ALICE MATHESON #6 L'origine du mal

voir la série ALICE MATHESON
Dessinateurs :



Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

SOLEIL

Collection :

Anticipation

Genre :

Drame

Fantastique

Horreur

Sortie :
ISBN : 9782302077614

Résumé de l'album L'origine du mal

Pendant qu’à l’extérieur, des hordes de zombies mettent à mal le centre de Londres, à la morgue du St Mary’s Hospital, l’infirmière Alice Matheson s’apprête à euthanasier la jeune Morgane Baker. Troublée par son envie de mourrir, Alice ne tire aucun plaisir lors de l’injection létale. Alors que le Dr Loomis vient constater le décès de la jeune femme, cette dernière se transforme en mort-vivante. Elle se jette sur le médecin et le déchiquette sous l’œil surpris de l’infirmière. Comment la patiente a-t-elle pu être contaminée par le virus puisqu’elle n’a subi aucun contact avec un pestiféré ? Est-ce à dire que quelqu’un lui aurait inoculé le germe lorsqu’elle était en chambre ? C’est lors de son questionnement que l’inspecteur Kitson fait son apparition et lui demande quelques explications sur son collègue Sam Gibbs. Au moment où Alice quitte le policier, elle reçoit un message qui l’informe que le Dr Skinner cherche à révéler ses petits secrets. L’infirmière décide alors de faire tomber son patron en délivrant une information à Kitson. Remontant dans les étages, elle se heurte à Jordan Barry, le radiologue. Lui ayant appris la contamination de Morgane, il propose à Alice de faire une vérification sur les derniers soins faits à la défunte et les croiser avec ceux suivis par d’autres patients le même jour…

Par Phibes, le 10/12/2019

Notre avis sur l'album L'origine du mal

Après trois ans de silence « mortel », Alice Matheson, l’infirmière aux mœurs bien mortifères revient pour la suite de ses sombres pérégrinations au sein d’un hôpital londonien. Toujours entourée d’affreux zombies en quête de chair humaine, la belle infirmière vient, grâce à ce sixième épisode au titre évocateur, nous dévoiler le fin-mot sur la terrible épidémie sévissant autour d’elle.

Toujours dans un chapitrage aguerri, Jean-Luc Istin boucle la boucle de son intrigue horrifique. Pour cela, tout en continuant à évoquer la sombre nature du personnage principal, l’artiste trouve enfin l’opportunité de briser la glace sur ce qui a bien pu nous tenir en haleine durant les cinq épisodes précédents. De fait, à l’instar d’un sous-titre très explicite, la question de l’origine du virus est enfin mise sur la table (d’opération) et ce, à la faveur d’une enquête interne à l’hôpital menée par la terrifiante Alice Matheson.

Une fois encore, le récit fait sensation, grâce à des rebondissements on ne peut plus efficaces. Tout d’abord, il permet enfin de comprendre la personnalité de la sinistre héroïne et sa troublante propension à jouir de la mort des autres. Ensuite, il donne définitivement les clés de l’invasion des morts-vivants, dans le cadre d’un développement réellement convaincant et pourquoi pas plausible. Le tout est servi froidement, dans un climat tendu qui n'épargne personne et qui, à tout moment, peut virer au cauchemar, dans une effusion de morsures et de sang.

Philippe Vandaële, dessinateur du premier opus, revient pour ce dernier volet. Il se voit associé à Zivorad Radivojevic (lui-même ayant participé aux tomes 2 et 3). Ce travail à quatre mains reste dans l’esprit réaliste de la saga et nous offre des moments on peut plus intenses, dans une froideur artistique en totale adéquation avec la thématique. Usant juste ce qu’il faut d’effets sanglants sans débauche visuelle, les artistes donnent un véritable poids à l’intrigue, de la planche complète à la petite vignette.

Une fin de cycle que l’on espérait, mordante et imparable, qui a le privilège de mettre un terme à l’énigme des zombies. Une excellente saga en définitive à recommander aux amateurs d’intrigues sur fonds d’hémoglobine.

