes russes du début du XIXieme siècle, Kramskoi, Repin, . Il y a un site sur Internet qui parle de cette école de peinture [...]

Lire la suite ›