Par , le

Les albums de la série ALICE MATHESON

Nos interviews liées

ELFES tome 1 chez Soleil

Sceneario.com : Sous le couvert de la maison Soleil, sort ce mois-ci le premier opus d'une saga intitulée Elfes qui introduit, pour la première fois chez cet éditeur, la notion de série-concept. Qu'est-ce qui a motivé cette initiative éditoriale qui rejoint celle déjà utilisée chez d'autres éditeurs et en quoi se veut-elle, éventuellement, différente ?
Jean-Luc ISTIN A tort ou à raison, j’ai l’impression que les lecteurs, notamment ceux de ma génération en ont assez d’attendre un an minimum pour lire la suite d’un album lu en 30 minutes. Nous sommes depuis notre enfance baignés par des comics américains et des mangas qui ont un rythme de parution mensuel. J’ai donc l’impression que les séries concept sont une réponse à cette demande et c’est ce qui a motivé ma démarche. Le fait d’être une plus grosse équipe de créateurs nous permet de sortir des albums dans une période réduite [...]

Lire la suite ›

Interview de la team Lancelot au complet !

Sceneario.com : Bonjour ! Le tome 2 de la série Lancelot vient de paraître, un an et demi après le premier. C’est une bonne occasion pour vous poser quelques petites questions ! Bien des choses s’y passent, dans ce tome 2, et on y voit notamment grandir le héros Galaad qui va, durant l’album, changer non seulement de nom mais surtout découvrir sa vraie nature. Vous vous êtes donc réapproprié un personnage légendaire pour le changer sur le fond mais sans finalement que cela ne joue trop sur l’action en tant que telle, en tout cas jusque là. Comment est née cette idée que Lancelot put avant tout être une femme ?
Jean-Luc Istin : Une idée comme ça, qui m'est venue je ne sais plus trop comment. En fait, je voulais écrire l'histoire de Lancelot mais le personnage tel quel m'ennuyait ! Je me suis dit "Et si...", vous savez comme dans les comics : "et si Spiderman n'avait pas été piqué par une araignée [...]

Lire la suite ›

Istin et Jigourel, druides du 9ème art

Sceneario.com : Jean-Luc, Le succès des Druides ne se dément pas puisque le quatrième opus est classé dès sa sortie 15ème au TOP 15 BD Livres Hebdo / Ipsos, comment expliquez vous cela ?

Jean-Luc ISTIN : Peut être par l’adéquation du titre, du scénario et du dessin. Lorsque ces 3 choses sont au rendez vous, vous pouvez être quasiment sur que vous tenez un succès. L’aspect graphique est indéniablement séduisant et qualitatif et jacques assure également la fluidité du récit. Il n’en faut pas moins. 

Ensuite, le scénario que nous écrivons est basé sur un mystère et, qui plonge dans un mystère désire l’élucider.
Vous y ajoutez un peu de chance et vous secouez le tout. 

Sceneario.com : On voit se multiplier dans la littérature les Thriller ésotériques, pensez vous qu’il s’agisse d’un simple phénomène de mode, ou d’un malaise plus profond vis-à-vis de la religion ?

Jean-Luc ISTIN : Il faut se poser 2 questions :

1/ pourquoi autant de romanciers se mettent au thriller ésotérique ?

2/ Pourquoi autant de lecteurs pour ce genre ?

- Concernant l’abondance de roman de ce genre, on ne peut écarter l’effet da vinci code [...]

Lire la suite ›

DIM D & ISTIN

Sceneario.com: Comment vous êtes vous rencontrés?
Istin :
: C'est Guy Michel, le dessinateur d'Aquilon et des Contes du korrigan qui nous a présenté. Il nous connaissait tous les deux. Je travaillais déjà avec lui et il connaissait Dim D. On n'a pas bossé le jour même ensemble. Ça s'est fait petit a petit. On a participé à un fanzine municipal à peu près au bout d’un an après notre rencontre. On a d'abord eu une relation d'amitié avant d'avoir une relation de travail. Sceneario.com: J'ai vu dans tes influences que tu parles beaucoup des peintres ambulants, tu peux nous donner plus d'explications ?
Dim D :
Ce sont des peintres hyper réalistes russes du début du XIXieme siècle, Kramskoi, Repin, . Il y a un site sur Internet qui parle de cette école de peinture [...]

Lire la suite ›